Accueil Actualité Emmerson Mnangagwa retourne au Zimbabwe alors que les troubles se poursuivent | Nouvelles du monde

Emmerson Mnangagwa retourne au Zimbabwe alors que les troubles se poursuivent | Nouvelles du monde

0
0
  • YouTube
    Browse by interest - Discover videos you’ll love in categories like music, entertainment, news, gaming, and more. All from the comfort of your couch. Supports multiple accounts - Everyone at home can sign into YouTube with a Google account to see recommendations, subscriptions, and playlists. Play YouTube videos from your phone on the TV - It’s easy to enjoy videos with friends and family. Simply find the videos you want to watch on your phone, then send them to your TV with a single tap. Search by voice - Quickly and easily find what you want to watch using voice search. Watch movies and shows - Stay entertained with thousands of movies and TV episodes available to own, rent, or watch for free. Enjoy music on the big screen - Find music videos featuring your favorite artists, songs, live performances and more. Discover new music based on your tastes and what’s trending around you. Watch videos in 4K - YouTube is home to the world’s largest library of online 4K content. Enjoy high-definition videos on the biggest screen in the house – from scenic nature videos to movie and video game trailers and more. (Requires a 4K-capable device.)
  • Kit deluxe 100% sans-fil autonome alarme GSM UltraPIR 3G (gamme BT)

Lorsque le président du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa, à l'écharpe, a atterri à l'aéroport de Harare, il n'a pas reçu l'accueil qu'il espérait.

Il avait passé une semaine en Europe à essayer de mobiliser des investissements et des prêts pour maintenir son administration en faillite, mais il est rentré à la maison avec peu d’aide financière.

De plus, il allait devoir faire face au fait que des dizaines de milliers de Zimbabwéens avaient protesté contre une énorme augmentation de 150% de l'essence et du diesel.

Les manifestations ont été accueillies par une répression policière brutale qui a fait 12 morts et des dizaines de blessés.

Le voyage de Mnangagwa, qui devait inclure un arrêt au Forum économique de Davos, allait toujours être un défi. L’ancien assistant de l’ancien dictateur Robert Mugabe a pris le pouvoir lors d’un coup d’État et a remporté des élections controversées l’an dernier.

Image:
Hararer, la capitale du Zimbabwe, a été le théâtre de violentes manifestations ces derniers jours

Peu de temps après ce scrutin, son gouvernement a réprimé des manifestations antigouvernementales – et les manifestations de la semaine dernière sur le prix de l'essence, qualifiées d '"émeutes" par des responsables gouvernementaux, ont également été écrasées.

Rien d'étonnant à ce que les organisations internationales et les gouvernements occidentaux préfèrent donner une large place au Zimbabwe. Mnangagwa ressemble plus à M. Mugabe qu'à l'homme qui a dit qu'il pourrait créer le nouvel aube du pays.

La tâche à accomplir est immense. Le gouvernement du Zimbabwe est une organisation dysfonctionnelle construite sur 39 ans de haut patronage. On estime que 90% des revenus du gouvernement sont dépensés en salaires tandis que les fonctionnaires utilisent leurs postes à des fins personnelles.

Le système monétaire – si c'est la bonne façon de le décrire – est en quelque sorte une spirale de la mort, basé sur ce que l'on appelle la "note obligataire".

C’est une monnaie de substitution censée être égale au dollar américain, mais il faut de plus en plus d’obligations pour acheter la même chose, comme 55 obligations en dollars pour un poivron jaune dans un Bulawayo cette semaine.

Un économiste américain a estimé le taux d'inflation annuel du Zimbabwe à 236% cette semaine, contre 42% pour le gouvernement lui-même.

M. Mnangagwa était un assistant de Robert Mugabe
Image:
M. Mnangagwa était un assistant de Robert Mugabe

Plus important peut-être, Mnangagwa et ses collègues les plus proches, tels que le vice-président et ancien chef de l'armée, Constantino Chiwenga, ne semblent pas des gens prêts à envisager la possibilité d'être élus.

Le président savait qu'il remporterait les élections de l'année dernière lorsqu'il l'aurait annoncé (les habitants des zones rurales risqueraient de perdre leur vie et leurs moyens de subsistance s'ils votaient pour l'opposition) et il faudrait une tentative de réforme déterminée pour rendre les élections au Zimbabwe libres.

C’est ce manque de changement politique et économique qui a entraîné une détérioration rapide du niveau de vie depuis les élections de l’année dernière.

À Victoria Falls, dans le nord-ouest du Zimbabwe, une région autrefois privilégiée pour le tourisme de masse et les investissements étrangers, les hôtels sont pour la plupart vides et la population locale au chômage.

Peu de gens viendront ici pour construire et développer ce lieu – ou même rester quelques nuits – alors que le pays est dans un tel désordre.

  • Secret Stepbrother
  • Kit deluxe alarme GSM 100% sans-fil autonome UltraPIR 3G (gamme BT)
Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Coronavirus: comment l’Allemagne aide d’autres pays européens à transporter des patients atteints de COVID-19 | UK News

Colmar, dans l’est de la France, est une ville d’une beauté incroyable. En tem…