Accueil Actualité WeWork retarde l'offre publique car l'intérêt des investisseurs s'estompe | Actualité économique

WeWork retarde l'offre publique car l'intérêt des investisseurs s'estompe | Actualité économique

0
0
  • Thalgo Coffret Duo Activ Draineur 29.90€ au lieu de 39.80€ soit 25% de remise ( le 2e à -50%) Offre non cumulable avec l'offre cadeau
    Pour s'affiner sans trop d'éffort 2 x ACTIV Draineur 500 ml
  • Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde

L'offre publique initiale très attendue de WeWork a été reportée à la fin de l'année.

La liste du fournisseur de bureaux partagés a fait l'objet d'un examen minutieux, l'intérêt des investisseurs pour la nouvelle entreprise de la Silicon Valley semblant avoir diminué.

La société We, la société mère de l'entreprise, devait initialement inscrire ses actions ce mois-ci – mais lundi, elle a confirmé que l'introduction en bourse était prévue pour plus tard en 2019.

Image:
Certains investisseurs ont exprimé leurs inquiétudes concernant le PDG et cofondateur Adam Neumann

D'une valeur de 37,8 milliards de livres sterling en janvier, WeWork pourrait maintenant rechercher une valorisation largement actualisée allant de 8 à 9,6 milliards de livres sterling.

"Nous sommes dans l’attente de notre prochain PAPE, qui devrait être achevé d’ici la fin de l’année.

"Nous souhaitons remercier tous nos employés, membres et partenaires pour leur engagement continu."

La société est devenue un symbole des excès de la Silicon Valley au cours des derniers mois, suscitant des interrogations sur son manque de rentabilité et sur des problèmes de gouvernance d'entreprise.

Certains investisseurs ont exprimé leur inquiétude à propos du PDG et cofondateur Adam Neumann, perçu comme ayant une influence démesurée sur la société.

M. Dixon se prépare à rivaliser avec WeWork en Amérique
Image:
Le modèle économique de WeWork a également été remis en question

Vendredi, The We Company a décidé d'atténuer ces inquiétudes en annonçant une série de changements – limitant les pouvoirs de vote de M. Neumann et sa capacité à choisir son successeur.

Le PDG avait initialement prévu de choisir un successeur avec son épouse, sa cofondatrice, Rebekah.

Le modèle commercial de WeWork a également été remis en question, avec des coûts et des baux en hausse qui l'obligeront à payer 14,5 milliards de £ de loyer au cours de la prochaine décennie, laissant les investisseurs incertains quant au moment où ils atteindront la rentabilité.

Selon des informations rapportées, The We Company a estimé lundi que l'introduction en bourse aurait permis de récolter un peu plus de 1,6 milliard de livres sterling, soit moins que son objectif d'au moins 2,4 milliards de livres sterling.

Le mois dernier, The We Company a reçu une ligne de crédit d'un montant de 4,8 milliards de livres sterling d'un consortium de banques – y compris JP Morgan et Bank of America Merrill Lynch – qui lui a demandé de s'inscrire avant la fin de 2019 et de lever au moins 2,4 milliards de livres sterling.

Si la start-up ne parvenait pas à atteindre cet objectif lors de son introduction en bourse, elle aurait besoin d'un financement alternatif.

  • Shampoo'Car bidon 1 L - AEXALT - S130
    Élimine sans action mécanique les souillures consécutives aux pollutions industrielles. urbaines et au trafic routier.Sans phosphate. sans soude ni potasseBidon de 5 Litres
  • Bloomberg
    Key Features Include: Live Stream: Watch global breaking news as it happens with instant access to live video Collections: Explore curated sets of news and video across Top News, Top Interviews, Technology and More. Access to Bloomberg does not require a cable subscription.
Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Coronavirus: la réponse américaine au COVID-19 a été un gâchis – et des millions de personnes sont confrontées à la misère | Nouvelles américaines

Par Sally Lockwood, correspondante de presse Il y a une crise derrière la crise des corona…