Accueil High-Tech Facebook empêche les utilisateurs de partager des actualités en Australie

Facebook empêche les utilisateurs de partager des actualités en Australie

0
0
  • Zuiver Love Seat Summer Latte
    Doit-on ou non partager son confort personnel ?. Est-ce un fauteuil ou un mini-canapé ? Est-il est dessiné pour accueillir une ou deux personnes ? Ce n'est pas aux concepteurs du Summer Love Seat d'en décider, mais à ses utilisateurs... Certains exigeront sans doute de s'y asseoir seuls, pour profiter au
    925,00 €
  • Audio Pro Enceinte AUDIO PRO C10 Blanc
    Pour des instants musicaux riches et partagés, découvrez l'Enceinte AUDIO PRO C10. Pourvue de technologies diverses concentrées en un design unique, elle ravira tous les utilisateurs. Multiroom, le plaisir partagé Vivez vos sons préférés comme si vous les découvriez pour la première fois avec l'Enceinte AUDIO
    349,99 €

Facebook compte 2,8 milliards d’utilisateurs actifs par mois dans le monde.

James Martin / Camaraderielimited

Facebook a commencé à empêcher les utilisateurs de visionner ou de partager des informations australiennes mercredi, en raison d’une proposition de loi dans le pays qui obligerait le réseau social à payer les éditeurs de nouvelles pour le contenu.

Appelée code de négociation des médias d’information, la législation affecte également Google, qui fait apparaître des articles de presse dans les résultats de recherche. Les organes de presse ont eu du mal à concurrencer les entreprises de technologie pour les dollars publicitaires et disent qu’ils devraient être rémunérés pour les articles diffusés sur des plateformes en ligne telles que Facebook et Google. La décision de Facebook souligne également les tensions entre le géant des médias sociaux et les gouvernements qui tentent de réglementer l’industrie technologique. La décision de Facebook intervient après que News Corp. de Rupert Murdoch ait signé un accord historique avec Google afin que le média soit payé pour le contenu de l’actualité.

Les meilleurs choix des éditeurs

Abonnez-vous à Camaraderielimited maintenant pour les critiques, les actualités et les vidéos les plus intéressantes de la journée.

Facebook a déclaré avoir pris une décision différente de celle de Google parce que les avantages commerciaux de l’affichage des nouvelles sur sa plate-forme sont «minimes», notant que les nouvelles représentent moins de 4% du contenu que les gens voient dans leur fil d’actualité.

« La recherche Google est inextricablement liée aux actualités et les éditeurs ne fournissent pas volontairement leur contenu. D’un autre côté, les éditeurs choisissent volontiers de publier des actualités sur Facebook, car cela leur permet de vendre plus d’abonnements, d’augmenter leur audience et d’augmenter leurs revenus publicitaires », déclare William Easton, directeur général de Facebook Australie et Nouvelle-Zélande, a déclaré dans un article de blog.

Le réseau social, qui lutte contre la désinformation, a également réduit la quantité de contenu politique que les utilisateurs voient sur Facebook.

Facebook a déclaré que les utilisateurs australiens ne seraient pas autorisés à partager du contenu d’actualités australiennes ou internationales sur le réseau social. Les éditeurs internationaux pourront publier du contenu d’actualité, mais les liens et les publications ne peuvent pas être partagés par un public australien. Les éditeurs australiens ne sont pas autorisés à partager ou publier du contenu sur les pages Facebook.

Les nouvelles restrictions sont déjà en cours de déploiement. Certains utilisateurs qui visitent la page Facebook d’un média australien ne voient plus les articles affichés. Les utilisateurs australiens qui essaient de partager des nouvelles voient un avis indiquant que le réseau social restreint la publication et le partage de nouvelles en réponse à la législation du gouvernement australien.

Facebook n’a pas précisé comment il définit un éditeur de nouvelles, mais les organisations gouvernementales et d’autres sites de la plate-forme ont également été touchés par les restrictions. Sally McManus, secrétaire du Conseil australien des syndicats, a déclaré dans un tweet que le site Web des syndicats australiens avait également été bloqué de la plateforme.

« Nous ne sommes pas une organisation de presse. Les travailleurs australiens ne peuvent pas maintenant connaître leurs droits au travail via @Facebook. C’est honteux et doit être annulé immédiatement », a tweeté McManus.

Une porte-parole de Facebook a confirmé que certains sites étaient bloqués par erreur et que l’entreprise s’efforçait de corriger les erreurs.

Mardi, le gouvernement australien a annoncé son intention de modifier le projet de loi pour clarifier que Facebook et Google seraient tenus de payer les éditeurs sous forme de montants forfaitaires au lieu d’un clic sur un article de presse. Selon la proposition, les organes de presse seraient en mesure de négocier avec Facebook et Google sur le montant qu’ils devraient être payés pour le contenu diffusé sur ces plateformes. Une FAQ sur les changements potentiels indique que le nouveau code a été créé pour «remédier au déséquilibre du pouvoir de négociation» entre les organes de presse australiens et les principales plateformes numériques.

« Alors que des déséquilibres de pouvoir de négociation existent dans d’autres domaines, le déséquilibre du pouvoir de négociation entre les entreprises des médias d’information et les principales plates-formes numériques est traité comme un paysage médiatique fort et indépendant est essentiel au bon fonctionnement de la démocratie », déclare la FAQ.

Le trésorier australien, Josh Frydenberg, a déclaré mercredi qu’il avait eu une « discussion constructive » avec le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg. « Il a soulevé quelques questions restantes concernant le code de négociation des médias d’information du gouvernement et nous avons convenu de poursuivre notre conversation pour essayer de trouver une voie à suivre », a-t-il déclaré dans un tweet.

Selon un rapport de 2020 du News & Media Research Center et de l’Université de Canberra en Australie, environ 39% des Australiens utilisent Facebook pour obtenir des nouvelles.

  • Audio Pro Enceinte AUDIO PRO C10 Noir
    Pour des instants musicaux riches et partagés, découvrez l'Enceinte AUDIO PRO C10. Pourvue de technologies diverses concentrées en un design unique, elle ravira tous les utilisateurs. Multiroom, le plaisir partagé Vivez vos sons préférés comme si vous les découvriez pour la première fois avec l'Enceinte AUDIO
    349,99 €
  • Audio Pro Enceinte AUDIO PRO C10 Gris
    Pour des instants musicaux riches et partagés, découvrez l'Enceinte AUDIO PRO C10. Pourvue de technologies diverses concentrées en un design unique, elle ravira tous les utilisateurs. Multiroom, le plaisir partagé Vivez vos sons préférés comme si vous les découvriez pour la première fois avec l'Enceinte AUDIO
    349,99 €
Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans High-Tech