Accueil Actualité La force de la frontière américaine tire des gaz lacrymogènes sur les migrants venant du Mexique

La force de la frontière américaine tire des gaz lacrymogènes sur les migrants venant du Mexique

0
0

Des douaniers américains ont lancé des gaz lacrymogènes au Mexique alors qu'ils tentaient d'empêcher les migrants de se rendre en Californie le jour du Nouvel An.

Un responsable de la frontière américaine a qualifié le groupe d'environ 150 migrants qui ont tenté de franchir la barrière entre le côté de Tijuana et San Diego "une foule violente".

L’agence américaine des douanes et de la protection des frontières a déclaré que le gaz était utilisé pour empêcher les personnes de lancer des pierres du côté mexicain et non les migrants qui tentaient de traverser.

Selon la même source, des "enfants de la taille d'un jeune enfant" auraient été passés devant la barrière de la frontière, sans que des agents puissent les aider à cause des jets de pierres.

Image:
Un migrant franchit la barrière de la frontière pour entrer du côté américain

Le porte-parole du ministère mexicain des Affaires étrangères, Roberto Velasco, a déclaré que son gouvernement regrettait "les événements" à la frontière.

Il a déclaré que le Mexique plaidait pour "le respect des droits de l'homme, la sécurité et l'intégrité des migrants, tout en appelant au respect des lois des deux côtés de la frontière".

Des migrants se dirigent vers la barrière frontalière alors qu'ils tentent d'entrer du côté américain à San Diego, en Californie, en provenance de Tijuana, au Mexique
Image:
Les migrants marchent vers la barrière frontalière

Beaucoup de migrants qui se sont rassemblés à la frontière à Tijuana faisaient partie de la caravane qui traversait le Mexique pendant la campagne électorale à mi-mandat.

Durant la campagne, Donald Trump a critiqué les membres de la caravane, forte de 7 000 personnes, comme étant "de très mauvaises personnes" et l'a décrite comme une "invasion".

Tijuana est devenu le point de mire du débat sur la politique d'immigration des États-Unis, dans la foulée de la fermeture partielle du gouvernement américain à la demande de M. Trump de 5 milliards de dollars (3,9 milliards de livres sterling) pour financer un mur le long de la frontière avec le Mexique.

Reuters a rapporté que le personnel de sécurité américain avait lancé des gaz lacrymogènes au Mexique après le jour du Nouvel An après minuit, alors que des migrants s'apprêtaient à grimper sur une barrière frontalière.

Au cours d'une deuxième tentative, les migrants ont commencé à passer les jeunes devant les fils de rasoir utilisés le long de la frontière du côté américain.

Un journaliste de l'AP a également vu des agents américains tirer des boulettes de plastique.

Les services de douane et de protection des frontières des États-Unis ont déclaré avoir réagi aux roches par de la fumée, du gaz poivré et du gaz lacrymogène.

Il a ajouté que 25 migrants ont été arrêtés, tandis que d'autres sont rentrés au Mexique par un trou sous la clôture.

Un officier de la US Border Protection arrête un migrant qui a franchi la barrière de la frontière pour se rendre du côté américain à San Diego, en Californie, depuis Tijuana
Image:
Un officier de la US Border Protection arrête un migrant qui a traversé la barrière frontalière

Le bureau des douanes et de la protection des frontières a déclaré que l'incident serait examiné par son bureau de responsabilité professionnelle, conformément à sa politique en matière de recours à la force.

Amnesty International a décrit l'utilisation de gaz lacrymogène contre les migrants comme "cruelle et inhumaine" et a demandé l'ouverture d'une enquête.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Un tout-petit se dirige vers la police armée lors de l'arrestation de voleurs à l'étalage présumés en Floride

Le film a pris une tournure fulgurante au moment où un bambin aux pieds nus s'est diri…