Accueil Actualité La tension monte au Bangladesh alors que 100 personnes sont blessées lors des violences préélectorales

La tension monte au Bangladesh alors que 100 personnes sont blessées lors des violences préélectorales

0
0

Au moins 100 personnes ont été blessées dans des violences politiques au Bangladesh alors que le pays se prépare à des élections sous tension.

Des milliers de soldats sont déployés dans tout le pays pour assurer la sécurité alors que le Premier ministre Cheikh Hasina, au pouvoir depuis 2009, cherche un troisième mandat en tant que chef.

Les partis d'opposition ont prévenu que les élections pourraient être truquées et ont déclaré que des milliers de dirigeants et de militants avaient été arrêtés, alors que les autorités avaient promis que le vote serait libre et juste.

Image:
Sheikh Hasina se présente pour un troisième mandat

Le scrutin a lieu le 30 décembre.

Alors que les dirigeants portaient des accusations, les partisans de la Ligue Awami au pouvoir et des partis d'opposition se sont affrontés dans les districts de Cox's Bazar, Mymensingh, Chittagong et Sylhet.

La principale alliance de l'opposition du pays a accusé le commissaire aux élections en chef de partialité et a exigé sa démission, exhortant le président à élire un remplaçant neutre.

Des attaques contre des journalistes ont été rapportées
Image:
Des attaques contre des journalistes ont été rapportées

La semaine dernière, Human Rights Watch avait averti qu'un "environnement politique répressif" au Bangladesh sapait la crédibilité du processus électoral.

Les "mesures autoritaires" incluaient une surveillance généralisée, une répression de la liberté d'expression et la détention de membres de l'opposition alors que les partisans du parti au pouvoir se libéreraient.

"Pour s'assurer que les élections respectent les normes internationales, la police et la commission électorale ne doivent pas sembler agir comme des extensions du parti au pouvoir", a déclaré Brad Adams, directeur de l'organisation pour l'Asie,.

"Les violences durant la campagne qui ont principalement visé l'opposition ont confirmé leurs craintes concernant un traitement injuste".

Chaque parti principal a blâmé l'autre pour la violence.

Parmi les six personnes tuées figuraient deux membres de la Ligue Awami et, le 16 décembre, un bureau du parti a été vandalisé.

Cependant, la plupart des médias et des observateurs ont rapporté que le gros des attaques provenaient du parti au pouvoir, soutenu par des responsables de la sécurité.

Le journal Daily Star a annoncé que 250 partisans de l'opposition avaient été arrêtés depuis lundi.

L’alliance de l’opposition, dirigée par l’ancien ministre des Affaires étrangères Kamal Hossain, comprend le Parti nationaliste de l’ancien Premier ministre Khaleda Zia et la nouvelle alliance antigouvernementale Oikyafront.

Le porte-parole de l'opposition, Mirza Fakhrul Islam Alamgir, a déclaré mardi qu'une réunion entre les dirigeants de l'opposition et les responsables des élections avait échoué face aux accusations d'attaques de l'opposition.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Des gorilles posent pour un selfie époustouflant avec un garde-parc en République démocratique du Congo | Nouvelles du monde

Un garde forestier a publié un selfie remarquable sur les médias sociaux, montrant deux go…