Accueil High-Tech Trump essaie de forcer Twitter à le laisser recommencer à tweeter

Trump essaie de forcer Twitter à le laisser recommencer à tweeter

0
0

Trump s’exprime lors d’un rassemblement en Géorgie en septembre dernier.

Sean Rayford/Getty Images

Donald Trump veut qu’un tribunal fédéral oblige Twitter à lui rendre son mégaphone. Vendredi soir, dans un dossier juridique, l’ex-président a demandé à un juge de district américain d’accorder une injonction préliminaire qui rétablirait son compte pendant que son procès contre Twitter fait son chemin devant les tribunaux.

Le dossier de vendredi soutient que Twitter « censure » Trump, a trop de pouvoir sur le discours politique aux États-Unis et a été « contraint » à l’interdiction par les opposants de Trump au Congrès, a rapporté le Washington Post.

Recevez la newsletter Camaraderielimited Daily News

Découvrez les plus grandes actualités en quelques minutes. Livré en semaine.

Twitter a interdit Trump le 8 janvier, deux jours après qu’une foule de ses partisans a pris d’assaut le bâtiment du Capitole des États-Unis lors d’une émeute qui a fait plusieurs morts, dont un officier de police du Capitole. Twitter a déclaré que l’interdiction était « en raison du risque d’incitation à la violence ». En juillet, Trump a poursuivi l’interdiction de Twitter.

L’utilisation par Trump de Twitter a redéfini la politique, lui permettant de contourner les médias grand public pour tenter de s’emparer du récit politique. Son compte comptait 88 millions d’abonnés, a noté le Post, et sa portée a été considérablement réduite depuis l’interdiction.

Un chercheur a découvert que la semaine suivant l’interdiction, la désinformation en ligne sur la fraude électorale avait chuté de 73 %. Cependant, certains tweets de Trump bloqués à cause de la désinformation électorale continuent de circuler sur d’autres plateformes.

Twitter n’était pas le seul à démarrer Trump. Facebook et YouTube, propriété de Google, l’ont également expulsé de leurs sites après les émeutes du Capitole, par crainte de l’incitation à la violence dans le monde réel. L’ancien président a poursuivi ces plateformes aux côtés de Twitter, alléguant des violations de la censure et du premier amendement. Trump a prétendu pendant un certain temps sans preuve que les entreprises discriminaient le droit, une accusation que les entreprises ont niée à plusieurs reprises.

« Faisons-nous quelque chose en fonction de l’idéologie ou des points de vue politiques ? Nous ne le faisons pas. Point final », a déclaré le PDG de Twitter, Jack Dorsey. « Nous ne regardons pas le contenu en ce qui concerne le point de vue politique ou l’idéologie. Nous regardons le comportement. »

Les poursuites qui allèguent la censure et qui soutiennent que les sociétés de médias sociaux violent le premier amendement lorsqu’elles suppriment des publications ou interdisent des utilisateurs ont été rejetées à plusieurs reprises par les tribunaux à travers le pays. Le premier amendement s’applique au gouvernement, pas aux entreprises privées comme les sites de médias sociaux.

Twitter a refusé de commenter le dossier juridique de Trump vendredi, tout comme l’avocat principal de Trump dans l’affaire.

  • Dégrippant débloquant NOXYDOL - Aérosol 650/500ml
    15,58 €
  • Noxydol : dégripant et débloquant, aérosol 210/150 ml
    12,52 €
Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans High-Tech