Accueil Actualité Territoire français du Pacifique La Nouvelle-Calédonie refuse l'indépendance par référendum

Territoire français du Pacifique La Nouvelle-Calédonie refuse l'indépendance par référendum

0
0

Le président français Emmanuel Macron a parlé de son "immense fierté" après le vote par l'un des territoires les plus reculés du pays contre la rupture.

Les îles du Pacifique de Nouvelle-Calédonie, situées à 11 000 kilomètres de Paris, ont soutenu la France restante lors d’un référendum sur l’indépendance.

Le décompte final des votes a vu 56,4% des personnes rejeter la proposition que la Nouvelle-Calédonie fasse cavalier seul.

Le taux de participation électorale a été si élevé – plus de 80% – certains bureaux de vote ont dû rester ouverts plus tard que prévu.

Cependant, malgré une nette majorité, la victoire des partisans pro-continentaux a été moins grande que prévu.

Les sondages prévoyaient une plus grosse victoire entre 63 et 75% pour la campagne "non".

Image:
Il y a eu une forte affluence sur l'archipel situé à 11 000 km de Paris.

La Nouvelle-Calédonie revêt une importance stratégique pour la France, permettant à la nation de s'implanter dans le Pacifique face à l'influence croissante de la Chine.

C'est également la source d'un quart des réserves connues de nickel dans le monde – un composant électronique essentiel.

Dans un discours télévisé à la nation, M. Macron a déclaré "son immense fierté de faire ensemble ce pas historique", affirmant que c'était "un signe de confiance dans la République française, dans son avenir et ses valeurs".

Bien qu’il s’agisse d’un archipel d’îles, la Nouvelle-Calédonie est parfois appelée en France «le caillou» et compte environ 175 000 habitants.

Cependant, il est à craindre que le référendum n’alimente les tensions entre le peuple autochtone kanak, qui a tendance à soutenir l’indépendance, et la population blanche, qui s’est installée depuis l’occupation de l’île par la France en 1853.

Le président français Emmanuel Macron prononce un discours
Image:
Emmanuel Macron a parlé de son "immense fierté" dans un discours télévisé à la nation

Les tensions ethniques ont dégénéré dans la violence dans les années 1980, entraînant la mort de plus de 70 personnes.

Il a abouti à un accord en 1998, ouvrant la voie à une passation des pouvoirs régulière, ainsi qu’au référendum de dimanche et éventuellement à deux autres scrutins avant 2022.

Après les résultats, Alosio Sako, chef du Front de libération nationale kanak et indépendantiste socialiste, a déclaré: "Les Kanak ont ​​pris conscience de la nécessité de montrer leur détermination à être enfin libres.

"Nous sommes à deux pas de la victoire et il reste encore deux votes."

Ces dernières années, la France a dû faire face à des manifestations et à des revendications d'indépendance dans plusieurs de ses territoires d'outre-mer, héritage de son passé colonial.

Ils comprennent la Guyane française en Amérique du Sud et l’île corse de la Méditerranée.

La communauté kanak est désavantagée par rapport à la population blanche, souffrant de décrochage scolaire, de chômage chronique et de mauvaises conditions de logement.

Toutefois, les peuples autochtones représentent moins de la moitié de l'électorat et une partie de l'aide reste en France, ce qui donne aux îles 1,3 milliard d'euros chaque année.

Marc Gnipate, un retraité de 62 ans, a déclaré: "Je ne suis pas sûr que nous ayons tous les atouts nécessaires pour réussir."

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

La CIA "dit que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman a ordonné l'assassinat de Khashoggi"

La CIA a conclu que le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman avait ordonné l'as…