Accueil Actualité Trump sur le cessez-le-feu en Syrie: "La Turquie et les Kurdes seront heureux, l'EI ne le sera pas" | Nouvelles du monde

Trump sur le cessez-le-feu en Syrie: "La Turquie et les Kurdes seront heureux, l'EI ne le sera pas" | Nouvelles du monde

0
0
  • Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon - Prix Goncourt 2019
  • Plancha "Presto 3" - 3 Brûleurs - 7.5kW - Gris

Donald Trump a défendu le retrait des troupes américaines du nord de la Syrie – quelques heures après que la Turquie ait accepté de suspendre son offensive dans la région pendant cinq jours.

S'exprimant lors d'un rassemblement à Dallas, le président américain a admis que son approche avait été "non conventionnelle", mais il a déclaré que le cessez-le-feu avait été atteint "sans verser une goutte de sang américain".

Il a dit à la foule: "Ce que j'ai fait est contraire à la convention. J'ai dit, ils vont devoir se battre un peu. Parfois, il faut les laisser se battre un peu."







La Turquie accepte le "cessez-le-feu" dans l'offensive en Syrie pour permettre aux Kurdes de sortir

M. Trump a ajouté plus tard: "La Turquie va être heureuse. Les Kurdes vont être heureux. ISIS va être malheureux."

Le cessez-le-feu de la Turquie ont suivi les discussions entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et le vice-président américain Mike Pence à Ankara.

Il est conçu pour garantir que les forces kurdes puissent se retirer d'une "zone de sécurité" que la Turquie a cherché à capturer.

Plus tôt sur Twitter, M. Trump avait déclaré que le cessez-le-feu "sauverait des millions de vies" et avait déclaré qu'un "amour coriace" était nécessaire avant de pouvoir y parvenir.

Il a également félicité M. Erdogan, le décrivant comme un "homme dur, un homme fort" qui avait bien agi.

La fumée monte au-dessus de la ville syrienne de Ras al-Ain au cours de l'offensive militaire turque
Image:
La fumée monte au-dessus de la ville syrienne de Ras al Ain lors de l'offensive militaire turque

M. Pence a déclaré que les Etats-Unis avaient "déjà commencé à faciliter (les forces YPG) le retrait en toute sécurité de la zone de sécurité de près de 20 miles", et a ajouté que la Turquie avait accepté de ne mener aucune action militaire contre la communauté de Kobani.

Le vice-président a ajouté: "Les États-Unis continueront à s’engager diplomatiquement, politiquement et bien sûr avec l’aide humaine et à soutenir toutes les personnes touchées dans cette région".

L'agression turque a créé une nouvelle crise humanitaire en Syrie avec 200 000 civils fuyant la violence et une alerte de sécurité sur des milliers de combattants de l'État islamique potentiellement abandonnés dans les prisons kurdes.

Des combattants syriens soutenus par la Turquie tirent un poids lourd monté sur un camion près de la ville de Tukhar, au nord de la ville de Manbij, dans le nord de la Syrie, le 14 octobre 2019, alors que la Turquie et ses alliés poursuivent leurs assauts contre le Kurdistan- tenu des villes frontalières dans le nord de la Syrie. - La Turquie souhaite créer une zone tampon d'environ 30 kilomètres le long de sa frontière pour tenir les forces kurdes à distance et renvoyer une partie des 3,6 millions de réfugiés syriens qu'elle accueille. (Photo par Aref TAMMAWI / AFP) (Photo par AREF TAMMAWI / AFP vi
Image:
Des combattants syriens soutenus par la Turquie tirent un lourd canon monté sur un camion près de la ville de Tukhar

M. Pence a annoncé que Washington et Ankara travailleraient toujours ensemble pour vaincre les militants de l'EI, dont certains ont échappé à la captivité dans la confusion de l'offensive.

Cependant, il a également confirmé que la décision de M. Trump de retirer les troupes américaines de la région, qui a précipité l'action de la Turquie, serait maintenue.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a refusé d'appeler cet accord un "cessez-le-feu" – et a déclaré qu'une telle clause ne pouvait être acceptée que par des parties légitimes, plutôt que par une milice kurde considérée par Ankara comme un groupe terroriste.



Donald Trump dit que les Etats-Unis ne sont pas la police du monde



La Turquie, la Syrie et la Russie peuvent jouer pour "beaucoup de sable"

Le commandant des forces dirigées par les Kurdes en Syrie, Mazloum Abdi, a déclaré à la télévision kurde: "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer le succès de l'accord de cessez-le-feu".

Mais un responsable kurde, Razan Hiddo, a déclaré que le peuple kurde refuserait de vivre sous l'occupation turque.

Des groupes kurdes ont déclaré se sentir trahis par le retrait inattendu des Etats-Unis après avoir mené le combat contre l'Etat islamique avec l'appui de l'Amérique.

Au moins 224 combattants des Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes et 183 rebelles soutenus par la Turquie sont morts après les huit premiers jours de combats, a indiqué l'Observatoire syrien, avec au moins 72 civils.

Après le retrait des États-Unis, les Kurdes avaient réagi en inversant les allégeances et en invitant les forces du gouvernement syrien, soutenues par la Russie et l'Iran, dans des villes et des villages situés dans des zones contrôlées.

  • Le Roi Lion [4K Ultra HD + Blu-Ray]
  • MÉRIDA Plancha au gaz 4 brûleurs 8 kW
Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Le Népal souhaite que l'accord sur l'armée soit réexaminé avant que le Royaume-Uni puisse recruter des femmes Gurkhas | UK News

Star of the North 11,21 € Chaussures de sécurité femme S3 SRC Puma Velocity noires 92,34 €…