Accueil Actualité Sœurs liées ensemble étaient saoudiennes et demandaient l'asile

Sœurs liées ensemble étaient saoudiennes et demandaient l'asile

0
0

Deux sœurs dont les corps ont été retrouvés liés ont été des ressortissants saoudiens qui auraient pu demander l'asile aux États-Unis.

Tala Farea, 16 ans, et Rotana Farea, 22 ans, ont été retrouvés sur une rive au bord de la rivière Hudson à Manhattan, les corps collés ensemble et se faisant face.

Les deux étaient entièrement vêtus et il n'y avait aucun signe évident de traumatisme, a déclaré la police.

Les mouvements des filles avant leur mort ne sont pas encore clairs, mais la police a annoncé qu'ils s'étaient installés aux États-Unis avec leur mère en 2015, pour s'installer à Fairfax, à plus de 200 km du lieu où leurs corps ont été retrouvés le 24 octobre.

Rotana étudiait à l’Université George Mason avant son départ au printemps.

Image:
Un précédent dessin des sœurs relâchées par la police après la découverte de leurs corps

Ils avaient également tous les deux été placés dans un refuge après une disparition en décembre dernier, bien qu'on ne sache pas combien de temps ils ont passé là-bas.

En août, ils ont été portés disparus.

Lorsque leurs corps ont été retrouvés, ils étaient peu connus, mais la police a confirmé mercredi qu'ils étaient de nationalité saoudienne.

Les inspecteurs ont également déclaré que la mère des filles leur avait parlé la veille du jour où leurs corps ont été retrouvés.

Elle leur a dit qu'elle avait reçu un appel d'un responsable de l'ambassade saoudienne, ordonnant à la famille de quitter les États-Unis, ses filles ayant demandé l'asile politique.

Le chef des détectives Dermot Shea a déclaré que la police cherchait à savoir pourquoi les filles s'étaient dirigées vers New York, ajoutant que "tous les indices de leur vie passée" étaient examinés.

"Nous cherchons à obtenir justice pour ces deux filles et à savoir exactement ce qui s'est passé", a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, l'ambassade saoudienne a déclaré que les deux sœurs accompagnaient leur frère à Washington DC, bien que la police ne l'ait pas commenté.

Des responsables de l'ambassade ont déclaré qu'ils "suivaient de près et constamment pour obtenir des détails sur l'affaire" et avaient nommé un avocat pour les aider dans cette affaire.

"[The embassy] a également contacté la famille du citoyen et étendu son soutien et son aide en cette période difficile ", ont-ils déclaré.

La cause de la mort des soeurs n’a pas été dévoilée, bien que l’absence de blessure apparente semble écarter une théorie antérieure selon laquelle elles auraient sauté dans la rivière après un pont.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

La police au Myanmar arrête plus de 100 personnes sur un bateau

Plus de 100 personnes sur un bateau, soupçonné d'être des Rohingyas, ont été arrêtées …