Accueil Actualité Renault cède 30 millions d'euros à l'ancien directeur Carlos Ghosn | Actualité économique

Renault cède 30 millions d'euros à l'ancien directeur Carlos Ghosn | Actualité économique

0
0

Renault a annulé 30 millions d'euros de primes et d'indemnités de licenciement à son ancien patron, Carlos Ghosn, qui avait été contraint de quitter son poste suite à des allégations de conduite répréhensible chez Nissan.

Le conseil des constructeurs français a pris cette décision – soutenue par le gouvernement, son principal actionnaire -, alors que M. Ghosn était toujours en détention au Japon.

Le groupe a annoncé qu'il avait accepté de retirer 25,9 millions d'euros d'actions différées et d'attribution d'actions de performance pour 2014-18, car il était "soumis à sa présence au sein de Renault", condition qui n'a pas été remplie.

Le conseil renoncera également à une clause de "non-concurrence" d'une valeur supplémentaire de 4 à 5 millions d'euros, équivalente à deux ans de salaire.

Il a ajouté qu'une décision sur le package salarial de M. Ghosn pour 2018 serait prise séparément lors d'une réunion du conseil d'administration le 15 mars.

La décision de Renault intervient alors que le gouvernement français est sous la pression des manifestations "jaunes" contre les bas salaires et les inégalités.

Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, avait demandé au représentant principal du conseil d'administration de l'entreprise "de veiller à ce que la rémunération de M. Ghosn soit réduite autant que possible", a déclaré un responsable du ministère à Reuters.

L'annonce vient comme il a été révélé que deux avocats à la tête de l'équipe de défense de M. Ghosn au Japon avaient quitté leurs rôles.

M. Ghosn avait été arrêté en novembre pour inconduite financière et avait été peu de temps après évincé de ses fonctions à la présidence de Nissan, qui fait partie d'une alliance mondiale avec Renault.

Il a depuis été inculpé avec Nissan et un autre directeur pour avoir omis de divulguer plus de 80 millions de dollars en 2010-2018 au titre d'indemnités qu'il avait arrangées pour être versées ultérieurement.

M. Ghosn nie que les contrats fussent illégaux ou exigeaient une divulgation.

Renault a continué de soutenir M. Ghosn en tant que chef jusqu'à ce qu'il soit contraint de démissionner de son poste de président-directeur général le mois dernier.

La semaine dernière, la société a transmis aux procureurs la preuve qu'elle avait payé une partie des coûts de son mariage pour 2016 – dans le premier cas présumé d'inconduite chez Renault.

Les représentants de M. Ghosn ont fait savoir qu'il ignorait que la location d'un palais dans le parc de Versailles, d'un montant de 50 000 €, avait été facturée à la société française et qu'il envisage maintenant de le rembourser.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Le Bangladesh interdit toute pêche côtière pendant plus de deux mois | Nouvelles du monde

Le Bangladesh a interdit la pêche dans les zones côtières pendant 65 jours afin de protége…