Accueil Actualité Google revient sur la dernière revendication de partialité de Donald Trump

Google revient sur la dernière revendication de partialité de Donald Trump

0
0
  • Robot aspirateur et laveur Hobot LEGEE 669
  • Balise GPS connectée étanche TIFIZ XTRAKR TICATAG + 3 mois

Google a rejeté la dernière allégation de partialité de Donald Trump, après que le président a déclaré que le géant de la technologie avait promu le discours sur l’état de l’Union de Barack Obama, mais pas le sien.

M. Trump, qui compte 54 millions de followers sur Twitter, a tweeté une vidéo avec le message "#StoptheBias".

Le clip, qui contient des captures d'écran de la page d'accueil du moteur de recherche, montre la page affichant les liens en direct pour regarder les discours de M. Obama chaque année de 2012 à 2016, mais pas un lien vers M. Trump à partir de 2017.

Mais Google a rejeté cette allégation, affirmant qu’elle avait promu le premier et unique discours sur l’état de l’Union de M. Trump en 2018.

Le géant de la technologie a précisé qu’il n’avait jamais présenté de première allocution du président au Congrès, ce que M. Trump aurait fait en 2017.

Un porte-parole de Google a déclaré: "Le 30 janvier 2018, nous avons mis en évidence le flux de données de l'état de l'Union du président Trump sur la page d'accueil de google.com.

"Historiquement, nous n’avons pas promu la première adresse au Congrès par un nouveau président, qui n’est techniquement pas un discours sur l’état de l’Union.

"En conséquence, nous n'avons pas inclus de promotion sur google.com pour cette adresse en 2009 ou en 2017."

Le truc est la dernière entre M. Trump et les grandes entreprises technologiques, qu’il a souvent accusé de censure en ligne.

M. Trump a déclaré sur Twitter mardi que Les résultats des moteurs de recherche de Google ont été "truqués" pour ne montrer que les mauvaises nouvelles de lui et des autres voix républicaines.

Google a nié ces accusations, affirmant qu’il ne classait jamais les résultats de recherche pour manipuler le sentiment politique.

Un conseiller principal de Trump a prévenu que la Maison-Blanche «se penchait» sur la question de savoir si la société devait faire face à la réglementation fédérale.

En juillet, il a réclamé Twitter a interdit les républicains éminents – un moyen de réduire la visibilité en ligne d'une personne au public sans les bloquer.

Le géant des médias sociaux a rejeté la demande.

  • aspirateur robot - e51584 - irobot
  • Perceuse visseuse FESTOOL T 18+3 PLUS - 2 Batteries, chargeur, coffret Systainer 2 - 574756
Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Jeffrey Epstein: des gardiens de prison condamnés pour sa mort dans sa cellule | Nouvelles américaines

Rich Dad Poor Dad 8,60 € Osmoseur Ultimos 400GPD 549,90 € Deux agents de la prison chargés…