Accueil Actualité Les Etats-Unis vont réduire de 65 millions de dollars l'aide aux réfugiés palestiniens

Les Etats-Unis vont réduire de 65 millions de dollars l'aide aux réfugiés palestiniens

0
0

Les Etats-Unis accorderont 60 millions de dollars à une agence des Nations Unies pour l'aide aux réfugiés palestiniens mais 65 millions de dollars supplémentaires "pour examen futur", selon le Département d'Etat. Mme Nauert a déclaré que le ministère avait notifié cette décision à l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA)

ajoutant que l'administration Trump conditionnait la publication de la décision.

Cependant, elle a insisté sur le fait que la décision n'était "pas destinée à punir" quiconque.


La porte-parole du département d'Etat, Heather Nauert, a révélé que 65 millions de dollars d'aide seraient retenus

Donald Trump a tweeté le 2 janvier que Washington donnait aux Palestiniens "CENT MILLIONS DE DOLLARS par an et n'obtiennent aucune appréciation ou respect. "

Il a continué:" Ils ne veulent même pas négocier un traité de paix longtemps attendu avec Israël … avec les Palestiniens ne veulent plus parler de paix, pourquoi devrions-nous

Les États-Unis ont fourni à l'Autorité palestinienne un soutien budgétaire et une aide à la sécurité pendant une longue période, ainsi que des fonds supplémentaires pour les programmes de l'ONU en Cisjordanie et à Gaza. [19659003AlorsqueMmeNauertneliapasletweetprécédentduprésidentavecladécisionelleadéclaréquelefardeaudevaitêtrepartagé

"Le gouvernement des Etats-Unis et l'administration Trump pensent qu'il devrait y avoir plus de partage des charges". [19659014] Le président palestinien Mahmoud Abbas (C) parle lors d'une réunion dans la ville de Ramallah en Cisjordanie le 14 janvier 2018. Abbas a dit qu'Israël a fini & # 39; les accords de paix historiques d'Oslo des années 1990 avec ses actions. / AFP PHOTO / ABBAS MOMANI (Crédit photo devrait lire ABBAS MOMANI / AFP / Getty Images) « />

Image:
Le président palestinien a critiqué Donald Trump dimanche