Accueil auto WRT a prouvé qu’il pouvait être compétitif lors de ses débuts en WEC

WRT a prouvé qu’il pouvait être compétitif lors de ses débuts en WEC

0
0

L’équipe de course de crack GT s’est étendue à la course de prototypes en 2021 en vue de rivaliser avec des voitures LMDh à l’avenir, entrant dans une Oreca 07-Gibson à la fois en WEC et en European Le Mans Series.

Après un début triomphant de sa campagne ELMS à Barcelone avec l’ancien pilote de F1 Robert Kubica, Louis Deletraz et Yifei Ye en avril, WRT a fait ses débuts en WEC le week-end dernier sur le circuit de Spa-Francorchamps – une piste où il a remporté deux victoires en blue riband round de la série Blancpain GT (désormais GT World Challenge Europe).

Le vainqueur des courses de Formule E et DTM Robin Frijns a qualifié la voiture qu’il partage avec Ferdinand Habsburg et Charles Milesi 10e de la catégorie LMP2 avec un temps de 2m03.915s, 1,5s derrière la pole-sitting # 22 United Autosports Oreca de Filipe Albuquerque.

Frijns a également pris le départ en # 31 Oreca, progressant progressivement jusqu’à la troisième place au milieu de la deuxième heure pour placer provisoirement WRT sur le podium.

Habsbourg a succédé au Néerlandais dans le troisième relais et a connu une longue bataille avec le champion en titre de Formule E Antonio Felix da Costa dans la voiture # 38 JOTA, les deux pilotes courant côte à côte à grande vitesse via Eau Rouge.

Mais le pilote autrichien n’a pas eu de chance d’être coincé derrière une Porsche GTE à la fin de Kemmel Straight et a perdu des places à la fois à son rival portugais et à l’entrée du Racing Team Nederland piloté par Frits van Eerd.

Cependant, c’est un problème de frein qui a fait plus de dégâts, obligeant Habsbourg à faire une visite imprévue aux stands juste après la mi-course.

WRT a été en mesure de résoudre le problème en sept minutes et de le renvoyer, mais le problème est réapparu plus tard dans la course avec Milesi au volant, l’équipe perdant un total de 35 tours dans les stands en raison de réparations et se retrouvant fermement au bas de la commande LMP2.

Cependant, le directeur de l’équipe, Vincent Vosse, tenait à retirer les points positifs, affirmant que l’équipe pouvait être satisfaite du rythme dont elle avait fait preuve lors de son passage aux championnats du monde.

« Nous sommes bien sûr un peu déçus par le résultat, mais très satisfaits du travail effectué par toute l’équipe et du rythme affiché », a-t-il déclaré.

«Nous avions une bonne forme, et même atteint P2 en LMP2 [Pro] voitures dans le deuxième relais. Malheureusement, nous avons eu ce problème d’embrayage et la course a été gâchée. Néanmoins, nous nous sommes montrés compétitifs et c’est la principale chose à retenir. »

Frijns, qui a une expérience limitée dans les voitures LMP2 grâce à une sortie unique avec JOTA à la Rolex 24 à Daytona en 2018, a été particulièrement impressionné par le rythme qu’il pouvait afficher sur des pneus neufs.

«Le premier est terminé, et malgré les résultats, nous pouvons être satisfaits», a-t-il déclaré. «Nous avons eu une qualification relativement médiocre, mais en course, le rythme était bon, en fait plus nous roulions, mieux c’était.

«Dans le deuxième relais, avec des pneus neufs, nous avons été très rapides. Ensuite, il y a eu le problème d’embrayage, mais nous devons voir le positif de tout cela, à savoir que nous avons eu un bon rythme.

Tous les temps forts des 6 Heures de Spa du WEC sont disponibles sur Motorsport.tv. Le Championnat du Monde d’Endurance FIA ​​se rendra au Portugal le mois prochain pour les 8 Heures de Portimao le 13 juin.

Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans auto