Accueil Actualité Facebook entraîné dans une violente querelle politique au Sri Lanka

Facebook entraîné dans une violente querelle politique au Sri Lanka

0
0

Au Sri Lanka, Facebook s'est retrouvé au centre d'une querelle politique grandissante alors que les députés de l'opposition accusent le parti au pouvoir d'utiliser des données pour lancer une campagne de répression.

Dans une lettre au chef de Facebook, Mark Zuckerberg, le Parti national unifié (UNP) a déclaré que les informations glanées sur le site de médias sociaux pourraient être utilisées contre les membres du parti qui utilisent le site "de manière légalement interdite".

Il a exhorté Facebook à cacher l'identité de ses partisans pour les protéger.

Cela s'est produit dans un climat d'acrimonie croissant entre les membres de l'UNP et d'autres partis en raison d'une impasse au parlement du pays.

Le président du parlement du pays, Karu Jayasuriya, a reçu des livres et des chaises dans la salle des séances vendredi après avoir autorisé un vote de censure contre le Premier ministre.







0:54

Vidéo:
Bagarre de masse au parlement sri lankais

La motion de censure a été adoptée, mais le Premier ministre Mahinda Rajapaksa a refusé d'accepter le résultat du vote et a insisté sur le fait que le président n'avait pas le pouvoir de le démettre de ses fonctions.

La lettre de l'UNP, envoyée jeudi, indiquait: "Il est très probable que des responsables de l'administration illégale actuelle (…) puissent demander à Facebook des informations sur certains utilisateurs sri-lankais de Facebook qui devraient à juste titre être privés.

"De telles demandes peuvent inclure des informations sur des individus nommés, des géolocalisations et d'autres détails d'identification des utilisateurs qui consultent et publient sur ces pages", indique la lettre.

"Il est essentiel que ces informations soient sauvegardées, car l'administration illégale actuelle les utilisera très probablement d'une manière légalement interdite."



Combat au parlement sri lankais



0:12

Vidéo:
Les présidents sont élus au parlement sri lankais

Le porte-parole du parti UNP, Piyasena Dissanayaka, a déclaré dimanche que Facebook avait bloqué sa page officielle avant un rassemblement public jeudi, mais l'avait rétablie samedi.

Il a ajouté que les responsables de Facebook n'avaient pas encore répondu à la lettre.

Les responsables de Facebook n'ont également pas encore répondu à une demande de commentaire de l'Associated Press.

M. Jayasuriya, de l'UNP, a dû être escorté par la police vendredi pour se rendre dans la salle du Parlement. Plusieurs officiers ont été blessés, les missiles non orthodoxes ayant été lancés dans sa direction.

Les députés de l'opposition figuraient également parmi les victimes avant le début des poursuites.

L’ancien président du Sri Lanka, Mahinda Rajapakse
Image:
L'ancien président du Sri Lanka, Mahinda Rajapakse

M. Rajapaksa est en poste depuis le 26 octobre seulement après que son prédécesseur, Ranil Wickremesinghe, a été limogé par le président sri-lankais Maithripala Sirisenadue en raison d'un désaccord sur les réformes économiques.

La ligne a laissé le pays sans gouvernement officiel, bien que M. Rajapaksa ait refusé de se retirer.

M. Wickremesinghe affirme également qu'il est toujours Premier ministre.

Dimanche, M. Sirisenadue a convoqué des dirigeants politiques pour des entretiens afin de mettre fin à la lutte pour le pouvoir.

Le Premier ministre sri-lankais évincé, Ranil Wickremesinghe
Image:
Le Premier ministre évincé du Sri Lanka, Ranil Wickremesinghe

Après le vote de censure contre M. Rajapakse vendredi, le deuxième contre lui, M. Wickremesinghe, a demandé le rétablissement de son gouvernement, mais M. Sirisenadue n'a toujours pas répondu.

Les deux parties ont averti qu'une longue période d'instabilité pourrait entraîner des violences dans un pays qui n'a pas encore émergé d'une guerre civile.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

L'exode de Trump se poursuit alors que le secrétaire de l'Intérieur, Ryan Zinke, quitte

Le secrétaire américain à l'Intérieur, Ryan Zinke, quittera la Maison-Blanche à la fin…