Accueil Actualité Les acheteurs seront en mesure de voir ce que les entreprises font pour mettre fin à l'esclavage dans la chaîne d'approvisionnement | Nouvelles de la politique

Les acheteurs seront en mesure de voir ce que les entreprises font pour mettre fin à l'esclavage dans la chaîne d'approvisionnement | Nouvelles de la politique

0
0

Theresa May doit annoncer une série de mesures visant à renforcer la loi sur l'esclavage moderne et à protéger les personnes contre le travail forcé, l'exploitation sexuelle et la traite.

Parmi les projets figure un projet de registre central des déclarations de transparence sur l'esclavage moderne afin que les consommateurs puissent voir ce que les entreprises font pour éliminer les abus de leurs chaînes d'approvisionnement.

S'exprimant lors de la conférence du centenaire de l'Organisation internationale du travail des Nations Unies à Genève, Mme May appellera également les dirigeants mondiaux à assumer leur "devoir moral" et à prendre des mesures pour mettre fin à l'esclavage moderne.

Elle devrait dire: "Aucun dirigeant digne de ce nom ne peut détourner le regard tandis que des hommes, des femmes et des enfants sont retenus contre leur volonté, contraints de travailler pour un salaire dérisoire ou sans rémunération, régulièrement battus, violés et torturés.

"Ainsi, ceux d'entre nous qui peuvent parler, qui ont une tribune pour se faire entendre, ont un devoir, un devoir moral, de faire entendre notre voix en leur nom."

Mme May a également présenté les propositions suivantes: la création d'un nouvel émissaire international pour les questions relatives à l'esclavage moderne et à la migration, chargé de coordonner le travail du Royaume-Uni avec d'autres pays.

Elle souhaite également voir un fonds de 10 millions de livres créé pour réduire l'exploitation des enfants dans les industries agricoles africaines.

En tant que secrétaire à la maison en 2015, Mme May a supervisé l'introduction de la loi sur l'esclavage moderne, la première du genre en Europe.

Selon une étude réalisée l'année dernière par la Walk Free Foundation, il pourrait y avoir jusqu'à deux esclaves pour 1 000 habitants au Royaume-Uni – ce qui ferait 136 000 victimes à travers le pays.

Il a également déclaré que les consommateurs britanniques pourraient acheter involontairement des milliards de livres de biens fabriqués par des personnes piégées dans le commerce des esclaves dans d'autres pays.

Le Royaume-Uni importe chaque année pour 14 milliards de livres de marchandises qui, selon la fondation, risquaient d’être fabriquées par des esclaves, notamment des appareils électroniques tels que des ordinateurs portables et des téléphones portables, des vêtements, du cacao, de la canne à sucre et même du poisson.

Dans son discours à Genève, Mme May dira: "L'esclavage moderne touche tous les coins de notre vie – dans les vêtements que nous
porter, la nourriture que nous mangeons, les services que nous payons.

"Pourtant, pendant de nombreuses années, il a rarement attiré l'attention du monde – il a permis à ceux qui font le commerce de la misère humaine de continuer tranquillement leur travail et nous a permis de regarder ailleurs, en profitant du travail forcé de cette classe de plus en plus nombreuse.

"Tout au long de mon mandat au gouvernement – d'abord en tant que secrétaire à la maison de mon pays, plus récemment en tant que premier ministre -, je me suis battu pour que cela change."

  • 1 joueur de baby-foot personnalisé
    Ces joueurs de babyfoot personnalisés sont fait sur mesure. Alors peu importe ce que vous recherchez, nous pouvons le réaliser…
  • Capital et idéologie
  • Demain
  • Millenium 6 - la Fille Qui Devait Mourir
Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

«J'étais aussi un grand fan de ma mère»: la réponse émouvante du prince William à un écolier | Nouvelles du monde

Le prince William a partagé un moment émouvant avec un étudiant de 14 ans, qui a évoqué le…