Accueil Actualité L'Espagne menace de voter contre l'accord sur le Brexit à Gibraltar

L'Espagne menace de voter contre l'accord sur le Brexit à Gibraltar

0
0

Le Premier ministre espagnol a menacé de saboter l'accord sur le Brexit de Theresa May – en prévenant que "nos positions restent éloignées" sur la question de Gibraltar.

Pedro Sanchez s'est entretenu mercredi soir avec son homologue britannique. Mme May a par la suite déclaré qu'elle était "confiante de pouvoir conclure un accord valable pour toute la famille britannique, y compris Gibraltar".

Mais dans un tweet de fin de soirée jeudi, M. Sanchez a semblé ne pas être d’accord, écrivant: "Après ma conversation avec Theresa May, nos positions restent très éloignées.

"Mon gouvernement défendra toujours les intérêts de l'Espagne. S'il n'y a pas de changement, nous opposerons notre veto au Brexit."

Image:
Pedro Sanchez, Premier ministre espagnol, demande des modifications à l'accord sur le Brexit

M. Sanchez n'a pas la capacité de "opposer son veto au Brexit" ou à l'accord de retrait de 26 pages, mais tout refus de coopérer aurait sans aucun doute pour effet de gâcher l'atmosphère lors du sommet européen de ce week-end, où les dirigeants du bloc commercial cherchent un consensus.

En vertu des règles de l'UE, le traité de retrait sera adopté à la majorité qualifiée au lieu d'un vote à l'unanimité, ce qui signifie qu'un seul État ne peut pas le bloquer.

L’Espagne souhaite que toute déclaration sur les nouvelles relations entre l’UE et le Royaume-Uni indique clairement que toute décision concernant Gibraltar, territoire britannique d'outre-mer contesté, ne serait prise que dans le cadre de négociations directes avec Madrid.

Une clause originale du projet d'accord stipulait que tout accord post-Brexit entre le Royaume-Uni et l'Union européenne ne pourrait s'appliquer à Gibraltar que s'il était négocié sur une base bilatérale avec l'Espagne, mais cette clause a depuis disparu du texte final.

Les objections de la onzième heure peuvent signifier que l'accord n'est pas prêt avant la dernière minute.



Theresa May s'adresse aux médias "srcset =" https://e3.365dm.com/18/11/320x180/skynews-theresa-may-brexit-statment_4495829.jpg?20181122125328 320w, https://e3.365dm.com/ 18/11 / 640x380 / skynews-theresa-may-brexit-statment_4495829.jpg? 20181122125328 640w, https://e3.365dm.com/18/11/736x414/skynews-theresa-may-brexit-statment_4495829.jpg 736w, https://e3.365dm.com/18/11/992x558/skynews-theresa-may-brexit-statment_4495829.jpg?20181122125328 992w, https://e3.365dm.com/18/11/1096x616/skynews -thesa-may-brexit-statment_4495829.jpg? 20181122125328 1096w, https://e3.365dm.com/18/11/1600x900/skynews-theresa-may-brexit-statment_4495829.jpg?2018112212128328, https: ///. .365dm.com / 18/11 / 1920x1080 / skynews-theresa-may-brexit-statment_4495829.jpg? 20181122125328 1920w, https://e3.365dm.com/18/11/2048x1152/skynews-theresa-may-brexit- statment_4495829.jpg? 20181122125328 2048w "tailles =" (largeur minimale: 900px) 992px, 100vw



2:25

Vidéo:
Mai: "C'est le bon accord pour le Royaume-Uni"

Gibraltar est un minuscule territoire de 6,8 km2 qui héberge environ 30 000 personnes.

Le ministre en chef du territoire, Fabian Picardo, a déclaré espérer une percée prochaine. Mme May doit se rendre samedi à Bruxelles pour clore les discussions avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

M. Picardo a déclaré à Sky News: "Je pense que tout le monde veut parvenir à cette solution très difficile par consensus. Je pense qu'il sera possible de réaliser ce consensus et j'espère certainement qu'il sera possible de le faire d'une manière qui ne retarder le sommet dimanche. "

Il a également averti qu'il pensait que le Brexit serait "mauvais pour la Grande-Bretagne et mauvais pour Gibraltar", ajoutant: "Mon point de vue est que nous ne devrions pas faire du Brexit. Mais si le Royaume-Uni organise le Brexit, nous le faisons également. – Parce que ce qui est préférable pour Gibraltar, c'est que nous restions avec le Royaume-Uni. "

Fabian Picardo, le ministre en chef de Gibraltar, estime que le Brexit n’est pas bon pour la Grande-Bretagne.
Image:
Fabian Picardo, ministre en chef de Gibraltar, estime que le Brexit est «mauvais pour la Grande-Bretagne»

L’Espagne n’est pas le seul obstacle majeur pour Mme May, qui lutte durement pour gagner le soutien de ses propres députés.

Jeudi, elle a fait face à des critiques hostiles de la part des députés d'arrière-ban conservateurs éminents et du Parti unioniste démocratique (DUP) dans le cadre d'une confrontation dramatique aux Communes.

Il a fallu 39 minutes de débat avant sa première réponse positive au dernier accord. Jeremy Corbyn, chef du Parti travailliste, l'a décrit comme "26 pages de gaufres", ce qui constituait un "menu d'options flou".

Les critiques de Mme May à Westminster se sont alignées pour exiger qu'elle supprime une partie essentielle du traité de retrait: le soutien irlandais.







1:10

Vidéo:
Les députés font la queue pour critiquer l'accord du premier ministre sur le Brexit

Iain Duncan Smith a appelé à un "filet de sécurité", qui permettrait de garder l'ensemble du Royaume-Uni dans une union douanière si un accord de libre-échange ne peut pas être négocié d'ici la fin de 2021, doit être "supprimé" – en avertissant que "rien de tout cela n'est réalisable". ".

Dominic Raab, qui a démissionné de son poste de secrétaire du Brexit la semaine dernière, a ajouté que la "réalité regrettable mais inévitable" du système de sécurité était qu'elle "donnait encore plus" à Bruxelles.

Et le DUP, qui soutient le gouvernement de Mme May, lui a donné un ultimatum.

Sir Jeffrey Donaldson, le whip en chef du parti, a déclaré à une commune silencieuse: "Si elle veut avoir le soutien de mon parti … alors nous devons voir la fin du backstop."

D'autres députés – conservateurs, travaillistes et SNP – ont plaidé en faveur de la tenue d'un nouveau référendum si le Parlement rejetait l'accord de Mme May, mais elle a déclaré que le public ne voulait pas qu'on lui demande: "Voulez-vous réfléchir à nouveau?"

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Donald Trump "savait que c'était mal" de verser de l'argent aux femmes, déclare l'ex-avocat Michael Cohen

L'ancien avocat de Donald Trump a de nouveau déclaré que le président lui avait ordonn…