Accueil Actualité Les États-Unis lancent un ultimatum à la Russie pour avoir «violé» le traité nucléaire historique

Les États-Unis lancent un ultimatum à la Russie pour avoir «violé» le traité nucléaire historique

0
0

Les Etats-Unis ont annoncé qu'ils se retireraient d'un traité historique sur les missiles nucléaires dans 60 jours si la Russie ne réglait pas ses violations présumées du pacte.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a accusé la Russie de "tricher avec ses obligations en matière de maîtrise des armements" et a lancé l'ultimatum de deux mois.

Il est allégué que Moscou a violé les termes du traité de 1987 sur les forces nucléaires de portée intermédiaire – un pacte historique qui a gardé de tels missiles mortels hors de l'Europe.

M. Pompeo a déclaré que la Russie faisait peser une "menace directe" sur le continent en raison de la prétendue mise au point de missiles de croisière pouvant être lancés à partir de missiles terrestres dotés d'ogives nucléaires – susceptibles de toucher les villes européennes à brève échéance.

Image:
La tension monte entre Donald Trump et Vladimir Poutine

La Russie nie les allégations, mais les alliés de l'OTAN ont soutenu les déclarations des États-Unis selon lesquelles elles contrevenaient au pacte.

Le général Sir Nick Carter, chef d'état-major de la défense britannique, a également déclaré que la Russie enfreignait cet accord. Elle a déclaré aux députés "que nous devons les appeler" pour un déploiement de "systèmes dépassant les 500 à 5 000 km".

M. Pompeo a déclaré que le choix était "d'enterrer la tête dans le sable" ou de "prendre des mesures de bon sens" – arguant que les États-Unis seraient "favorables à un changement de cœur de la part de la Russie", mais il n'a pas vu de preuves laissant supposer qu'il est susceptible de se conformer.

Il a déclaré avoir soulevé la question au moins 30 fois à Moscou depuis 2013, mais avoir été confronté à des dénégations et à des contre-actions.

"A la lumière de ces faits, les Etats-Unis déclarent la Russie contraire au traité et suspendent leurs obligations (…) dans 60 jours à moins que la Russie ne revienne à une conformité totale et vérifiable", a déclaré M. Pompeo.







0:38

Vidéo:
Le MI6 met en garde la Russie

Le président américain Donald Trump a déjà menacé de se retirer du pacte bilatéral.

Le traité a été négocié par le président de l'époque, Ronald Reagan, et le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev. Il a éliminé les arsenaux de missiles à moyenne portée des deux superpuissances, ce qui a réduit leur capacité à lancer une frappe militaire à bref délai.

M. Pompeo a indiqué qu'après la période de 60 jours, Washington renforcerait sa présence en Europe pour rétablir l'équilibre militaire, mais a refusé de donner davantage de détails. Les tests et les déploiements de nouveaux missiles sont en attente, a-t-il déclaré.

La perspective de missiles américains sur le sol européen inquiète notamment l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique, dont les représentants ont exhorté M. Pompeo à poursuivre la diplomatie dans la crainte d’une course aux armements européenne.

Jens Stoltenberg a déclaré que l'OTAN s'engagerait dans une intense poussée diplomatique pour tenter de convaincre la Russie de renoncer aux "multiples bataillons" de missiles que M. Pompeo leur reprochait de posséder.

La Russie occupait le devant de la scène à l'OTAN mardi. M. Stoltenberg a également accusé le pays d'utiliser la Crimée comme une plate-forme pour prendre le contrôle des eaux au large de l'Ukraine.

Il a déclaré que les alliés de l'OTAN fournissaient à l'Ukraine, qui n'est pas membre du groupe, un soutien politique et pratique "fort", notamment des patrouilles maritimes et des activités de maintien de l'ordre.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Donald Trump "savait que c'était mal" de verser de l'argent aux femmes, déclare l'ex-avocat Michael Cohen

L'ancien avocat de Donald Trump a de nouveau déclaré que le président lui avait ordonn…