Accueil auto Les supercars ne rendront pas obligatoire la vaccination contre le COVID-19

Les supercars ne rendront pas obligatoire la vaccination contre le COVID-19

0
0

La vaccination est devenue un sujet particulièrement brûlant en Australie ces dernières semaines, avec des niveaux de couverture appropriés considérés comme le moyen le plus rapide de sortir des blocages en cours en Nouvelle-Galles du Sud et à Victoria.

Plus de la moitié de la population australienne est actuellement bloquée en raison d’épidémies qui se sont concentrées sur les deux plus grandes villes du pays, Sydney et Melbourne.

Après un démarrage lent du déploiement du vaccin, l’accent est désormais mis sur les taux de couverture, dans l’espoir qu’avec 70 à 80 % de la population éligible vaccinée, les blocages et les restrictions aux frontières intérieures ne seront plus nécessaires.

À l’heure actuelle, un peu plus de 30% de la population est complètement vaccinée tandis que près de 60% des personnes éligibles ont reçu leur première dose.

La manière dont la prochaine phase du plan national australien sera gérée, en termes de libertés supplémentaires pour ceux qui sont entièrement vaccinés, est un autre sujet clé.

L’Australie-Occidentale est récemment devenue le premier État à rendre obligatoire au moins une dose de vaccin pour les nouveaux arrivants de Nouvelle-Galles du Sud. Et les deux principales compagnies aériennes du pays, Qantas et Virgin Australia, mènent toutes deux des programmes d’incitation pour promouvoir la vaccination.

Il est possible que la vaccination obligatoire ait un rôle à jouer dans les grands événements à l’avenir, y compris le sport, comme c’est déjà le cas dans d’autres parties du monde.

Selon le PDG de Supercars, Sean Seamer, Supercars n’a pas l’intention de rendre la vaccination obligatoire pour le personnel de l’organisation, le personnel de l’équipe ou les conducteurs.

Cependant, il dit qu’il parle déjà aux équipes pour s’assurer qu’elles sont conscientes que le fait de ne pas être vacciné peut entraîner des complications indépendantes de la volonté de Supercars.

« Ce que nous avons fait, c’est informer les équipes de ce que nous comprenons être l’évolution des politiques de vaccination État par État », a déclaré Seamer. « S’assurer que les équipes comprennent que, alors que nous sommes assis ici aujourd’hui, si une personne n’est pas vaccinée, cela peut être un défi pour elle de voyager entre les États. Le Premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud a fait le premier pas vers une plus grande liberté et des opportunités pour ceux qui sont vaccinés.

« Nous n’imposons certainement pas les vaccinations. C’est un choix personnel. Mais en fin de compte, cela peut avoir un impact sur la capacité des gens à assister et à se conduire lors d’événements.

« Ce que nous faisons, c’est sensibiliser les équipes à cela. »

Il en ira de même pour les fans, les Supercars elles-mêmes n’étant pas prêtes à rendre la vaccination obligatoire pour la fréquentation, mais avertissant qu’elle pourrait être rendue obligatoire au niveau du département de la santé du gouvernement.

« Nous n’allons certainement pas imposer quelque chose au niveau des Supercars [for fans] », a déclaré Seamer. « Nous travaillerons avec les gouvernements des États sur cette base. »

Supercars est actuellement en pause prolongée de mi-saison grâce à ces épidémies en NSW et Victoria.

La saison devrait reprendre le premier week-end d’octobre à Winton dans le nord de Victoria, bien que Seamer ait déjà admis que cette date était « contestée ».

Une deuxième refonte majeure de la seconde moitié de la saison est maintenant inévitable, le Bathurst 1000 étant sur le point de devenir la finale de la saison au début de décembre.

Cela signifie que le Gold Coast 500 devrait être annulé pour la deuxième année consécutive.

Supercars doit organiser au moins cinq autres événements pour respecter son accord de diffusion.

Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans auto