Accueil auto Mazepin «ne voulait pas être responsable» du choc de Haas F1

Mazepin «ne voulait pas être responsable» du choc de Haas F1

0
0

Dans le premier tour, Schumacher est descendu à l’intérieur du Russe à l’épingle à cheveux. Les deux pilotes ont fait le tour du virage côte à côte avant que l’Allemand n’émerge devant.

Plus tard, Schumacher a eu un problème de pression de carburant qui l’a ralenti et l’a obligé à laisser passer Mazepin. Ils ont finalement terminé 17e et 18e dans une course d’attrition inhabituellement faible.

« Oui, c’était très serré », a déclaré Mazepin interrogé sur le premier tour par Motorsport.com. «C’était l’un de ces virages où c’est encore trop lent pour la F1, il faut tirer l’embrayage pour ne pas conduire dans une voiture devant.

«Et je viens de me regrouper, et je devais rester là où j’étais. Et j’ai senti que si vous vous battez pour P19 ou pour P18, et il y avait un gros risque de laisser les deux voitures pour le reste de la course là-bas, et je ne voulais tout simplement pas aller au garage et en être responsable. . Alors je voulais faire la course juste, et la course a été longue.

Mazepin a déclaré que son coéquipier avait également joué correctement lorsqu’il avait un problème technique.

« Il n’y avait pas de confusion », a-t-il dit. « Je pense, vous savez, c’est ainsi que la vie joue parfois.

«J’ai été très juste dans le premier tour. Il était très juste plus tard. Et je pense que nous entretenons de bonnes relations au sein de l’équipe et que nous devrions continuer ainsi. »

Lisez aussi:

Mazepin a noté que ce n’était pas une course facile, qualifiant la voiture Haas et les pneus usés de «triste combinaison» alors qu’il essayait de courir longtemps dans le relais d’ouverture.

«La course est passée par différentes phases, je dirais. C’était très difficile là-bas, la voiture sur le circuit routier est difficile à conduire.

«Et évidemment, avec cette piste si difficile à dépasser, tout le monde reste à l’écart jusqu’à ce qu’il ne reste plus de pneus dans la voiture. Et, vous savez, cette voiture sans pneus est une très triste combinaison, je dirais.

«Mais oui, je suis content de moi, j’allais dans ce week-end et je m’attendais à ce que ce soit difficile car évidemment, quand on a un équilibre difficile à piloter sur une piste comme Barcelone, aller à Monaco est une catastrophe.

«Mais je suis très heureux de ce que nous avons fait en équipe. Je suis très heureux pour mon groupe interne qui a travaillé très dur depuis Barcelone pour me comprendre, et je pense que ce week-end a montré qu’ils me comprenaient, et c’est finalement la voie du succès vers ’22.

Il a ajouté: «Une journée très positive. De toute évidence, nous devons trouver beaucoup de choses en équipe. Je n’ai jamais eu autant de drapeaux bleus de ma vie. Et c’est assez triste. Mais je pense que nous y arriverons.

Mazepin estime que les Haas pourraient être plus compétitifs à faible appui à Bakou.

«Eh bien, c’est un défi complètement différent. Nous avons une voie d’appui élevée ici, où nous manquons d’appuis. Je pense que nous pourrions avoir une chance là-bas, car le moteur est meilleur cette année.

«Et nous n’avons pas beaucoup d’appui, et vous n’avez pas vraiment besoin de beaucoup dans ce genre de piste. Ce sera ma deuxième fois, comme Monaco, et je suis impatient d’y être.

Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans auto