Accueil Actualité Une nouvelle impasse au Brexit pourrait faire éclater le front uni de l'UE | Nouvelles de la politique

Une nouvelle impasse au Brexit pourrait faire éclater le front uni de l'UE | Nouvelles de la politique

0
0
  • bio beaute Bio Beauté Fluide Détox Anti-Pollution et Éclat 40 ml Nuxe innove avec sa nouvelle gamme anti-pollution. Le fluide détox Nuxe Bio Beauté est composé de pulpe d'acérola et d'eau d'orange.
    Nuxe innove avec sa nouvelle gamme anti-pollution. Le fluide détox Nuxe Bio Beauté est composé de pulpe d'acérola et d'eau…
  • Capital et idéologie

Le sommet du Brexit de la nuit dernière portait autant sur la France que sur la Grande-Bretagne.

Sans Emmanuel Macron, la réunion des 27 États membres de l'Union européenne – ainsi que la comparution de Theresa May – auraient pris fin beaucoup plus rapidement et le Royaume-Uni se serait vu proposer une extension flexible du Brexit d'au moins jusqu'à la fin de l'année. l'année, peut-être même le printemps prochain.

La dirigeante britannique devrait peut-être remercier son homologue française d'avoir maintenu la date de départ beaucoup plus proche du seuil souhaité du 30 juin.







PM: Nous devons quitter l'UE le plus tôt possible

Cependant, M. Macron n'a pas soutenu une courte prolongation pour rendre service au Royaume-Uni.

Au lieu de cela, il faisait tout son possible pour protéger le "projet européen" des incertitudes causées par les tentatives chaotiques de la Grande-Bretagne de le quitter.

La France – plus que tout autre Etat membre – se dit préoccupée par le risque de voir la Grande-Bretagne perturber les affaires européennes si elle était autorisée à rester dans le bloc au-delà de juin, alors qu'un nouveau groupe de membres du Parlement européen devrait s'asseoir.

Les élections au parlement auront lieu dans tous les États membres – y compris le Royaume-Uni – le mois prochain.

Le président Macron a exprimé son "impatience" lorsqu'il s'est rendu à la réunion de l'UE27 à Bruxelles sur le fait qu'il allait devoir écouter une demande de Mme May pour une deuxième prolongation du Brexit.

Une première prolongation n’a été accordée que le mois dernier et l’obligation répétée de rentrer dans la capitale belge pour des pourparlers à la baisse sur le Brexit fatigue tous les esprits.

"A ce stade, en ce qui me concerne, rien ne doit être pris pour acquis", a-t-il déclaré.

Le Premier ministre britannique a pris la parole devant ses collègues dirigeants pendant un peu plus d'une heure, leur donnant une meilleure impression que lors de comparutions précédentes, en exposant son cas plus longtemps pour obtenir un accord de retrait ou un autre plan relatif au Brexit par le Parlement.

"Elle avait un récit clair et exposait sa position avec beaucoup de précision", a déclaré une source diplomatique.

Mme May est ensuite partie, laissant les 27 Premiers ministres et présidents de l’UE assister à un dîner au poisson, suivi du parfait glacé à la noix de macadamia, alors qu’ils décidaient entre eux de la durée de la prolongation et des conditions.

Une majorité de pays – environ 17 – s'est prononcée en faveur d'une longue prolongation proposée par le président du Conseil européen, Donald Tusk, pouvant aller jusqu'à un an.

L’avenir de Theresa May pourrait dépendre de la manière dont les dirigeants européens décident de faire face à un retard du Brexit
Image:
Theresa May sera reconnaissante à Emmanuel Macron de ne pas s'attendre à un long retard dans le Brexit

Il souhaitait donner au Royaume-Uni le maximum de temps pour élaborer un plan réaliste pour le Brexit, ne croyant pas en l'assurance de Mme May qu'elle pourrait le présenter avant le 30 juin.

Le président du conseil a également cherché à dissocier l'ombre du Brexit des préoccupations quotidiennes de l'Union européenne et à repousser la menace d'un départ de la Grande-Bretagne sans accord.

Trois ou quatre autres États membres étaient indifférents à une longue prolongation – et quatre autres préféraient une courte mais pouvaient vivre avec une version longue.

Selon des sources diplomatiques, un seul pays – la France – était opposé à l'idée d'offrir au Royaume-Uni un délai supplémentaire après la fin du mois de juin.

Donald Tusk et Jean-Claude Juncker s'expriment après que les dirigeants européens se soient mis d'accord pour retarder le Brexit
Image:
Donald Tusk et Jean-Claude Juncker s'expriment après que les dirigeants européens se soient mis d'accord pour retarder le Brexit

Vingt-cinq des dirigeants ont choisi d'intervenir lors de la discussion à huis clos, qui s'est déroulée dans la soirée, dans la nuit et aux premières heures de jeudi.

Les échanges étaient assez prévisibles jusqu'à ce que le président Macron – bien qu'il ait été l'avant-dernier interlocuteur – ait donné son avis, a déclaré une source européenne.

Cela "a bien sûr changé le climat, l'atmosphère", a déclaré la source, ajoutant: "[It] L’annonce a été assez difficile et je pense que la plupart des personnes présentes dans la salle ont eu l’impression: OK, c’est presque un veto sur tout ce qui dépasse le 30 juin. "

À ce stade, un grand nombre de dirigeants se sont détachés de la table principale pour se mettre dans l'embarras et tenter de trouver une solution. Ironiquement, ils sont tous passés à l'anglais pour parler sans l'aide de traducteurs.

Chambre des communes
Image:
Mme May a toujours du mal à convaincre le Parlement de soutenir son accord sur le Brexit

C'est à ce moment que le compromis a émergé.

"C'était très civilisé", a déclaré la source.

"Il y avait un grand groupe. Ils étaient tous debout et tout le monde parlait anglais et c'est là que ce compromis a été trouvé, donc c'était vraiment un vrai compromis."

Il faisait allusion à la nouvelle date de prolongation du 31 octobre – Halloween.

Une date que la Grande-Bretagne n'a jamais demandée, mais qui répond à l'un des souhaits de la France, à savoir que le Royaume-Uni ne se voit pas attribuer un nouveau poste de commissaire européen britannique.

Les ministres fantômes se préparent à rencontrer le gouvernement pour des discussions sur le Brexit
Image:
Le Premier ministre dit que d'autres réunions auront lieu avec les travaillistes

Chaque État membre a un commissaire, mais la France n'a pas apprécié l'idée d'accorder au Royaume-Uni une prolongation, ce qui signifie que lorsque les cinq années d'emploi des différentes commissions seront renouvelées à la fin du mois d'octobre, le Royaume-Uni serait autorisé à un autre responsable britannique dans l'un d'eux même s'il s'agit d'un pays de départ.

Néanmoins, la position française au cours des négociations a irrité un certain nombre d’autres États membres.

Elle menaçait également de détruire le front uni que l'UE-27 avait maintenu jusqu'à présent dans ses relations avec le Royaume-Uni à propos du Brexit.

Le président Tusk, prenant la parole lorsque l'accord d'extension a été finalisé, a reconnu que la question de l'octroi d'un délai supplémentaire pourrait encore être examinée par l'UE27 si la Grande-Bretagne ne parvient pas à trouver une solution à son impasse sur le Brexit d'ici la fin octobre.

Compte tenu des tensions à la présente réunion, il est tout à fait possible que le front uni de l'UE finisse par se fissurer si cela se produisait.

  • Biocyte éclat extreme 40 comprimés Eclaircissant et anti-taches nouvelle formule gélules + dosées
       2 comprimés par jour au lieu de 3 avant Pour toutes celles et tous ceux qui souhaitent retrouver un…
  • Demain
Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Les troupes chinoises se rendent rarement dans les rues de Hong Kong – avec des balais et non des fusils | Nouvelles du monde

kong Jouet KONG Cuteseas Pieuvre - taille S Voilà une drôle de créature marine qui va en f…