Accueil Actualité Au moins 54 tués lors d’un massacre sur le terrain d’une école en Éthiopie, selon Amnesty International | Nouvelles du monde

Au moins 54 tués lors d’un massacre sur le terrain d’une école en Éthiopie, selon Amnesty International | Nouvelles du monde

0
0
  • LE ZIE DI MILANO porte-bouteilles sur pied une face fixé au mur ZIA GAIA (H 110 cm / Noir - Hêtre massif et acier)
    Zia Gaia aime faire une pause dans sa lecture en savourant un bon verre de vin. Elle a installé un petit coin de la maison dans lequel organiser sa collection de bouteilles, prêtes à être débouchée en compagnie, dans les occasions conviviales qui animent souvent ses soirées. La structure en hêtre peut être à
    201,00 €
  • FIFA 21 (PS4) - Version PS5 incluse
    Achetez fifa 21 sur Ps4 avant la sortie de fifa 22, et passez à la version Ps5 de fifa 21 sans frais supplémentaire. Consultez ea.Com/nextlevel pour plus d’informations. Achetez fifa 21 sur xbox one avant la sortie de fifa 22, et passez à la version xbox series x de fifa 21 sans frais supplémentaire. Consultez ea.Com/nextlevel pour plus d’informations. Offre de précommande: voir visuel pour plus d'informations
    44,99 € 69,99 € -36%

Selon Amnesty International, les survivants d’un massacre dans l’ouest de l’Éthiopie ont dénombré 54 corps dans le champ d’une école après la dernière attaque meurtrière visant des minorités ethniques dans le pays.

Les victimes étaient des Amharas de souche et venaient du village de Gawa Qanga dans la zone ouest de Wellega d’Oromia, dans une zone limitrophe Soudan du sud.

L’attaque de dimanche, qui aurait été menée par des membres de l’Armée de libération rebelle Oromo (OLA), a eu lieu juste un jour après que les troupes des forces de défense éthiopiennes se sont retirées de la zone « de manière inattendue et sans explication », a déclaré le groupe de défense des droits humains Amnesty.

Il a été rapporté que des témoins ont vu la mort d’hommes, de femmes et d’enfants, ainsi que le pillage de propriétés et l’incendie de bâtiments.

Image:
Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali a dénoncé les meurtres

Le Premier ministre Abiy Ahmed a dénoncé les meurtres et a déclaré que les forces de sécurité se trouvaient désormais dans la région et avaient « commencé à prendre des mesures ».

La violence ethnique s’avère être l’un des plus grands défis auxquels EthiopiePremier ministre, qui a été lauréat du prix Nobel de la paix l’an dernier pour avoir provoqué des changements politiques importants dans le pays.

Écrivant sur Facebook, il a déclaré: «Les ennemis de l’Éthiopie s’engagent soit à diriger le pays, soit à le ruiner, et ils font tout ce qu’ils peuvent pour y parvenir.

« L’une de leurs tactiques consiste à armer les civils et à mener des attaques barbares fondées sur l’identité. C’est déchirant. »

Les survivants de l’attaque ont déclaré à Amnesty que les troupes fédérales s’étaient retirées sans raison et les rebelles ont suivi quelques heures plus tard, s’annonçant comme étant l’OLA et précisant qu’ils contrôlaient la zone.

« Les militants ont rassemblé des personnes qui n’ont pas réussi à fuir, principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées, et les ont tués », indique le communiqué d’Amnesty.

Des survivants se sont cachés dans une forêt voisine et l’un d’eux a raconté à Amnesty qu’il avait découvert les corps criblés de balles de son frère, de sa belle-sœur et de trois enfants sur le terrain de l’école.

«Le fait que cet horrible incident se soit produit peu de temps après le retrait brutal des troupes gouvernementales de la région dans des circonstances inexpliquées soulève des questions auxquelles il faut répondre», a déclaré Deprose Muchena, directeur régional d’Amnesty International.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali a reçu un prix Nobel de la paix l'année dernière pour ses efforts en faveur de la paix et de la coopération internationale
Image:
M. Ali a reçu un prix Nobel de la paix l’année dernière pour ses efforts en faveur de la paix et de la coopération internationale

La Commission éthiopienne des droits de l’homme estime que les assaillants étaient au nombre de 60.

La commission appelle le gouvernement fédéral à « faire la lumière » sur les raisons pour lesquelles les militaires se retirent d’une zone « connue depuis longtemps pour être vulnérable aux attaques ».

Les Amharas sont le deuxième plus grand groupe ethnique d’Éthiopie après les Oromos – et ont été la cible récente d’hommes armés dans les régions de l’ouest de Benishangul Gumuz et du sud, entraînant le meurtre de plusieurs personnes.

Le bureau des communications de la région d’Oromia a qualifié le dernier assaut d ‘ »attaque terroriste brutale ».

Le diffuseur affilié à la région d’Amhara, Amhara Mass Media Agency, a cité un survivant disant qu’une école et 120 maisons avaient également été incendiées.

« Le gouvernement a failli à son devoir de protéger la sécurité des citoyens », a déclaré Dessalegn Chanie, un membre éminent du mouvement national d’opposition du parti Amhara.

Il pense que le système fédéral basé sur la langue du pays est l’un des moteurs des meurtres.

M. Chanie a ajouté: « Les Amharas ethniques résidant en dehors de la région d’Amhara sont étiquetées comme des étrangers et sont exposées à des attaques répétées. »

  • COSTWAY Bar Globe Terrestre Vintage Mappe monde en Bois d'Eucalyptus Porte-Bouteilles 16e Siècle
    119,99 € 159,99 € -25%
  • LE ZIE DI MILANO porte-bouteilles sur pied double face fixé au mur ZIA GAIA (H 110 cm / Noir - Hêtre massif et acier)
    Zia Gaia aime faire une pause dans sa lecture en savourant un bon verre de vin. Elle a installé un petit coin de la maison dans lequel organiser sa collection de bouteilles, prêtes à être débouchée en compagnie, dans les occasions conviviales qui animent souvent ses soirées. La structure en hêtre peut être à
    255,00 €
Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans Actualité