Accueil Actualité Un diplomate iranien accusé de complot à la bombe de Paris

Un diplomate iranien accusé de complot à la bombe de Paris

0
0

Un présumé espion iranien accusé d'avoir comploté pour bombarder un rassemblement a été accusé d'activités de renseignement à l'étranger et de conspiration en vue d'un meurtre par des procureurs allemands.

Le suspect était l'une des personnes arrêtées en Allemagne, en Belgique et en France qui auraient projeté de bombarder un rassemblement tenu par un groupe iranien exilé controversé près de Paris le 30 juin.

Plusieurs députés britanniques et hauts responsables politiques américains étaient présents à l'événement.

Les procureurs allemands ont déclaré mercredi qu'un tribunal avait déposé deux jours plus tôt Assadollah Assadi, 46 ans, un diplomate basé à Vienne, en garde à vue pour des accusations liées au complot présumé.

Le suspect serait un membre du ministère iranien du Renseignement et de la Sécurité, chargé de "l'observation et de la lutte contre les groupes d'opposition à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iran", selon le communiqué du parquet.

Les autorités belges recherchent également l'extradition d'Assadi sur le complot présumé.

Les procureurs allemands ont déclaré que leur enquête n'entraverait pas la demande d'extradition de la Belgique pour le suspect.

Téhéran a rejeté les allégations du complot de bombe comme un "stratagème de faux drapeau sinistre" conçu pour discréditer l'Iran à un moment où il fait face à des tensions diplomatiques majeures avec les Etats-Unis.

Les procureurs ont déclaré qu'en mars, Assadi avait ordonné à un couple marié vivant à Anvers «d'effectuer une attaque à l'explosif» sur le rassemblement et lui avait remis les explosifs lors d'une réunion au mois de juin à Luxembourg.

Le couple a été arrêté à Bruxelles le jour du rassemblement par les services de sécurité belges qui ont déclaré les avoir trouvés en possession de 500 grammes de l'explosif explosif TATP et d'un détonateur.

Ils ont été identifiés seulement comme Amir S, 38, et Nasimeh N, 33, et comme étant des ressortissants belges d'origine iranienne.

La police française a arrêté trois autres personnes mais a relâché plus tard deux d'entre eux, ont indiqué des sources juridiques françaises.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Ma génération n'a aucune loyauté envers Kim Jong Un

Un soldat nord-coréen gravement blessé lors de sa défection dans le sud, sous le feu des b…