Accueil Actualité Le feu et les gaz lacrymogènes à Paris alors que les manifestations du "gilet jaune" deviennent violents

Le feu et les gaz lacrymogènes à Paris alors que les manifestations du "gilet jaune" deviennent violents

0
0

Des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes et des canons à eau ont été tirés dans le centre de Paris pour protester contre la hausse du prix de l'essence et le coût de la vie devenu violent.

La police a indiqué qu'au moins 224 personnes avaient été arrêtées dans la capitale française et 92 blessées, y compris des officiers.

La zone autour des Champs-Élysées et de l'Arc de Triomphe était un point fort.

Les routes menant au célèbre monument ont été fermées et des manifestants ont lancé des pierres, incendié des véhicules et des poubelles et érigé des barricades.







3:18

Vidéo:
Émeute dans les rues de Paris

Certaines personnes ont escaladé la voûte et, à un moment donné, plusieurs centaines de personnes se sont assises en dessous en criant "Macron Demign!"

La télévision française a montré des jeunes hommes portant des foulards et des masques à gaz alors que certains portaient une banderole sur laquelle était écrit: "Le peuple est désespéré, tuez le bourgeois"

Il est à craindre que des groupes d'extrême gauche et d'extrême droite aient infiltré les manifestations et alimenté la violence.

Les routes menant au célèbre Arc de Triomphe ont été fermées
Image:
Les routes menant au célèbre Arc de Triomphe ont été fermées
Une voiture a été renversée lors des manifestations et des véhicules incendiés
Image:
Une voiture a été renversée lors des manifestations et des véhicules incendiés

Le président Macron a déclaré par la suite qu'il y avait 5 500 manifestants dans la capitale et environ 75 000 dans le pays.

Au moins 19 stations de métro ont également été fermées, a rapporté BFM TV, et des magasins, notamment les célèbres Galeries Lafayette, ont été fermés par précaution.

La police a déclaré que les manifestants avaient volé un fusil d'assaut dans un véhicule de la police à Paris, a rapporté l'agence de presse Reuters samedi soir – mais cela n'a pas encore été confirmé.



La police anti-émeute française a tiré des gaz lacrymogènes et des canons à eau sur des manifestants "en veste jaune" qui avaient brisé un cordon de sécurité avant la manifestation contre la flambée des prix du carburant. "Srcset =" https://e3.365dm.com/18/12/320x180/skynews-france-fuel -protests_4505383.jpg? 20181201104543 320w, https://e3.365dm.com/18/12/640x380/skynews-france-fuel-protests_4505383.jpg?20181201104543 640w, https://e3.365dm.com/18/12 /736x414/skynews-france-fuel-protests_4505383.jpg?20181201104543 736w, https://e3.365dm.com/18/12/992x558/skynews-france-fuel-protests_4505383.html30183045454529 .365dm.com / 18/12 / 1096x616 / skynews-france-fuel-protests_4505383.jpg? 20181201104543 1096w, https://e3.365dm.com/18/12/1600x900/skynews-france-fuel-protests-4505383.jpg? 20181201104543 1600w, https://e3.365dm.com/18/12/1920x1080/skynews-france-fuel-protests_4505383.jpg?20181201104543 1920w, https://e3.365dm.com/18/12/2048x1152/skynews- france-fuel-protests_4505383.jpg? 20181201104543 2048w "tailles =" (largeur minimale: 900px) 992px, 100vw



2:06

Vidéo:
La police anti-émeute française a tiré des gaz lacrymogènes et du canon à eau

Les manifestants portaient des gilets jaunes – "gilets jaunes" – du genre que les Français sont obligés de porter dans leurs voitures – et le président Macron payait le prix à payer pour avoir refusé de passer à une taxe verte sur le diesel – ce qui a augmenté les prix pour des millions de conducteurs .

Des gaz lacrymogènes ont été tirés sur les manifestants, dont certains ont lancé des objets sur la police
Image:
Certains manifestants ont lancé des objets alors que les rues étaient pleines de gaz lacrymogène

Les manifestations – qui ont commencé il y a deux semaines – se sont élargies pour couvrir le mécontentement général ressenti par de nombreuses personnes à l'égard de M. Macron, qu'ils accusent d'être déconnecté de la classe ouvrière.

M. Macron a déclaré que les personnes impliquées dans les violences seraient "tenues pour responsables de leurs actes" et que le désordre n'avait "rien à voir avec l'expression pacifique d'une colère légitime".

"Aucune cause ne justifie que les forces de sécurité soient attaquées, les magasins pillés, les bâtiments publics ou privés incendiés, les piétons ou les journalistes menacés ou que l'Arc de Triomphe soit souillé", a déclaré M. Macron lors d'une conférence de presse au G20 de Buenos Aires.

Il a dit qu'il rencontrerait des ministres à son retour à Paris pour discuter de la manière de réagir.

Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur du pays, a qualifié les scènes parisiennes "d'intolérables".

Plus de contenu de Emmanuel Macron

"La volonté manifeste d'attaquer nos forces de police, les symboles de notre pays, est une insulte à la République", a-t-il tweeté.

Les affrontements dans la capitale ont contrasté avec les manifestations dans d'autres régions françaises, où les manifestations et les barrages routiers étaient en grande partie pacifiques.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Les écoles et les entreprises américaines visées par la menace d'une bombe canonique à l'échelle nationale

Les menaces à la bombe envoyées à des centaines d'écoles, d'universités et de bâti…