Accueil High-Tech Un ancien ingénieur de Google accusé de vol de secrets commerciaux

Un ancien ingénieur de Google accusé de vol de secrets commerciaux

0
0
  • New Avengers A.i.m. Vol. 1 Everything Is New par Al Ewing et par l'artiste Gerardo Sandoval
    TOUT EST NOUVEAU. Dans le sillage de SECRET WARS le changement d’ordre ancien et Bobby DaCosta Sunspot est juste l’homme pour le changer. Bienvenue à AVENGERS IDEA MECHANICS une équipe de sauvetage mondial superscientifique de héros de demain... aujourd’hui, l’Amérique ne veut pas d’eux S.H.I.E.L.D. ne sait

Anthony Levandowski était au centre du conflit entre Waymo et Uber.

Getty

L'ancien ingénieur de Google, Anthony Levandowski, a été inculpé mardi de 33 chefs d'accusation pour vol et tentative de vol de secrets commerciaux par le géant de la recherche, ont annoncé des procureurs fédéraux. Il l'aurait fait alors qu'il se préparait à laisser Google s'occuper de la voiture autonome d'Uber.

Le vol présumé avait entraîné il y a deux ans un procès très médiatisé entre le bras de la voiture autonome de Google, rebaptisé Waymo, et Uber. Les accusations portent principalement sur le travail de Levandowski avec Otto, une entreprise de camionnage autonome fondée par Uber en 2000 et acquise par Uber. Google a affirmé que Levandowski avait téléchargé 14 000 fichiers "hautement confidentiels" décrivant la recherche technologique sur l'auto-conduite et les avait acheminés à Otto.

Levandowski a été mis en accusation par un grand jury fédéral à San Jose, en Californie. S'il est reconnu coupable, il pourrait encourir une peine maximale de 10 ans d'emprisonnement et une amende de 250 000 dollars par charge, a annoncé le ministère de la Justice.

Cette annonce est la dernière bombe dans le drame juridique de longue date entre Waymo et Uber. L’affaire, qui a fait l’objet d’un procès à San Francisco l’année dernière, a donné un aperçu rare de l’environnement aux enjeux élevés des grandes entreprises technologiques, qui tentent généralement de protéger leurs rouages ​​de la vue du public. Mais à peine quelques jours après le début du procès, qui devait durer au moins trois semaines, les deux sociétés se sont soudainement arrangées, donnant à Waymo 0,34% du capital d’Uber.

Lecture en cours:
                        Regarde ça:
                    
                    Waymo v. Uber se termine par un énorme règlement

1:47

"Nous avons toujours pensé que la concurrence devrait être alimentée par l'innovation, et nous apprécions le travail du bureau du procureur américain et du FBI dans cette affaire", a déclaré une porte-parole de Waymo dans un communiqué.

Un porte-parole d'Uber n'a pas spécifiquement abordé les accusations, mais a déclaré dans un communiqué: "Nous avons coopéré avec le gouvernement tout au long de son enquête et continuerons à le faire".

L'acte d'accusation du ministère de la Justice allègue que Levandowski a volé des secrets liés à la technologie lidar (pour "détection et télémétrie par la lumière"). La technologie permet aux voitures autonomes de "voir" leur environnement et de détecter la circulation, les piétons, les cyclistes et autres obstacles. Les dossiers téléchargés par Levandowski auraient inclus des schémas de circuit imprimé, des instructions pour installer et tester le lidar et un document de suivi interne, a déclaré le ministère de la Justice.

"Nous avons tous le droit de changer d'emploi", a déclaré l'avocat américain David L. Anderson dans un communiqué. "Aucun de nous n'a le droit de se remplir les poches en sortant. Le vol n'est pas une innovation."

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans High-Tech

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Les propriétaires de Chevy Bolt EV verront les informations de la station de charge en temps réel

Les entreprises poursuivent leurs efforts pour simplifier la recharge des véhicules électr…