Accueil Actualité Une église organise un service non-stop pour empêcher la famille d'être déportée des Pays-Bas

Une église organise un service non-stop pour empêcher la famille d'être déportée des Pays-Bas

0
0

Les prêcheurs d'une église aux Pays-Bas organisent un service 24 heures sur 24 depuis plus d'un mois pour empêcher une famille de demandeurs d'asile arméniens d'être expulsés.

Une tradition séculaire veut que les autorités néerlandaises n'entrent pas dans une église pendant la célébration.

Jusqu'à présent, le service dure depuis plus de 800 heures depuis son lancement le 26 octobre.

Cela signifie que pour le moment, la famille Tamrazyan – y compris les parents, leurs deux filles et leur fils – peut éviter les autorités néerlandaises de l'immigration pendant la célébration du service à l'église Bethel de La Haye.

Theo Hettema, président du conseil général de l'Église protestante de La Haye, a déclaré: "Vous ne pouviez faire qu'une chose, à savoir commencer un service religieux pour sauver la vie de cette famille, mais aussi attirer l'attention sur le sort de tant d'enfants dans des circonstances similaires.

"C'est déchirant. Nous avions de la compassion et de bonnes raisons et nous pensions que c'était la mission de notre église d'agir de la sorte."

Image:
Hayarpi Tamrazyan (D) avec le pasteur néerlandais Theo Hettema

Un signe sur la porte de l'église indique qu'elle est fermée "en raison des circonstances spéciales".

Bart Ten Broek, âgé de 74 ans, a déclaré qu'il était fier de l'action de l'église.

"J'aime ce pays avec la tradition de la tolérance, le respect de l'autre.

"Mais vous voyez qu'il y a un changement et donc je suis ici aussi pour montrer notre attitude. Nous devons être des hôtes."

La famille Tamrazyan vit aux Pays-Bas depuis près de neuf ans, alors que leur demande d'asile et divers appels ont été traités lentement par les tribunaux.

Le Conseil d'État, la plus haute juridiction administrative des Pays-Bas, a décidé qu'ils devaient retourner dans leur pays d'origine.

Le père était politiquement actif et s'est enfui aux Pays-Bas à cause de menaces.

Les sœurs Hayarpi, 21 ans, et Warduhi, 19 ans, et leur frère Seyran, âgé de 15 ans, ont depuis été scolarisées dans le pays.

Pendant que le service continue 24 heures sur 24, la famille écoute parfois le sermon, cuisine ou reçoit des visites d'amis.

M. Hettema a déclaré: "C'est très stressant pour eux. Parfois, ils sont tristes et nerveux et parfois, ils ont de l'espoir et nous donnent de l'espoir en retour."

Martine Goeman, avocate au sein de la branche néerlandaise du groupe non gouvernemental Defence For Children, a déclaré qu'environ 400 enfants occupaient un poste similaire aux Pays-Bas.

Le gouvernement néerlandais a instauré en 2013 une règle, connue par beaucoup comme un "pardon pour enfants", qui accorde l'asile aux enfants qui séjournent dans le pays depuis plus de cinq ans pendant le traitement de leur demande d'asile.

Mais Mme Goeman a déclaré que les appels en faveur d'un tel pardon sont rarement honorés.

Elle a déclaré: "Les critères d'éligibilité sont si stricts que pratiquement personne ne s'en est vu accorder un.

"Donc, en réalité, c'est une lettre morte. C'est dommage, car le pardon d'un enfant peut sembler être une bonne chose pour les enfants, mais dans la pratique, cela n'a pas de sens."

Le ministère néerlandais de la justice a refusé de commenter le cas de la famille.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

L'exode de Trump se poursuit alors que le secrétaire de l'Intérieur, Ryan Zinke, quitte

Le secrétaire américain à l'Intérieur, Ryan Zinke, quittera la Maison-Blanche à la fin…