Accueil auto Seules les courses à l’intérieur pourraient empêcher le lessivage de la pluie en F1

Seules les courses à l’intérieur pourraient empêcher le lessivage de la pluie en F1

0
0

Avec de fortes pluies empêchant la F1 de courir correctement le Grand Prix de Belgique, il y a eu un débat sur la question de savoir si des modifications aux voitures devraient être envisagées pour éviter des problèmes répétés à l’avenir.

Il y a longtemps eu une intrigue pour savoir s’il y avait des ajustements de voiture – tels que des hauteurs de caisse plus élevées, des pneus ou des enjoliveurs différents – qui pourraient permettre aux courses de se dérouler par temps dangereux.

Mais Seidl pense que le genre d’averse auquel la F1 a été confrontée en Belgique aurait été impossible à courir dans n’importe quelle catégorie.

Et il dit que la F1 doit faire face au fait que parfois les conditions météorologiques seront telles que la course ne sera pas possible.

« Je pense que nous devons simplement l’accepter, car la seule alternative à la garantie à 100% que vous pouvez courir est de faire une course en salle », a-t-il déclaré.

« Je pense que vous devez accepter que tant que nous sortons pour la course, des jours comme celui-ci peuvent arriver où ce n’est pas possible [to run] avec n’importe quelle voiture que vous courez.

« Tout d’abord, vous avez le problème de l’aquaplaning, plus la vue des pilotes dans la voiture avec le spray. Je ne vois aucune voiture qui vous permettrait de courir en toute sécurité dans ces conditions comme nous l’avons fait.

Andreas Seidl, Team Principal, McLaren, est interviewé

Photo par : Glenn Dunbar / Images de sport automobile

Seidl pense que la F1 a fait le bon choix en n’essayant pas de continuer avec des tours de course appropriés en Belgique – et pense qu’il était correct d’essayer de relancer derrière la voiture de sécurité qui a finalement compté pour le résultat.

« Je dirais, comme nous l’avons vu aussi les jours précédents, que cela peut aller assez vite avec la piste qui s’assèche jusqu’à un état où vous pouvez réellement courir », a-t-il expliqué.

« Quand je regarde le dernier redémarrage, nous avons vu la même chose dans nos prévisions météorologiques que Michael [Masi, F1 race director] avait vu : qu’il y avait une fenêtre potentielle d’arrêt de la pluie. Et avec 20 voitures circulant sur la piste, ça pouvait aller assez vite.

«Je pense que c’était l’intention derrière la tentative de redémarrage. Mais malheureusement, le temps que nous ne pouvons pas contrôler et cela n’a pas fonctionné.

« Il est clair que la sécurité passe avant tout, et je pense qu’à cet égard, les bonnes décisions ont été prises définitivement. »

Seidl a déclaré qu’il n’était pas idéal que la course soit déclarée après seulement trois tours derrière une voiture de sécurité, mais il pense que la F1 a dû appliquer les règles telles qu’elles sont.

« Bien sûr, personne ne veut une course à la fin comme celle qui s’est jouée ici, mais à la fin, il y a des règles en place et elles ont été appliquées », a-t-il déclaré.

« Il est également clair qu’évidemment pour nous, nous en avons profité, car nous avions une voiture en P4 et avons profité du bon résultat en qualifications que nous avons eu avec Daniel. [Ricciardo].

« Et il est clair que toutes les équipes qui n’en ont pas profité, en fonction de leur position au championnat, pleurent aussi maintenant et se plaignent maintenant. Cela fait partie de la nature de la F1.

Lire aussi :

Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans auto