Accueil Actualité FSO Safer: les rebelles du Yémen autorisent l’ONU à examiner un pétrolier au milieu des craintes d’une marée noire dévastatrice en mer Rouge | Nouvelles du monde

FSO Safer: les rebelles du Yémen autorisent l’ONU à examiner un pétrolier au milieu des craintes d’une marée noire dévastatrice en mer Rouge | Nouvelles du monde

0
0
  • York Wallcoverings Papier peint Crosshatch String
    York Wallcoverings allie subtilement l’élégance à la sobriété lors de la conception de Crosshatch String Unpasted. Examiné de près, ce faux uni laisse paraître un joli tissage minutieux qui couronne l'aboutissement de la méticulosité
    271,00 €

L’ONU a enfin obtenu l’autorisation d’inspecter un pétrolier en décomposition échoué au large du Yémen avec 1,1 million de barils de pétrole.

Le FSO Safer a été abandonné il y a cinq ans lorsque l’eau de mer a inondé sa salle des machines et on craint un déversement de pétrole dévastateur si des travaux de maintenance ne sont pas effectués.

L’ONU affirme que le navire «se décompose rapidement» et l’a qualifié de «catastrophe en attente» pour le Yémen et la mer Rouge.

Les rebelles houthis du Yémen ont accepté par lettre samedi de permettre à une équipe d’experts d’examiner le navire, a déclaré le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

Les Houthis – un camp qui mène la guerre civile dans ce pays pauvre du Moyen-Orient – contrôlent Hudaydah, le port situé à 60 km de l’endroit où se trouve le navire.

M. Dujarric a déclaré que c’était « un pas en avant important dans … un travail critique » pour sécuriser le navire, et intervient après des mois de négociations.

S’exprimant mardi, il a déclaré que les experts « entreprendraient un entretien léger initial » et « formuleraient des recommandations sur les actions supplémentaires nécessaires pour neutraliser le risque de déversement d’hydrocarbures ».

Image:
La guerre civile a dévasté le Yémen et des millions d’enfants souffrent de malnutrition

Il a ajouté que les Houthis nous avaient « assuré qu’ils fourniront toute la facilitation nécessaire pour que l’équipe d’experts puisse se déployer le plus rapidement possible ».

Cependant, tout travail est encore dans plusieurs mois.

Le porte-parole de l’ONU a déclaré que le personnel et le matériel pourraient être sur place d’ici fin janvier ou début février, car il faudrait du temps pour se procurer du matériel et obtenir des permis.

Les plongeurs et les unités navales Houthi ont réussi à colmater la fuite la plus récente – en mai de cette année.

Un expert travaillant pour l’ONU a averti au début du mois que tout déversement de pétrole « pourrait être quatre fois pire que le déversement historique d’Exxon Valdez en Alaska, en 1989 ».

«Si ce navire venait à se briser, un déversement pourrait décimer les moyens de subsistance des communautés côtières locales, la biodiversité de la région et avoir un impact important sur les routes de navigation en mer Rouge», a déclaré Marcos Orellana.

Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans Actualité