Accueil Actualité La France envisage l'état d'urgence après les émeutes qui déchirent certaines parties de Paris

La France envisage l'état d'urgence après les émeutes qui déchirent certaines parties de Paris

0
0

La France envisage d'imposer l'état d'urgence alors que des centaines de personnes ont été arrêtées au cours des pires émeutes du pays depuis 50 ans.

La police parisienne a déclaré que 23 officiers sont parmi les 133 blessés depuis que la violence a éclaté samedi après-midi, déchirant des quartiers de la capitale.

Sur les 412 arrêtés, 378 sont en garde à vue, tandis que le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré qu'environ 3 000 personnes étaient soupçonnées d'avoir participé aux violences à Paris.

En France, on estime que 75 000 personnes ont pris part à des manifestations samedi, marquant le troisième week-end de suite.

Des activistes vêtus de vestes légères ont incendié des voitures, brisé des vitres, pillé des magasins et saccagé l'Arc de Triomphe, alors que des milliers de personnes prenaient part à une manifestation contre la hausse des taxes sur l'essence et le gouvernement du président Emmanuel Macron pour le troisième week-end consécutif.







3:18

Vidéo:
Des manifestants ont incendié des voitures et des immeubles à Paris alors que la police utilisait des gaz lacrymogènes et des canons à eau.

Benjamin Griveaux, un porte-parole du gouvernement, a déclaré que la France envisageait d'imposer un état d'urgence afin d'empêcher d'autres troubles, et exhorte les manifestants pacifiques à contourner la table des négociations.

Il a déclaré à la radio Europe 1: "Il est hors de question que chaque week-end devienne une réunion ou un rituel de la violence."

Un porte-parole du gouvernement a déclaré qu'il était ouvert au dialogue mais qu'il ne changerait pas de cap.

M. Macron s'est rendu directement à l'Arc de Triomphe, où les employés de la ville avaient éliminé les graffitis, à 11 heures, heure locale du dimanche, de l'aéroport où il était arrivé du sommet du G20 à Buenos Aires.

Le président, qui a averti les responsables de la violence de payer pour leurs actes, organisera ensuite une réunion de sécurité d'urgence avec son Premier ministre.

Les routes menant au célèbre Arc de Triomphe ont été fermées
Image:
Les routes menant au célèbre Arc de Triomphe ont été fermées

L’Alliance de la police nationale a appelé à l’état d’urgence, le secrétaire national adjoint Loic Travers accusant la police parisienne de ne pas filtrer les «personnes ayant de mauvaises intentions» avant leur participation aux manifestations.

Les manifestants portaient les gilets jaunes que les conducteurs français devaient porter, ce qui les a appelés le gilet Gilets Jaunes.

Les politiciens ont accusé les partisans d'extrême gauche et d'extrême droite d'infiltrer les manifestations et de les rendre violentes.

L'Union des restaurateurs et des traiteurs a déclaré que l'effet sur le commerce était "catastrophique", soulignant que 50% des touristes parisiens avaient annulé leurs réservations ou quitté le pays plus tôt, et de plus en plus ailleurs en France.

Le ministre de l'Intérieur français a qualifié la violence de "insulte à la République".
Image:
Le ministre français de l'Intérieur a qualifié la violence d '"insulte à la République"

Des groupes de jeunes hommes masqués, certains portant des barres de métal et des haches, ont été vus courir dans les rues.

Des voitures ont été incendiées et des pompiers ont été vus éteignant de grands incendies dans des bâtiments situés près de l'Arc de Triomphe, filmés par les manifestants avec leurs téléphones.

La violence a entraîné la fermeture de 19 stations de métro parisiennes et la fermeture anticipée de grands magasins, dont les célèbres Galeries Lafayettes.

Benjamin Cauchy, porte-parole de Free Yellow Vests, a déclaré dimanche qu'il souhaitait un "dialogue constructif" avec le gouvernement.

Les manifestations ne se sont pas arrêtées à Paris, des manifestants vêtus de gilet jaune descendant dans les rues à travers la France.

Ils ont bloqué l'accès à un terminal de l'aéroport de Nice, Marsaille a connu une foule immense, plus de 1 000 personnes se trouvaient dans les rues de Saint-Étienne, dans la vallée de la Loire, et sept personnes ont été blessées lors d'affrontements à Bordeaux – l'une d'entre elles ayant perdu plusieurs doigts après un dispositif pyrotechnique a éclaté.

Au total, 65 000 membres des forces de sécurité étaient en poste dans toute la France. M. Castaner a déclaré que quiconque enfreindrait la loi "sera très sévèrement sanctionné".

S'exprimant lors du G20 samedi soir, M. Macron a déclaré: "Je n'accepterai jamais la violence.

"Aucune cause ne justifie que les autorités soient attaquées, que des entreprises soient pillées, que des passants ou des journalistes soient menacés ou que l'Arc du Triomphe soit souillé."

Plus suit …

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Giuliani exclut une interview de Trump par Mueller

Rudy Giuliani a exclu la possibilité que le président américain Donald Trump soit interrog…