Accueil auto Hunter-Reay adopte le même état d’esprit, quels que soient les contrats

Hunter-Reay adopte le même état d’esprit, quels que soient les contrats

0
0

Le champion de l’IndyCar Series 2012 et vainqueur de l’Indy 500 2014 a passé la saison dernière à courir en sachant que c’était une année «contractuelle» pour lui-même, Andretti Autosport-Honda et fidèle sponsor principal DHL.

Comme prévu, le trio a renouvelé son engagement l’un envers l’autre à la fin de la saison, mais la compréhension de Motorsport.com – ce que Hunter-Reay ne confirmera ni ne niera naturellement – est que l’accord n’était qu’une prolongation d’un an.

Cependant, Hunter-Reay, âgé de 40 ans, qui compte 18 victoires à son actif, a déclaré que son approche de chaque week-end de course et de la saison de la série NTT IndyCar 2021 dans son ensemble reste la même qu’elle ne l’a jamais été et qu’il n’y a pas de pression supplémentaire.

«C’est le même état d’esprit que j’ai eu tout au long de ma carrière, même lorsque j’avais un contrat de deux ou trois ans», a-t-il déclaré à Motorsport.com. «Je me mets le plus de pression, tout le reste est secondaire.

«Donc, si nous n’opérons pas dans le spectre que nous attendons de nous-mêmes, je suis très critique à ce sujet moi-même et mon équipe. Le reste se met en place à partir de là. C’est un sport axé sur la performance, un sport axé sur les résultats, et vous devez obtenir les résultats pour mériter votre droit d’être au sommet et d’avoir la longévité de carrière que je suis si reconnaissante d’avoir eue. Je suis ici dans cette équipe depuis 12 ans et avec DHL depuis 11 ans – et ce n’est pas parce que nous sommes des gens sympas!

Malgré sa dernière victoire et sa pole position lors de la finale de la saison 2018, Hunter-Reay dit qu’il se sent aussi bon qu’il ne l’a jamais été.

«Je le fais absolument», a-t-il dit. «Mon style de conduite, et la voiture dont j’ai besoin, est d’une certaine manière, et c’est celui qui vise à avoir une partie avant très, très positive, et un arrière qui est capable de faire face à cela, et il a tendance à être léger à fois.

«Je dirais que depuis que nous sommes allés à l’UAK18 [the universal aerokit introduced in 2018], nous avons quand même gagné avec cela deux fois, mais comme nous avons ajouté plus de poids à la voiture, et maintenant avec l’aéroscreen, c’est le poids à l’avant, et la voiture a donc tendance à avoir plus de sous-virage.

«Lorsque vous essayez de contrer cela en augmentant l’adhérence à l’avant, la voiture a tendance à se détacher de manière assez inattendue, et c’est quelque chose sur lequel j’ai vraiment travaillé avec mon style de conduite. C’est un défi, mais ce n’est rien que nous ne pouvons pas remodeler, retravailler – et nous nous sommes rapprochés. Nous avons certainement découvert des choses que nous aurions pu faire l’année dernière pour l’améliorer.

« Mais certainement avec l’aéroscreen, il y a un bord plus défini, une ligne que vous ne voulez pas franchir. »

Hunter-Reay a déclaré que sur les ovales, les conducteurs d’IndyCar rencontrent le problème inverse.

«Vous l’aurez vu à Indy et au Texas, les voitures sont souvent espacées de 0,75 seconde et c’est à cause du manque d’adhérence à l’avant.

«Nous sommes dans une étrange situation de cartographie aérodynamique avec la voiture actuelle. La turbulence qui se dégage de l’écran aérodynamique et de l’aileron arrière est quelque chose que nous n’avons pas maîtrisé l’année dernière parce que nous n’avons eu aucun test, et donc cette année, nous sommes toujours en train de le contourner. Au Texas et à Indy, IndyCar nous a fourni des options d’appui qui présentent des avantages et des inconvénients, mais cela reste globalement un package délicat. »

Hunter-Reay a déclaré qu’il appréciait le format de week-end compressé pour les sept parcours sur route du calendrier 2021, où il n’y aura que deux séances d’essais de 45 minutes avant les qualifications. Contrairement à son coéquipier Alexander Rossi, il n’a jamais trouvé de problème pour se mettre à jour immédiatement.

«Si quoi que ce soit, pour nous, c’est le contraire», a gloussé Hunter-Reay. «Nous avons tendance à être très rapides au départ et à rattraper la plupart du temps. Mais je pense que c’est plus à voir avec le début du week-end avec une configuration qui est dans la fenêtre où vous en avez besoin.

«Et honnêtement, je ne peux pas dire que c’était une force ou une faiblesse pour nous l’année dernière, car évidemment à Mid-Ohio, nous avons été compétitifs dès la première séance et avons continué à être compétitifs pour le reste du week-end. Mais ensuite, vous avez le Grand Prix d’Indianapolis et il n’a tout simplement pas cliqué, puis cela a tendance à devenir plus difficile rapidement, car vous commencez à lui lancer de plus gros changements dans l’espoir de le faire apparaître dans la fenêtre.

« Cela souligne la nécessité d’être dans la fenêtre dès le début: avec seulement deux essais de 45 minutes avant les qualifications, ça va passer vite. »

L’un des plus gros problèmes d’Andretti Autosport en 2020 était ses performances irrégulières sur les stands, mais Hunter-Reay dit maintenant que «si les arrêts aux stands ne se sont pas améliorés, ce ne sera pas faute d’essayer. Évidemment, nous ne connaissons pas la situation avant le jour de la course, mais je sais que les équipages ont vraiment mis des heures à perfectionner leur métier, et je suis donc enthousiasmé sur ce front. Tout le monde fait de son mieux. »

Cependant, il n’est pas encore prêt à s’engager à se déclarer un véritable challenger du championnat tant qu’il n’a pas évalué le potentiel de l’équipe sur chaque type de piste du calendrier 2021.

«Il est encore trop tôt pour dire avec précision comment nous nous comparons aux autres», a-t-il déclaré. «Le package est un peu différent sur les speedways du Texas et d’Indy, et nous n’avons pas vraiment éclairé ces tests. Mais pour les parcours sur route et sur rue, voyons où nous en sommes après quelques tours pour avoir une image précise.

Ryan Hunter-Reay, Andretti Autosport Honda

Photo par: IndyCar

Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans auto