Accueil Actualité La dernière position des rebelles alors que les forces d'Assad se rapprochent

La dernière position des rebelles alors que les forces d'Assad se rapprochent

0
0
  • Pluviomètre Z-Rain communiquant Z-Wave Plus - Popp
  • Presse Hydraulique d'Atelier sur Bati 12 tonnes sans manometre + 9 Adaptateurs pour Presse

Les rebelles de la Syrie ont été autorisés à s'échapper pendant des années sur le territoire d'Idlib, dans le nord du pays, dans le cadre d'un accord avec le gouvernement – mais maintenant, le président Assad est également menacé.

Notre correspondant spécial, Alex Crawford, a eu un accès exclusif à la province d’Idlib, alors que les combattants se préparaient à leur dernier affrontement après des années de réduction du territoire.

Ils appellent cette Syrie libre, mais des postes de contrôle armés sont dispersés dans toute la province d'Idlib.

Il y a une douzaine de factions rebelles différentes qui opèrent ici et beaucoup n'aiment pas les caméras.

Hayat Tahrir al Sham (HTS) contrôle une grande partie d'Idlib – une alliance de djihadistes qui insistent sur le fait qu'ils ne sont plus liés à Al-Qaïda.

Ils ont un code de conduite strict et on me dit de m'habiller en conséquence.

Image:
Les signes avertissent les femmes qu'elles devraient être voilées, et d'autres interdisent de fumer
Le HTS a tué ces hommes, les accusant d'être des bombardiers de l'EI
Image:
Le HTS a tué ces hommes, les accusant d'être des bombardiers de l'EI

Nous identifions plusieurs signes noirs indiquant aux femmes qu’elles devraient être voilées, et d’autres interdisant de fumer.

À quelques kilomètres de là, un groupe d'hommes est accusé d'être des bombardiers de l'EI et une photo de l'aile des médias du HTS montre les six personnes en train de faire leurs dernières prières.

La photo suivante est prise après la prise de vue.

L'État islamique opère toujours dans certaines parties de cette région, mais les rebelles se concentrent désormais sur une dernière grande bataille.

Ils construisent leurs défenses avec des pelles et à la main, en construisant des sacs de sable et des tranchées.

Les djihadistes construisent des défenses prêtes pour une bataille probable avec les forces du président Assad
Image:
Les djihadistes construisent des défenses prêtes pour une bataille probable avec les forces du président Assad

Il s’agit de leur dernière prise de position contre le régime syrien dirigé par Bachar al-Assad et, après sept ans de combat, Idlib est la dernière province à résister.

"Nous allons être beaucoup mieux préparés qu’ils ne s’attendent", explique un homme montré dans un film de HTS.

Un autre avertit: "Nous le frapperons comme jamais auparavant."

Les civils ne sont pas du tout convaincus.

Le camp pour personnes déplacées s'étend au loin
Image:
Le camp pour personnes déplacées s'étend au loin
& # 39; Nous avons peur de tout, & # 39; dit une femme dont la famille a déjà déménagé quatre fois
Image:
«Nous avons peur de tout», dit une femme dont la famille a déménagé quatre fois

Ils vivent dans ces conditions, certains depuis des années, se déplaçant d'un endroit à l'autre, fuyant les bombardements et les bombardements, essayant de se mettre en sécurité.

C'est le dernier hold-up rebelle et maintenant il est menacé. Le régime veut que Idlib soit sous son contrôle et ceux du milieu sont terrifiés.

Une famille de 16 personnes que nous avons rencontrée a déjà déménagé quatre fois: "Nous avons peur. Nous avons peur de tout", me dit l'un d'eux.

"Nous ne savons pas quoi faire avec les enfants ou où aller pour la sécurité", dit sa soeur.

La population ici a presque doublé pour atteindre près de trois millions avec toutes les personnes déplacées. Ils luttent sous des tentes avec peu d'installations et beaucoup n'ont jamais connu d'autre vie que la guerre.

Mohammed dit qu'il est terrifié par le régime syrien car ils tuent des enfants et des femmes.
Image:
Mohammed dit qu'il est terrifié par le régime parce qu'il «tue des enfants et des femmes»
Le docteur dit qu'ils n'ont ni électricité ni eau
Image:
Le docteur dit qu'ils n'ont ni électricité ni eau

"Seul le mot régime nous terrifie parce qu'ils tuent des enfants et des femmes – personne ne se soucie de ce qui nous arrive", a déclaré Mohammed al Jaseem.

La clinique que nous avons vue dessert 90 000 personnes, dont beaucoup ont perdu des proches ou portent les cicatrices de la guerre, et les médecins ont trop peur de montrer leur visage à la caméra.

"Nous vivons dans une prison", dit un. "Pas d'eau, pas d'électricité, les choses sont très difficiles."

L’ONU et des groupes de défense des droits de l’homme ont mis en garde contre une catastrophe humanitaire si le régime essayait de prendre Idlib par la force – les personnes qui s’abritent ici ne peuvent qu'attendre leur sort.

  • Presse hydraulique
  • Perceuses-visseuses sans fil GSR 10,8-2-LI Professional
Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Le plan de Trump signifie la fin de la solution des «deux États» | Nouvelles du monde

Il ne fait aucun doute que le plan de paix de M. Trump était en grande partie une question…