Accueil auto Confiant Pagenaud ravi en voiture: «C’est une beauté!»

Confiant Pagenaud ravi en voiture: «C’est une beauté!»

0
0

Pagenaud, qui a remporté la course depuis la pole il y a deux ans, partira de la 26e place, au milieu de la neuvième ligne dimanche, mais n’est qu’à trois rangs de la plus rapide Penske-Chevrolet. Mais il dit qu’il a une aussi bonne configuration de course qu’il l’avait quand il a conquis l’Indianapolis Motor Speedway.

«Déçu par la vitesse de qualification; pas là, nous essayons toujours de comprendre pourquoi », a-t-il dit,« mais nous avons confié la voiture au pack course, et c’est une beauté!

«Je me sens aussi confiant qu’en 1919, mais je ne commence pas en pole donc je vais devoir le faire d’une manière différente. J’espère que nous pourrons revenir.

Lisez aussi:

«Nous étions extrêmement satisfaits du châssis, que ce soit pour les qualifications ou pour le rythme de la course… Nous devons juste trouver notre chemin.

«C’est un package aérodynamique différent [than in ’19] la rédaction est donc très différente. Si je me trouve dans la même position [as then] dans le dernier tour, je ne pourrai probablement pas tenir la tête, par exemple parce que l’aspiration est très forte pour la deuxième place. La voiture de troisième place est assez affectée, il est donc très difficile de prendre la deuxième place.

«Il y a donc beaucoup de réflexion sur la façon dont vous abordez les 50 derniers tours. Tout d’abord, c’est une autre histoire pour nous maintenant: nous devons percer le Top 10 dans les 100 premiers tours et trouver notre chemin. Mais évidemment, au fur et à mesure que vous progressez sur le terrain, vous vous heurtez à des voitures plus fortes, donc cela commence à devenir de plus en plus difficile.

«J’ai le meilleur équipage de la pitlane – nous avons eu les arrêts les plus rapides depuis Barber [IndyCar’s season-opener] – donc ça me donne beaucoup d’espoir. Et la stratégie? Il n’y a pas de stratégie. Nous allons juste devoir y aller.

Pagenaud a choisi la première place dans la pitlane et a admis qu’il était difficile de sortir du virage 4, de descendre à la limite de vitesse de la pitlane, puis de se placer immédiatement dans son pitbox de manière précise.

«C’est difficile, oui. La première fois que je me suis arrêté là, je me suis arrêté beaucoup trop court », sourit-il. «Mon cerveau n’a pas eu le temps de s’adapter à la limite de vitesse des stands… C’est tellement drôle, quand vous voyagez à une vitesse si élevée, vos yeux et votre cerveau ralentissent tout, puis vous arrivez à 60 mph et vous avez l’impression d’être un tortue! Votre perception de la profondeur change en raison de la vitesse, et lorsque vous êtes loin dans la voie des stands, vous avez plus de temps pour la traiter.

«Je suis plus préoccupé par mes 60 ans[mph] à zéro que je crains de ralentir à 60. Mon point de freinage ne devrait pas changer à cause du pitbox. »

Pagenaud, qui depuis son arrivée chez Penske en 2015 a le plus souvent trouvé la meilleure configuration de course des pilotes de l’équipe, a déclaré que les températures plus basses « vous permettront de jouer le jeu sur l’appui, ce qui est vraiment bon pour la course. »

Il a poursuivi: «Certaines personnes penseront peut-être avoir moins d’appui pour la vitesse, et certaines personnes pensent en avoir plus pour les dépassements. Et cela dépendra de la solidité du châssis dont vous disposez. Nous nous sentons très forts dans notre châssis, alors peut-être pouvons-nous utiliser moins d’appui. C’est probablement un pari que je vais prendre parce que nous devons aller de l’avant. Cela pourrait donc être une bonne chose pour nous.

Pagenaud a conclu: «S’il fait plus froid, vous allez avoir une course amusante à regarder.»

Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans auto