Accueil Actualité Des combattants rebelles syriens font sauter des ponts alors qu'ils se préparent à l'offensive de l'État

Des combattants rebelles syriens font sauter des ponts alors qu'ils se préparent à l'offensive de l'État

0
0

Les combattants de l'opposition syrienne ont fait sauter des ponts reliant les territoires contrôlés par les rebelles aux zones contrôlées par le gouvernement en prévision d'une offensive militaire pour prendre leur dernier bastion.

La décision prise dans le nord-ouest de la Syrie intervient alors que le haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a averti qu'une éventuelle offensive gouvernementale pourrait provoquer de nouveaux déplacements et décourager d'autres réfugiés de rentrer chez eux.

Selon le chef de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, Rami Abdurrahman, les forces de l’opposition ont détecté des mouvements de troupes gouvernementales dans la région au sud d’Idlib, dans les plaines d’Al Ghab.

Il a ajouté que deux autres ponts restaient dans la zone et pourraient être utilisés par les forces de l’Etat pour récupérer le fief de l’opposition.







3:15

Vidéo:
Idlib: "Nous avons peur de tout"
Les manifestants dans les zones tenues par les rebelles se sont rassemblés contre l'action de l'Etat
Image:
Les manifestants dans les zones tenues par les rebelles se sont rassemblés contre l'action de l'Etat

La majeure partie d'Idlib et la zone adjacente de Hama restent sous le contrôle de plusieurs groupes armés, dont certains sont soutenus par la Turquie, d'autres par des groupes islamistes indépendants.

Cependant, le groupe de combattants le plus puissant est dirigé par un groupe lié à Al-Qaïda, qui contrôle la plus grande partie d'une région qui abrite plus de trois millions de personnes.

En réponse, des milliers de troupes d’État et de combattants alliés ont encerclé les environs d’Idlib.

L’allié clé de la Syrie, la Russie, a déclaré qu’une opération militaire était nécessaire pour débusquer les "terroristes" de la région, accusés d’avoir ciblé les bases de l’armée côtière.

L’ONU dit que 800 000 personnes risquent d’être déplacées
Image:
L’ONU dit que 800 000 personnes risquent d’être déplacées

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a indiqué que des pourparlers étaient en cours pour établir un couloir humanitaire permettant aux civils de quitter Idlib.

La Turquie a exprimé ses craintes d'une crise humanitaire potentielle à ses frontières. Le pays, qui soutient plusieurs groupes d'opposition en Syrie, a mis en place un point d'observation autour du bastion des rebelles et a cherché à mettre un terme à une offensive nationale à grande échelle.

Selon des responsables de l’ONU, environ 800 000 personnes risquent d’être déplacées si l’action militaire se poursuit. Près de deux millions de personnes dans la région ont déjà été déplacées d’autres régions de la Syrie.

Les forces rebelles ont construit des tranchées en préparation d'une offensive gouvernementale
Image:
Les forces rebelles ont construit des tranchées en préparation d'une offensive gouvernementale

En plus de faire sauter des ponts, les forces rebelles ont creusé des tranchées et construit des bermes en préparation.

Les autorités liées à Al-Qaïda ont également appelé les personnes vivant dans le bastion à soutenir les combattants en construisant des renforts ou en se portant volontaires pour se battre.

Des milliers de manifestants dans plusieurs villes d'Idlib et de Hama se sont mobilisés contre une offensive et pour soutenir les combattants rebelles.

Idlib reste le dernier territoire important pour le gouvernement syrien après sept ans d'une guerre civile meurtrière.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Coronavirus chinois: des villages construisent des murs et des postes de contrôle pour empêcher les étrangers de propager l’infection | Nouvelles du monde

De petits villages en Chine se barricadent contre le coronavirus. Ils n’agissent pas…