Accueil auto Giuliano Alesi sur sa course la plus difficile jusqu’à présent

Giuliano Alesi sur sa course la plus difficile jusqu’à présent

0
0

Dans sa quatrième course remplaçant l’absent Kazuki Nakajima chez TOM’S, le vainqueur de la course Autopolis Alesi était le dernier des classés de la course de dimanche à la 16e place, après avoir pris le départ 11e.

Son coéquipier Ritomo Miyata est quant à lui parti 14e après avoir écopé d’une pénalité de 10 places sur la grille pour un changement de moteur, mais a pu se frayer un chemin vers les positions payantes en huitième.

Lire aussi :

Alesi a eu du mal à trouver le rythme au milieu de la course avant de faire son arrêt obligatoire au stand au 18e sur 35e.

Le Français a déclaré qu’il estimait qu’essayer de laisser son arrêt jusqu’à plus tard en valait la peine compte tenu de sa position de départ modeste, la majorité de ses rivaux arrivant aux tours 10 ou 11, mais a admis qu’il avait du mal à se sentir à l’aise dans la voiture n°36 pendant tout le temps. fin de semaine.

« Le rythme n’était pas génial, nous avons eu beaucoup de dégradation des pneus », a déclaré Alesi à Motorsport.com. « En général, je n’étais pas capable de faire ce que je voulais faire dans la voiture, je ne me sentais pas en confiance pour attaquer comme je l’ai fait lors des courses précédentes.

« Je suis encore nouveau sur cette piste et, étonnamment, j’apprends encore des choses sur la voiture à chaque tour. Je pense que ce n’était pas seulement la voiture ou le pilote, c’était un package complet que nous n’avions pas en tant qu’équipe. ont.

« En qualifications, c’était mieux et nous n’avons manqué que de peu la Q3 et les sensations n’étaient pas si mauvaises ; rien qu’en course, il nous manquait quelque chose. Je dois vérifier les données et voir où je peux m’améliorer de mon côté.

« Nous avons du temps jusqu’au prochain tour de Motegi [in October], si je suis capable de courir, tout ce que je peux faire maintenant est d’aller à l’usine avec les ingénieurs et d’analyser ce qui s’est passé. »

Alesi combinait une fois de plus ses tâches en Super Formula avec ses engagements réguliers chez TOM’S dans la série Super Formula Light, marquant deux deuxièmes places et une troisième au cours du week-end.

Il participera à la ronde finale de cette série le mois prochain avec 20 points d’avance sur le leader Teppei Natori.

« La double entrée est difficile car vous ne pouvez pas consacrer beaucoup de temps à aucun des ingénieurs de Lights ou de Super Formula », a concédé Alesi. « C’est difficile en termes de méthode de travail, et cela n’aide pas non plus. Je dirais aussi que j’ai encore un peu d’apprentissage sur piste à faire. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait que Motegi n’était pas à la hauteur de son style, il a répondu : « Le style stop-and-go est difficile. Nous avons deux tours à Motegi, donc je dois y faire face, mais c’est différent des autres pistes de Japon. »

Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans auto