Accueil auto Comment les supercars de Van Gisbergen gagnent une séquence dans les livres d’histoire

Comment les supercars de Van Gisbergen gagnent une séquence dans les livres d’histoire

0
0

Sixième. C’est la pire position de Shane van Gisbergen dans une course sur circuit depuis septembre de l’année dernière.

Le Kiwi est dans la forme de sa vie depuis sept mois. Il a commencé par remporter son premier Bathurst 1000 en octobre de l’année dernière. Il est ensuite rentré directement chez lui en Nouvelle-Zélande, a sauté dans une Mitsubishi Mirage AP4-spec et a remporté le rallye Battle of Jacks Ridge.

Si le rallye sur gravier n’était pas assez diversifié, van Gisbergen a traîné pour le Grand Prix de Nouvelle-Zélande à Hampton Downs en janvier. Il n’avait pas piloté une voiture Toyota Racing Series depuis plus d’une décennie et mesure plusieurs pieds de plus que la plupart des jockeys monoplaces. Son extincteur s’est déclenché juste avant la course et il a dû partir de la voie des stands, mais il a remporté la course.

En février, il est retourné à Bathurst et a remporté les deux manches du Mount Panorama 500 d’ouverture de la saison Supercars. Quinze jours exactement avant la prochaine manche à Sandown, il a fait une chute de son vélo de montagne et s’est cassé la clavicule et trois côtes.

Une intervention chirurgicale immédiate et deux heures par jour dans une chambre hyperbare ont aidé à ramener un van Gisbergen endolori et désolé dans la voiture pour Sandown. Quand il s’est qualifié 17e pour la course d’ouverture, il avait l’impression que la blessure avait fait des ravages et que sa séquence était terminée – jusqu’à ce qu’il prouve que tout le monde a tort et gagne.

Deux autres victoires à Sandown le dimanche, une semaine de congé, puis il était de retour à Bathurst pour la réunion de Pâques. Il y a eu une victoire et une deuxième place à deux courses du GT World Challenge Australia et une victoire aux 6 heures de Bathurst, van Gisbergen devenant juste le deuxième pilote à remporter la Triple Crown de Bathurst (1000, 12 heures, six heures).

Il a porté sa séquence de victoires en Supercars à sept lorsqu’il a remporté le premier match à Summon Plains quinze jours plus tard. Ce n’est que lorsqu’il a terminé deuxième de la huitième course de la saison que sa séquence a été interrompue.

La séquence dans son ensemble restera légendaire, mais isolée en termes de Supercars / Australian Touring Car Championship, comment ça se passe? La réponse, sans surprise, est sacrément bonne. Voici les meilleures séries de victoires de l’histoire des Supercars.

Craig Lowndes en 1996 – Huit victoires

Parlez d’une saison recrue explosive. Un jeune Craig Lowndes a fait ses débuts de rêve à plein temps à l’ATCC avec le Holden Racing Team en 1996, remportant confortablement le premier de ses trois titres.

Sa campagne dominante comprenait six victoires en 10 rondes et 16 victoires en 30 courses. Huit de ces victoires en course sont survenues au rebond – trois à Lakeside, trois à Wanneroo et deux à Mallala. La cerise sur le gâteau était Sandown 500 et Bathurst 1000 victoires pour Lowndes et son copilote Greg Murphy.

Shane van Gisbergen en 2020/21 – Sept victoires

Le champion des Supercars 2016 a cruellement échoué à égaler le record de tous les temps de Lowndes lorsqu’il a terminé deuxième de la course 2 à Symmons Plains.

Il a cependant égalé le record des meilleures séquences de début de saison de l’histoire de l’ATCC / Supercars, ces six victoires le laissant au même niveau que les légendes Allan Moffat (1977) et Mark Skaife (1994).

Jamie Whincup en 2008 – Sept victoires

Comme van Gisbergen, Jamie Whincup a lancé sa meilleure séquence de victoires au Bathurst 1000 en 2008. Après que lui et Lowndes aient conquis la montagne, Whincup a continué à gagner avec des balayages nets à Surfers Paradise et à Bahreïn pour porter sa séquence à sept.

Il a ensuite été relégué au deuxième rang de l’ouverture à Symmons Plains avant de remporter trois autres sur le rebond, deux en Tasmanie et un à Oran Park. Cela a aidé la légende des Supercars à remporter le premier de ses sept titres.

Scott McLaughlin en 2019 – Six victoires

La saison 2019 de McLaughlin a battu des records en termes de victoires totales, ses 18 dépassant la référence de Lowndes établie en 1996. Cependant, sa plus longue séquence de victoires cette saison n’a été que suffisante pour un tiers égal dans le livre des records.

Le Kiwi a entamé une séquence de six courses à Wanneroo et l’a poursuivi avec des balayages nets à Winton (y compris sa victoire controversée en raccourci après un affrontement au premier tour avec son coéquipier Fabian Coulthard), Hidden Valley et une victoire à Townsville.

Un coup de feu pour aller sept fois de suite a mendié dimanche à Townsville quand lui et David Reynolds se sont affrontés sur le chemin du deuxième virage au plus fort de leur amère querelle.

Mark Skaife en 1994 – Six victoires

Au début des années 1990, Skaife était surtout connue comme une star de Nissan grâce à deux victoires à Bathurst 1000 (1991 et 1992) et à une couronne ATCC (1992) dans le groupe A Skyline GT-R. Mais il a commencé avec succès sa transformation en Holden Hero lorsqu’il a remporté la première couronne ATCC de la marque en 14 ans dans ce qui était la deuxième saison post-Groupe A.

Au volant d’une Gibson Motorsport VP Commodore, Skaife a pris un bon départ pour la saison 1994 qui comprenait six victoires sur le rebond – deux à Amaroo Park, deux à Sandown et deux à Symmons Plains. C’est à égalité avec Moffat et van Gisbergen pour les séquences de départ de la saison.

Skaife connaîtrait une longue carrière en tant que superstar de Holden, remportant trois autres titres pour le Holden Racing Team (2000, 2001, 2002) et quatre autres couronnes de Great Race (2001, 2002, 2005 avec HRT, 2010 avec Triple Eight).

Jim Richards en 1985 – Six victoires

La réglementation locale du groupe C a été remplacée par la formule mondiale du groupe A pour la saison ATCC 1985, ouvrant la porte à des marques européennes exotiques pour prendre pied dans la catégorie.

‘Gentleman’ Jim Richards a connu une saison remarquable dans sa célèbre BMW 635 CSi soutenue par JPS, remportant sept des dix manches et ne manquant le podium qu’une seule fois. Cela comprend une séquence de six courses qui a débuté à Wanneroo et a remporté Adelaide International Raceway, Calder Park, Surfers Paradise, Lakeside et Amaroo Park.

C’était la première victoire de titre ATCC pour une marque européenne depuis l’ère de l’appendice J au début des années 1960.

Dick Johnson en 1981/1982 – Six victoires

La saison 1981 est célèbre pour le retour triomphant de Dick Johnson après avoir frappé le rocher à Bathurst l’année précédente.

Grâce à 72000 $ de dons de fans, qui ont ensuite été égalés par Ford, Johnson a pu reconstruire son XD Falcon et, peint aux couleurs Tru-Blu, a remporté la couronne ATCC. En fait, il a remporté une paire de couronnes ATCC, le graveleux Queenslander le sauvegardant en 1982.

Couvrir ces deux saisons de titres a été une séquence de six victoires consécutives. Cela a commencé par deux victoires à Surfers Paradise (l’ancien circuit permanent, pas le circuit de rue) et à Lakeside pour sceller le titre de 1981. Il a ensuite continué avec des victoires à Sandown et Calder Park pour commencer sa défense réussie en 1982.

Allan Moffat en 1977 – Six victoires

La légende de Ford Moffat a fait un début dominant de la saison ATCC 1977 avec son XB Falcon, remportant deux manches à Symmons Plains suivies de victoires à Calder Park, Oran Park, Amaroo Park et Sandown.

La séquence reste le meilleur début de saison égalitaire et l’a aidé à remporter le troisième de ses quatre couronnes ATCC.

Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans auto