Accueil Actualité D'anciens juges australiens appellent à la création d'un organe anti-corruption pour rétablir la confiance dans la démocratie

D'anciens juges australiens appellent à la création d'un organe anti-corruption pour rétablir la confiance dans la démocratie

0
0

Des dizaines d'anciens juges australiens appellent à la création d'un organe de lutte contre la corruption, estimant que la confiance du public dans le processus démocratique a été brisée.

Dans une lettre au premier ministre Scott Morrison, 34 ex-juges, dont Sir Gerard Brennan, ancien juge en chef de la Haute Cour d'Australie, disent que l'opinion publique soupçonne la corruption de nombreuses actions du gouvernement.

La lettre indique que "le secret est au cœur de la corruption", ajoutant: "Les agences d'intégrité fédérales existantes ne disposent pas de la compétence, des pouvoirs et du savoir-faire nécessaires pour enquêter de manière appropriée sur l'impartialité et la bonne foi des décisions prises par le gouvernement fédéral et secteur public.

"Il est urgent de mettre en place une commission d'intégrité nationale pour combler les lacunes de notre système d'intégrité et rétablir la confiance en notre démocratie."

La lettre arrive alors qu'un nombre croissant d'Australiens disent croire que la corruption du gouvernement est monnaie courante.

Transparency International Australia, une organisation anti-corruption, a mené une enquête en juin selon laquelle 85% des personnes pensent qu'au moins certains membres du parlement national sont corrompus et que deux tiers des Australiens sont favorables à la création d'un organe national de lutte contre la corruption. .

L'année dernière, un ministre de l'État de Nouvelle-Galles du Sud a été emprisonné pour inconduite délibérée dans l'exercice de ses fonctions, après avoir octroyé un permis d'exploitation sans offre concurrentielle.

AJ Brown, professeur de politique publique à l’Université Griffith et membre du conseil d’administration de Transparency International, a également fait part de ses préoccupations concernant le recrutement de hauts fonctionnaires ou de membres du conseil d’administrations de sociétés qui ont ensuite obtenu des contrats de leurs départements précédents.

La lettre des juges a été coordonnée par le groupe de réflexion progressiste The Australia Institute, qui a collaboré avec des experts juridiques pour concevoir un organe de lutte contre la corruption.

La chercheuse de l'Institut australien, Hannah Aulby, a déclaré que son objectif était de soutenir la transparence du processus politique.

La députée indépendante Cathy McGowan envisage de déposer un projet de loi visant à créer un organe national de lutte contre la corruption au Parlement fédéral.

L’opposition travailliste soutient un organisme national de lutte contre la corruption, mais le gouvernement minoritaire conservateur au pouvoir s’oppose à cette mesure.

Le procureur général, Christian Porter, a déclaré qu'un tel modèle aurait des pouvoirs extraordinaires contre les fonctionnaires, avec une définition de la "corruption" trop large.

Il a déclaré: "Ces pouvoirs pourraient être utilisés sans contrôles et contrepoids appropriés".

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

Theresa May victime du Brexit alors que les dirigeants européens n'offrent aucune garantie légale

L’espoir de Theresa May de convaincre les dirigeants européens de l’aider à faire avancer …