Accueil Actualité Les leaders hétérosexuels Poutine, Erdogan, Macron et Merkel s'unissent pour faire une déclaration commune sur la Syrie

Les leaders hétérosexuels Poutine, Erdogan, Macron et Merkel s'unissent pour faire une déclaration commune sur la Syrie

0
0

Il est difficile de penser à quoi que ce soit sur lequel les quatre dirigeants se sont mis d'accord, mais ils ont comparu ensemble lors d'une conférence de presse commune à Istanbul, avec une heure et demie de retard, tout en brandissant une déclaration commune sur la Syrie.

Le visage droit et à peine le contact des yeux, ils étaient assis côte à côte: Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine au centre, Angela Merkel et Emmanuel Macron sur l'un ou l'autre flanc.

Les États-Unis, sans qui un accord de paix en Syrie n’est pas possible, et le Royaume-Uni, signe de la moindre influence diplomatique de Londres, en particulier en Europe, ont été remarquablement absents.

M. Erdogan a salué le succès de la coopération et a demandé davantage de contributions financières à l'approche de l'hiver.

La Turquie craint un nouvel afflux de réfugiés par-delà la frontière, son système de protection sociale est déjà tendu.

M. Poutine a déclaré à la salle, l'air impassible, qu'une solution politique était la seule solution. Il a ensuite reçu un nombre d'applaudissements limité lorsqu'il a souhaité à la Turquie un joyeux jour de l'indépendance (lundi).

M. Macron, qui n'a jamais craint une vérité difficile, a déclaré que l'utilisation d'armes chimiques est interdite "à la fois en Syrie et dans le reste du monde". M. Poutine a changé de place.

"La Syrie devrait redevenir une patrie pour tous les Syriens", a déclaré Mme Merkel, ce qui est assez évident.

La déclaration commune de 807 mots contenait des engagements sur "la souveraineté, l'indépendance, l'unité et l'intégrité territoriale de la République arabe syrienne", soulignait "l'importance d'un cessez-le-feu durable, tout en soulignant la nécessité de poursuivre la lutte contre le terrorisme", ainsi que la nécessité "d'assurer un accès rapide, sûr et sans entrave des organisations humanitaires dans toute la Syrie".

Des mots importants, des mots encourageants, mais pour les 3,5 millions de réfugiés syriens en Turquie et des millions pris au piège dans la province d’Idlib, rien que des mots.

La conférence de presse terminée, M. Erdogan a conduit les trois autres devant le bureau et ils se sont tenus la main devant les médias.

"Ahhh ma douce!" Non, pas vraiment. M. Macron est resté le visage droit et les mains ont été lâchées quelques secondes après le déclic des caméras.

Il n'y avait pas de chimie – ce sont quatre personnes qui ne semblent pas s'entendre, mais pour le bien de la Syrie, elles le doivent.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Le président Trump rend visite aux victimes des incendies de forêt en Californie

Donald Trump doit se rendre en Californie samedi où il rencontrera des personnes touchées …