Accueil Actualité «Je ne veux pas dire au revoir»: un monastère arménien gardé par des militaires doit passer en Azerbaïdjan | Nouvelles du monde

«Je ne veux pas dire au revoir»: un monastère arménien gardé par des militaires doit passer en Azerbaïdjan | Nouvelles du monde

0
0
  • Napoléon et de Gaulle par Gueniffey & Patrice
    Il est bon que les historiens ne dépensent plus tous leurs efforts pour raconter les gloires et les procès des dirigeants politiques et militaires. Mais Patrice Gueniffey croit que les héros ont encore quelque chose à nous dire. Il oppose deux d’entre eux Napoléon Bonaparte et Charles de Gaulle pour mieux
    40,95 €
  • FIFA 21 (PS4) - Version PS5 incluse
    Créez-vous plus d’occasions de but que jamais avec les tout nouveaux systèmes offensifs dynamiques mis au service de la jouabilité FIFA la plus intelligente à ce jour. La Personnalisation du placement élève encore plus l’intelligence de jeu pour la rendre encore plus réaliste avec une meilleure analyse du temps et de l’espace. Gérez chaque moment dans le mode Carrière de FIFA 21 avec des innovations qui renforceront la richesse et la profondeur des matchs, des transferts et de l’entraînement afin de vous donner encore plus de maîtrise pour faire triompher votre équipe et faciliter vos débuts dans votre carrière d’entraîneur.
    44,79 € 69,99 € -36%

L’église cathédrale du monastère de Dadivank est bondée.

Le chant arménien, ou sharakan, utilisé pendant la Sainte Messe sonne particulièrement mélancolique ce dimanche – une belle voix de ténor remplissant le petit espace en forme de dôme alors que les membres de la congrégation essuient leurs larmes.

Peut-être ont-ils perdu des êtres chers dans cette guerre. Peut-être pleurent-ils la défaite de leur nation.

Il est peut-être regrettable que ce lieu saint pour les chrétiens arméniens passe aux mains azerbaïdjanaises mercredi.

Image:
L’Azerbaïdjan a promis que les chrétiens arméniens auront un accès continu à Dadivank

C’est le dernier dimanche où le complexe monastique médiéval de Dadivank reste de facto le leur.

«C’est notre héritage et nous devons en prendre soin et le protéger», déclare Sona Khachaturyan, venue de la capitale arménienne, Erevan.

« Malheureusement, il fera partie de l’Azerbaïdjan. C’est douloureux mais je ne veux pas dire au revoir car je suis sûr que je reviendrai. »

Le drapeau tricolore russe flotte à l’entrée du complexe monastique.

Un char russe se trouve dans la cour, le canon pointant vers le trafic venant en sens inverse.

Un char russe se trouve dans la cour du monastère de Dadivank
Image:
Un char russe se trouve dans la cour du monastère de Dadivank


L’Azerbaïdjan a promis que les chrétiens arméniens bénéficieront d’un accès continu à Dadivank et à d’autres sites religieux dans des territoires qui seront bientôt les leurs.

Les Russes sont là pour s’assurer qu’ils tiennent parole.

«Les Azerbaïdjanais ne sont pas des Turcs mais ils se comportent comme eux», dit le père Shmavan, venu d’Erevan pour aider à diriger le service.

«Les Turcs ottomans ont promis que tout irait bien, mais lorsque les Jeunes Turcs sont arrivés au pouvoir, ils ont commencé le génocide arménien.

« Il y avait beaucoup de promesses faites par la dynastie Aliyev en commençant par Heydar et en terminant par Ilham Aliyev, mais ils ne tiennent pas leurs promesses. »

L'évêque Hovhannes Hovhannisyan préside la messe à l'église cathédrale de Dadivank
Image:
L’évêque Hovhannes Hovhannisyan préside la messe à l’église cathédrale de Dadivank

La déportation et le massacre d’environ 1,5 million d’Arméniens de souche lors de l’effondrement de l’Empire ottoman est une blessure qui ne guérira jamais pour les Arméniens et l’immense diaspora arménienne.

C’était l’épouvantail de la rhétorique de guerre du Premier ministre Nikol Pashinyan.

La Turquie et l’Azerbaïdjan sont les deux seuls États qui refusent toujours de reconnaître le génocide.

Pas étonnant que le père Shmavan ait peu de foi en leurs promesses.

Maintenant, la peur et le langage du génocide culturel réapparaissent.

Mgr Hovhannes Hovhannisyan
Image:
La messe de dimanche était la dernière avant que le monastère ne fasse partie de l’Azerbaïdjan

Une grande partie du patrimoine culturel de l’Arménie a été détruite lorsque l’Arménie occidentale a été absorbée par la Turquie dans la première partie du XXe siècle.

Avec les pertes territoriales subies à la suite de cette guerre, l’Arménie est à nouveau pressée.

Ces sites antiques sont cependant impressionnants pour leur résilience. À l’époque soviétique, lorsque Kalbajar était aux mains de l’Azerbaïdjan, les habitants gardaient leur bétail dans le monastère de Dadivank.

La couche de suie des incendies qu’ils ont brûlés a contribué à préserver les fresques du XIIe siècle en dessous qui n’ont été révélées que lors de rénovations au début des années 1990.

Le monastère de Dadivank passera aux mains des Azerbaïdjanais mercredi

Nous décidons de visiter le complexe monastique du 4ème siècle à Amaras.

Il est toujours sous contrôle arménien mais est situé dans le coin sud-est du Haut-Karabakh où l’Azerbaïdjan a repris une grande partie de son territoire. Il est isolé et précaire.

La petite église blanche en son centre est entourée d’épais murs fortifiés. Lorsque l’Arménie orientale était sous contrôle russe au XIXe siècle, Amaras était une forteresse frontalière.

Aujourd’hui encore, c’est une zone militarisée. Les positions azerbaïdjanaises sont à trois kilomètres, au sommet de la colline à l’horizon.

Le drapeau russe flotte au-dessus des remparts mais une unité arménienne est stationnée ici pour l’instant. L’entrée se fait par un trou dans le mur.

Une unité militaire arménienne est stationnée dans le complexe du monastère du 4ème siècle à Amaras
Image:
Une unité militaire arménienne est stationnée au monastère

Les soldats ont grillé un cochon et nous invitent à manger avec eux à l’intérieur des murs fortifiés. Il n’y a pas d’électricité donc nous mangeons à la lumière de nos téléphones portables.

«C’est étonnant que vous me voyiez manger à table car tous mes amis sont encore dans les tranchées», déclare Artak Hovhannesyan.

« Si vous vous tenez à ce monastère et regardez à droite, à gauche et derrière les tranchées sont toujours pleines. »

Les soldats de la paix russes ont un mandat initial de cinq ans, mais il sera très probablement prolongé.

Malgré leur présence, les deux camps devront garder leurs tranchées habitées. Alors que ce conflit se re-gèle, ce type d’effort militaire est nécessaire pour maintenir le nouveau statu quo.

  • Ferme de Montchervet Foie de Bœuf X 2 Tranches, 300g
    Pour rester tendres, le foie ne doit être ni saisi trop vivement ni trop cuit : 2 à 3 minutes par face suffisent amplement pour le déguster tout juste rosé. Pour qu'il garde tout le moelleux à la cuisson, il est conseillé de le fariner légèrement avant de le poêler. Viande de génisse (croisement Montbéliarde
    3,69 €
  • L'Arabe du futur - volume 5 (05)
    22,90 €
Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans Actualité