Accueil auto Passer au vote au scrutin secret F1 serait « une honte »

Passer au vote au scrutin secret F1 serait « une honte »

0
0

Brown a écrit une lettre ouverte sur l’état de la F1 qui a été publiée jeudi dans laquelle il a appelé à passer au vote au scrutin secret lors des réunions de la Commission F1.

Lisez aussi:

Brown a déclaré que cette pratique mettrait fin aux affiliations malsaines entre de plus grandes équipes et de plus petites équipes de partenaires, garantissant ainsi qu’ils votent dans le meilleur intérêt de la F1 dans son ensemble.

Mais le directeur de l’équipe Red Bull, Horner, a estimé qu’il serait dommage en F1 de devoir emprunter une telle voie pour garantir que les équipes puissent être indépendantes dans leurs habitudes de vote.

« J’en ai entendu parler, et je ne peux que supposer que c’est à cause de la pression exercée par le [power unit] fournisseur, qui si tel est le cas, est une honte », a déclaré Horner interrogé sur la lettre de Brown.

«Ce serait dommage de devoir se tenir derrière un scrutin secret, mais une équipe a le droit de le demander.

« Mais si c’est ce qu’il a fallu pour prendre des votes indépendants, alors nous n’avons pas de problème majeur avec cela. »

Mais Horner était le seul à soulever des inquiétudes concernant le passage au vote au scrutin secret lors de la conférence de presse de la FIA de vendredi, la proposition gagnant le soutien de Mercedes, Ferrari et Alpine.

Toto Wolff a déclaré que Mercedes n’avait jamais essayé d’utiliser sa position de fournisseur d’unités motrices pour influencer le vote de ses clients, mais estimait qu’un système de vote secret aiderait.

« En ce qui concerne le scrutin secret, c’est très facile », a déclaré Wolff.

« Vous avez vu dans le passé que Toro Rosso [now AlphaTauri] a voté comme Red Bull, probablement sans aucune dérogation, et Haas a suivi la voie Ferrari. Dans notre cas, nous n’avons jamais essayé d’influencer une équipe.

«Évidemment, des choses ont été discutées quand c’était un sujet commun, comme sur le groupe motopropulseur, il est clair que les équipes votent les unes avec les autres, et aucune des équipes ne voterait contre ses propres intérêts en termes de réglementation du châssis.

« Donc l’idée du scrutin secret est bonne. Je doute que Franz [Tost, AlphaTauri boss] ne va pas prendre d’instructions, et Gunther non plus [Steiner, Haas boss] ne pas prendre d’instructions. Mais la tentative est évidemment bonne.

« Aucune équipe ne doit être vraiment influencée par un affilié ou un fournisseur. »

Le directeur sportif de Ferrari, Laurent Mekies, a révélé qu’il existe déjà un mécanisme au sein du système de gouvernance qui permet le scrutin secret, et que les équipes ne devraient pas avoir peur de s’exprimer pour le mettre en action.

« L’option du scrutin secret fait partie de la gouvernance depuis longtemps », a déclaré Mekies.

«C’est juste le fait que nous ne l’avons peut-être pas utilisé très souvent, ou certainement au cours des dernières années, nous ne l’avons pas fait. C’est bien de pouvoir l’utiliser.

«Que nous le fassions systématiquement ou non, c’est à n’importe quelle équipe de demander un scrutin secret sur toutes les questions, toutes les questions. C’est déjà un mécanisme qui est dans la gouvernance avec la FIA et la F1.

« Nous y sommes favorables. Chaque fois qu’une équipe n’est pas à l’aise avec un point qui doit être voté, elle doit lever la main et s’assurer que nous obtenons un scrutin secret.

« Si c’est tout le temps comme ça, nous sommes toujours heureux. Pour nous, c’est une bonne chose pour le sport et un soutien total. »

Alpine est la seule équipe à courir en F1 avec des groupes motopropulseurs Renault, ce qui signifie qu’elle n’a aucune affiliation à une autre équipe, mais qu’elle est toujours en faveur du mouvement.

« Nous sommes pour, non pas parce que cela va changer quoi que ce soit pour nous, mais parce que nous pensons que chaque équipe devrait voter pour son meilleur intérêt et ce qui est le mieux pour elle », a déclaré le directeur exécutif d’Alpine Marcin Budkowski.

« Nous avons vu certaines situations dans le passé, celles auxquelles Zak a fait allusion, où certaines équipes semblent voter contre leurs propres intérêts. Ce n’est pas bon pour la Formule 1.

« Vous devez garder l’équilibre si vous le souhaitez, et vous ne pouvez pas avoir des équipes qui votent contre leurs intérêts en raison de leurs affiliations. »

Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans auto