Accueil Actualité Les nouvelles règles de la Maison Blanche pour les journalistes alors qu'elles rétablissent la passe de Jim Acosta

Les nouvelles règles de la Maison Blanche pour les journalistes alors qu'elles rétablissent la passe de Jim Acosta

0
0

La Maison-Blanche a suspendu ses efforts pour interdire le journaliste de CNN, Jim Acosta, mais a introduit une vague de nouvelles règles pour les journalistes assistant à des conférences de presse.

Selon une lettre adressée à M. Acosta, les journalistes n'auront désormais plus qu'une question à poser s'ils sont appelés lors de futures conférences de presse et ne sont autorisés à poser des questions complémentaires qu'à la discrétion du dirigeant américain.

Les journalistes sont tenus de remettre physiquement leurs microphones si M. Trump n'a pas répondu à une question complémentaire.

Si les nouvelles directives ne sont pas respectées, les journalistes pourraient perdre leur laissez-passer.

Il vient après la Maison Blanche précédemment accusé M. Acosta d'avoir malmené un stagiaire qui a essayé de prendre son micro alors qu'il interrogeait Donald Trump lors d'une conférence de presse animée. Il a ensuite été banni de la Maison Blanche.

L'administration de M. Trump a averti que ses pouvoirs pourraient être retirés s'il ne respectait pas les nouvelles directives pour les journalistes.







1:22

Vidéo:
CNN v The President: Ce combat en entier

Le directeur de la communication de la Maison-Blanche, Bill Shine, et l’attachée de presse, Sarah Huckabee Sanders, ont écrit à la journaliste, affirmant qu’ils seraient obligés de reconsidérer son accès "en cas de comportement non professionnel".

Après que les projets d'interdiction permanente de M. Acosta ont été mis en attente, CNN a abandonné son procès contre la Maison Blanche.

"Merci à tous pour leur soutien", a tweeté M. Acosta. "Comme je l'ai dit vendredi dernier … reprenons le travail."

Suite à l'échange houleux entre M. Trump et le journaliste, Mme Sanders a été accusée d'avoir partagé une vidéo trafiquée faire paraître le journaliste plus agressif lors de la conférence de presse.

CNN a par la suite affirmé que la révocation des pouvoirs de M. Acosta par la Maison-Blanche avait violé le droit constitutionnel à la liberté de la presse et qu'il avait été privé de toute procédure régulière.

Vendredi dernier, le juge Timothy Kelly de la Cour de district a évoqué l'argument de la régularité de la procédure en accordant au correspondant une injonction de retour au travail de deux semaines.

Initialement, la Maison Blanche avait annoncé qu'elle empêcherait M. Acosta de tenir ses conférences de presse après la fin des deux semaines, mais a rapidement changé de direction.

"Nous estimons que les interactions de la Maison-Blanche avec la presse sont et devraient généralement être sujettes à des concessions naturelles", ont écrit M. Shine et Mme Sanders.

"Le président Trump croit fermement au Premier amendement et interagit avec la presse de cette manière. Ce serait une grande perte pour tous si, au lieu de cela, donnait et prenait le lieu et ne comptait pas sur le professionnalisme des journalistes de la Maison Blanche. , nous avons été obligés d’élaborer un code de conduite long et détaillé. "

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Les supporters de Chelsea accusés de chants antisémites au cours d'un match

Les fans de Chelsea ont été accusés de chants racistes lors de leur match nul en Europa Le…