Accueil Actualité Inauguration de la première section du mur de Donald Trump à la frontière mexicaine

Inauguration de la première section du mur de Donald Trump à la frontière mexicaine

0
0

Les États-Unis ont déclaré que "tout est sur la table" pour empêcher les migrants d'entrer dans le pays alors qu'elle dévoilait la première phase d'un mur à la frontière mexicaine.

La secrétaire à la Sécurité intérieure, Kirstjen Nielsen, a déclaré que l'administration examinait toutes les options juridiques pour empêcher les migrants d'entrer.

Ses commentaires surviennent alors qu'une caravane de migrants composée de milliers de personnes fuyant la violence et la pauvreté en Amérique centrale se répand à travers le Mexique.

Mme Nielsen s'exprimait alors qu'elle se tenait à côté d'une nouvelle barrière de 9 mètres construite en Californie, qui selon l'administration est la première phase du mur de la frontière.

M. Nielsen a déclaré: "Soyons clairs: les murs fonctionnent."

Le Pentagone a approuvé une demande de troupes supplémentaires à la frontière méridionale, dont le nombre devrait atteindre au moins 800 personnes, bien que ce chiffre puisse atteindre 1 000 hommes.

:: Les migrants sur ce qui les a conduits à la frontière américaine

Image:
Mme Nielsen a déclaré que la migration était une crise qui devait être résolue

La Maison Blanche étudie de nouvelles mesures de sécurité à la frontière, notamment un plan qui utiliserait le même mécanisme que l'interdiction de voyager imposée par Donald Trump pour empêcher les migrants de demander l'asile aux États-Unis.

M. Nielsen a déclaré: "Nous examinons tous les moyens possibles dans le cadre juridique qui est le nôtre pour nous assurer que ceux qui n'ont pas le droit de venir dans ce pays n'entrent pas."

Dans un tweet, Mme Nielsen a déclaré: "La sécurité à la frontière est une sécurité nationale. Nous avons besoin de fonds pour continuer à construire le mur de @POTUS.

"Nous avons besoin de personnel pour sécuriser la frontière. Et nous avons besoin de lois qui fonctionnent pour le peuple américain. Je refuse de croire que c'est une tâche trop complexe à résoudre pour le Congrès, il faut qu'elle s'attaque à cette crise."

Le président a mis davantage l'accent sur l'immigration à l'approche des élections de mi-mandat du 6 novembre.

La caravane de migrants est à environ 1 000 milles, mais sa taille diminue.

M. Trump a déclaré cette semaine: "J'ai appelé l'armée. Nous ne les laissons pas entrer, elles devraient rentrer maintenant, car nous ne le sommes pas."

Toute mesure prise par le président pour restreindre le droit des migrants à demander l'asile sera certainement confrontée à des défis juridiques.







5:27

Vidéo:
Sky News obtient un accès exclusif au voyage des migrants avec des passeurs

Andrea Guerrero, directeur exécutif de l'Alliance San Diego, a déclaré qu'il s'agirait d'une "action très radicale qui aurait des conséquences pratiques désastreuses sur nos obligations en matière d'asile, nos obligations morales et juridiques".

Elle a ajouté: "Nous savons que les avocats des droits civils se préparent à plaider en ce moment.

"Ils se préparent à plaider tout de suite. Je ne sais pas si Trump s’inquiète s’il gagne le litige.

"Il veut marquer des points politiques (…) fait partie du même stratagème politique pour attiser la peur pour des raisons politiques et construire plus de murs."

Des détails sur l'opération militaire à la frontière ont également été révélés.

Le ministère de la Défense a annoncé que la mission serait autorisée du 30 octobre au 15 décembre et qu'elle opèrerait dans les régions frontalières de la Californie, de l'Arizona et du Texas.

Le Pentagone a déclaré que l'armée serait impliquée dans l'érection de barricades et l'escrime, ainsi que des hélicoptères et des avions seraient déployés pour déplacer le personnel de la patrouille frontalière, les équipes médicales et les patients.

Cependant, les troupes ne seront pas utilisées pour détenir des migrants.

Plus tôt cette année, M. Trump a ordonné le déploiement de la Garde nationale à la frontière américano-mexicaine après une vague de franchissements illégaux de la frontière.

Il y a actuellement environ 2 000 soldats de la garde nationale à la frontière.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Le président Trump rend visite aux victimes des incendies de forêt en Californie

Donald Trump doit se rendre en Californie samedi où il rencontrera des personnes touchées …