Accueil Actualité L'Équateur rejette la plainte pour mauvais traitements de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks

L'Équateur rejette la plainte pour mauvais traitements de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks

0
0

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a déclaré que son pays estimait que l'Équateur violait ses "droits fondamentaux" dans son ambassade à Londres.

L'Australien de 47 ans a affirmé que l'Équateur limitait son accès au monde extérieur et qu'il vivait dans une "situation inhumaine".

La situation de M. Assange aurait déjà dû être résolue, mais elle est "traînée de plus en plus longtemps" par les "Etats impliqués", a déclaré son avocat.

M. Assange a réclamé de nouvelles conditions d’asile l’obligeant à payer ses frais médicaux, son linge, ses appels téléphoniques et à faire le ménage après que son chat ait violé ses droits et soit contraint de le contraindre à mettre fin à son asile.

Dans la capitale équatorienne, Quito, le magistrat Karen Martinez a déclaré lundi que le procès ne pouvait pas aller de l'avant.

Londres, Angleterre - 19 mai: Julian Assange parle aux médias depuis le balcon de l'ambassade de l'Équateur le 19 mai 2017 à Londres, en Angleterre. Julian Assange, fondateur du site Web Wikileaks, qui a publié des secrets du gouvernement américain, est recherché en Suède depuis 2012 pour viol. Il a demandé l'asile à l'ambassade de l'Équateur à Londres et la police a annoncé qu'il serait toujours en état d'arrestation s'il partait. (Photo de Jack Taylor / Getty Images)
Image:
En mai 2017, Julian Assange s'est adressé aux médias depuis le balcon de l'ambassade.

L'audience a été suspendue vendredi dernier après que M. Assange se soit plaint que le traducteur espagnol ne comprenne que l'anglais et ne parlait pas couramment australien.

M. Assange est à l'ambassade de Londres en Équateur depuis 2012 après s'être réfugié dans cette ville à la suite d'un jugement britannique qui a ordonné son extradition vers la Suède pour faire face à des allégations d'agression sexuelle.

La Suède a abandonné l'affaire en 2017, mais M. Assange reste à l'ambassade, craignant d'être extradé aux États-Unis pour faire face à des accusations pour la publication par le site Web WikiLeaks de fichiers sensibles du gouvernement américain.

Image:
Julian Assange figurait sur la liste des personnes recherchées par Interpol, mais il a été retiré en 2017 à la demande de la Suède.

Un mandat d'arrêt de la police Met est également en vigueur puisqu'il s'est échappé après avoir été libéré sous caution en 2010; dès qu'il sortira de l'ambassade, il sera très probablement arrêté.

Le gouvernement équatorien a confirmé en mars qu'il avait bloqué l'accès à Internet et au téléphone portable de M. Assange, affirmant qu'il avait violé "un engagement écrit" de ne pas s'immiscer dans la politique étrangère du pays.

Des responsables se sont également plaints du fait que M. Assange avait causé des dommages en jouant au football et en faisant de la planche à roulettes dans le bâtiment de l'ambassade, où il occupait plus du tiers de l'espace.

Un protocole régissant son séjour à l'ambassade avertit que de nouvelles violations conduiront à "la fin de l'asile", a déclaré le site Internet équatorien Codigo Vidrio.

Quito ne l'a jamais nié.

Le procureur général des États-Unis, Jeff Sessions, a déclaré en mars 2017 qu'arrêter M. Assange pour avoir divulgué des dossiers confidentiels du gouvernement des États-Unis était une "priorité".

Carlos Poveda, l'avocat de M. Assange en Équateur, a fait appel de la décision de lundi, ce qui signifie qu'une juridiction supérieure devrait réexaminer l'affaire dans les prochains jours.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

La Chine lance deux nouveaux satellites de navigation

La Chine a lancé avec succès une paire de satellites de navigation afin d'étendre le s…