Accueil Actualité L'Australie va bloquer les sites Web hébergeant du contenu terroriste lors d'attaques | Nouvelles du monde

L'Australie va bloquer les sites Web hébergeant du contenu terroriste lors d'attaques | Nouvelles du monde

0
0
  • Le Siècle du populisme - Histoire, théorie, critique
  • MGS Gazon synthétique 45mm - 2Mx5M soit 10m²

Les sites australiens et les entreprises de médias sociaux hébergeant du matériel terroriste lors d'attaques seront bloqués, ont annoncé des responsables australiens.

Le gouvernement envisage de réprimer les extrémistes exploitant les plateformes numériques pour publier des contenus très violents.

Et il envisage de légiférer pour forcer les plates-formes à améliorer la sécurité.

Le Premier ministre Scott Morrison a déclaré: "Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher les terroristes de glorifier leurs crimes."

La répression vient après homme soupçonné de tireur Brenton Tarrant aurait diffusé en direct sur Facebook une attaque sur deux mosquées en mars, faisant 51 morts dans la ville néo-zélandaise de Christchurch.

Cela a conduit à une surveillance accrue des sites Web et des sociétés de médias sociaux.

Image:
Un homme armé présumé, Brenton Tarrant, photographié en cour en Nouvelle-Zélande

Les domaines Internet hébergeant tout contenu violent et odieux – contenu montrant des meurtres, des tentatives de meurtre, des viols, des actes de torture ou des enlèvements – enregistrés par les personnes impliquées seraient également bloqués, a déclaré le gouvernement.

Un centre de coordination de crise serait également mis en place pour surveiller le monde en ligne en cas de violence extrême ou de matériel terroriste.

M. Morrison expose ses plans lors du sommet du G7 à Biarritz, en France, où se sont réunis les dirigeants du Canada, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon, du Royaume-Uni et des États-Unis.

Il tente de pousser les pays à prendre davantage de mesures contre le matériel terroriste et extrémiste violent lors d'une série de réunions en marge du sommet.

Le gouvernement australien n'a pas précisé quelles options législatives seraient utilisées si les plates-formes numériques n'amélioraient pas la sécurité.

Les géants de la technologie tels que Facebook, YouTube, Amazon, Microsoft et Twitter, ainsi que les sociétés de télécommunication Telstra, Vodafone, TPG et Optus devraient annoncer au gouvernement le mois prochain comment ils entendent donner suite à ses recommandations.

  • The 100-Saison 6 [DVD]
  • Kit d'éclairage pour chambre à coucher Smartwares SH5-SET-BS
Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Le premier cas de virus chinois aux États-Unis après l’épidémie tue six personnes | US News

Un voyageur en provenance de Chine a été diagnostiqué à Seattle avec le coronavirus de Wuh…