Accueil Actualité Une chrétienne accusée de blasphème demande l'asile britannique

Une chrétienne accusée de blasphème demande l'asile britannique

0
0

Le mari d'une Pakistanaise chrétienne accusée de blasphème a demandé à Theresa May de leur accorder l'asile en Grande-Bretagne.

Asia Bibi, âgée de 47 ans, a été condamnée en 2010 pour avoir insulté le prophète Mahomet dans un conflit avec ses voisins.

La mère de cinq enfants, condamnée à la peine de mort depuis huit ans, a été condamnée à plusieurs reprises après avoir été acquittée mercredi.

Son mari, Ashiq Masih, a demandé au Royaume-Uni d’accorder le refuge à sa famille, craignant pour sa sécurité.

Image:
Asia Bibi a été condamné à mort pendant huit ans
Des militants pakistanais du parti Jamiat-e-Ittihad ul Ulema (Israël) chantent des slogans lors d'une manifestation
Image:
Des militants pakistanais du parti Jamiat-e-Ittihad ul Ulema (Israël) chantent des slogans lors d'une manifestation

Cela intervient après que l'avocat de Mme Bibi, Saiful Malook, ait fui le Pakistan, craignant pour sa vie.

S'exprimant en punjabi, M. Masih a déclaré dans une vidéo: "Je demande au Premier ministre du Royaume-Uni de nous aider et, dans la mesure du possible, de nous accorder la liberté".

Il a également appelé le président américain Donald Trump et le Premier ministre canadien Justin Trudeau à l'asile dans le clip.

La France et l'Espagne ont offert son asile, alors que l'ancien évêque de Rochester, Michael Nazir-Ali, chrétien né au Pakistan, a déclaré Mme Bibi devrait obtenir l'asile au Royaume-Uni.

Wilson Chowdhry, président de la British Pakistanian Christian Association, a déclaré: "Le fait qu'aucune offre ne se soit manifestée est choquant.

Les partisans du Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP) bloquent une rue lors d'une manifestation suite à la décision de la Cour suprême
Image:
Les partisans du Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP) bloquent une rue lors d'une manifestation suite à la décision de la Cour suprême

"Des centaines de milliers de personnes se sont émeutes et ont appelé à sa mort."

La voie officielle vers l'asile signifierait que la famille devrait faire la demande après avoir quitté le Pakistan.

Mais le gouvernement pakistanais a conclu un accord avec les islamistes pour limiter le voyage de Mme Bibi pendant que l'affaire est examinée.

Mme May a précédemment demandé que la peine de mort soit abolie dans le monde entier lorsqu'on lui a posé des questions sur le cas de Mme Bibi.

La Cour suprême du Pakistan a déclaré qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour la condamner lorsqu'elle a été acquittée cette semaine.

Les routes ont été bloquées dans les villes à travers le Pakistan
Image:
Les routes ont été bloquées dans les villes à travers le Pakistan

Il a incité plus de 2000 islamistes pour bloquer une route clé reliant la capitale, Islamabad, à la ville de garnison de Rawalpindi, provoquant des embouteillages.

D'autres manifestants ont endommagé ou incendié des dizaines de véhicules pour faire pression sur le gouvernement, ce qui a retardé sa libération.

L'avocat de Mme Bibi, M. Mulook, a déclaré qu'il avait quitté le Pakistan après l'acquittement "juste pour sauver [my] la vie de [an] foule en colère "et à cause des craintes pour la sécurité de sa famille.

"J'ai consulté et tout le monde est de cet avis (que je devrais partir)."

Il a ajouté qu'il retournerait dans le pays pour poursuivre ses travaux sur l'affaire s'il était protégé par les forces de sécurité.

Mme Bibi a toujours maintenu son innocence, mais a passé la majorité de ces huit dernières années en isolement cellulaire.

On ignore où elle se trouve actuellement. Les islamistes ont mis en garde les autorités contre sa sortie du pays.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

La CIA "dit que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a ordonné l'assassinat de Khashoggi"

La CIA a conclu que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman avait ordonné l'as…