Accueil Actualité Un nouveau dirigeant soudanais promet un gouvernement civil au milieu de manifestations meurtrières | Nouvelles du monde

Un nouveau dirigeant soudanais promet un gouvernement civil au milieu de manifestations meurtrières | Nouvelles du monde

0
0
  • Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon - Prix Goncourt 2019
  • Miroir de Maquillage Miroir Rond Mural + Éclairage LED et Interrupteur Tactile 80*80*4.5cm

Les manifestants au Soudan ont promis que leur pays serait bientôt dirigé par un gouvernement civil après l'éviction d'Omar al-Bashir.

L'armée a soudainement démis de ses fonctions M. Al-Bashir jeudi, après trois décennies de règne, alors qu'il était remplacé par une administration de transition chargée de superviser un changement de régime à plus long terme.

Le général Abdel-Fattah Burhan, inspecteur général des forces armées, dirige le conseil militaire en charge pour le moment et a promis que l’accord serait terminé dans deux ans.







Les manifestants défient le coup d'Etat nocturne

Dans son premier discours télévisé depuis son entrée en fonction, il a déclaré que le calendrier avait été fixé à la suite de consultations avec des personnalités de l'opposition et de réunions avec une coalition de groupes organisant les manifestations.

Il a fait deux autres annonces – l'annulation du couvre-feu nocturne, qui était de toute façon largement ignoré par les manifestants, et la libération de tous les prisonniers emprisonnés en vertu de lois d'exception mises en place par son prédécesseur.

L’ancien président soudanais Omar al Bashir
Image:
L'ancien président soudanais Omar al-Bashir

Tous deux ont été accueillis par l'Association des professionnels soudanais (ASP), qui a mené les manifestations, mais le groupe a déclaré que son travail était loin d'être achevé.

"Aujourd'hui, nous continuons la marche pour finir la victoire de notre révolution victorieuse", a déclaré samedi le président.

"Nous affirmons que notre révolution se poursuit et qu'elle ne reculera ni ne s'écartera de sa trajectoire tant que nous n'y parviendrons pas. Les revendications légitimes de notre peuple qui consiste à céder le pouvoir à un gouvernement civil."

Selon le Comité des médecins soudanais, 16 personnes ont été tuées dans les deux jours qui ont suivi le renvoi en force de M. al-Bashir par l'armée.

Ils ont été tués "aux mains des forces du régime et de ses milices".

Les manifestants se rassemblent devant le ministère de la Défense à Khartoum
Image:
Les manifestants se rassemblent devant le ministère de la Défense à Khartoum

De nouvelles manifestations depuis le limogeage de M. al-Bashir ont déjà entraîné le départ de deux autres hauts responsables du gouvernement, le chef du renseignement et le ministre de la Défense, qui ont tous deux démissionné.

Ce dernier, Awad Ibn Auf, a démissionné vendredi à la tête du conseil militaire de la transition après seulement une journée de travail, provoquant de vives célébrations dans la capitale, Khartoum.

Son remplaçant, M. Burhan, était le troisième plus haut gradé des forces armées soudanaises et avait supervisé les troupes engagées dans la guerre au Yémen menée par l'Arabie saoudite.



Soudan manifestant



Rencontre avec la manifestante 'femme en blanc' du Soudan

Les manifestants sont déterminés à ne pas le laisser se mettre à l'aise dans son nouveau rôle et à éviter que l'histoire ne se répète au sujet de la dernière fois qu'un dirigeant soudanais a été victime d'un coup d'État militaire réussi.

M. Al-Bashir, âgé de 75 ans, a pris le pouvoir par ces moyens en 1989 et a supervisé une période de hausse des prix des denrées alimentaires, de chômage élevé et de répression croissante, qui a finalement abouti à son destitution.

Mais un porte-parole de l'armée a déclaré qu'il ne serait pas extradé à La Haye pour faire face à des accusations de crimes de guerre, car ce serait "une marque laide pour le Soudan".

Il fait face à un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour sa campagne contre les insurgés au Darfour.

Des milliers de manifestants ont participé à un sit-in près du quartier général de l'armée vendredi
Image:
Des milliers de manifestants ont participé à un sit-in près du quartier général de l'armée vendredi

Malgré la poursuite des manifestations, qui ont fait au moins 16 morts et 20 blessés par des balles perdues, un analyste ne s'attend pas à ce qu'un gouvernement civil à part entière se matérialise.

Muhammad Osman, journaliste et chercheur soudanais, a déclaré: "L'opposition réclame un gouvernement civil, mais je pense que ce sera un gouvernement mixte.

"L'armée voudrait conserver les portefeuilles de la défense et de l'intérieur."

  • Ampoule halogène Osram Auto 64150ULT-HCB Ultra Life H1 55 W 1 paire
  • Nouveau rafraichisseur d'air Symphony Diet 8i, technologie i-pure.
Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Le Royaume-Uni défie les États-Unis à la suite d'une expansion "illégale" d'Israël en Cisjordanie | Nouvelles du monde

Adaptateur de voyage, Australie, Chine, Europe, Europe à Israël, Italie, Suisse, Royaume-U…