Accueil Actualité «Aujourd’hui est le jour où je mourrai» – Une religieuse qui s’est opposée à l’armée birmane dit qu’elle les a suppliés d’avoir pitié | Nouvelles du monde

«Aujourd’hui est le jour où je mourrai» – Une religieuse qui s’est opposée à l’armée birmane dit qu’elle les a suppliés d’avoir pitié | Nouvelles du monde

0
0
  • Je suis né aujourd'hui au lever du jour - Jorge Bucay - Livre
    Nouvelles - Occasion - Très Bon Etat - Pocket - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
    3,39 €
  • Twitch: Livestream Multiplayer Games & Esports
    + Live and recorded video of top video games, esports events, art, cooking, music, and more + Interactive live shows by Xbox, Sony, Riot Games, Blizzard + Completely unique programming like Bob Ross marathons and exclusive video game events + Full-featured live chat with one of the largest gaming communities in the world + Dark mode quality for late-night viewing + Simple, intuitive navigation that makes it easy to discover the content you care about most + Mobile broadcasting, putting the ability to go live right in your hand at the touch of a button
    0,00 €

Une religieuse qui s’est agenouillée devant les forces de sécurité armées au Myanmar pour les empêcher de tirer sur des civils a déclaré qu’elle était prête à mourir pour sauver la vie des manifestants.

Dans des scènes extraordinaires à Myitkyina, dans l’État de Kachin, on peut voir Sœur Ann Roza Nu Tawng implorer la police et les soldats de ne pas tirer.

L’intervention a été qualifiée de « moment Tiananmen » du Myanmar.

Image:
Sœur Ann Roza dit qu’il y a des «  arrestations nocturnes brutales  »

Dans les images du 28 février, un coup de feu peut être entendu après qu’une religieuse a été vue marchant vers les officiers lourdement équipés.

Sœur Ann Roza, 45 ans, a déclaré à Sky News qu’elle pensait qu’elle mourrait mais qu’elle était prête à sacrifier sa propre vie pour sauver les autres.

Voici son histoire dans ses propres mots:

Dimanche, j’étais à la clinique. Je donnais un traitement ce jour-là alors que les autres cliniques étaient fermées. J’ai vu des groupes de personnes défiler. Ils protestaient.

Soudain, j’ai vu des policiers, des militaires et des canons à eau suivre les manifestants.

Puis ils ont ouvert le feu et ont commencé à frapper les manifestants. J’ai été choqué et j’ai pensé qu’aujourd’hui est le jour où je mourrai. J’ai décidé de mourir.

Je leur demandais et les suppliais de ne pas le faire et je leur ai dit que les manifestants n’avaient commis aucun (crime).

Je pleurais comme un fou. J’étais comme une mère poule protégeant les poussins.

Sœur Ann Roza Nu Tawng.  Pic: Journal de nouvelles de Myitkyiana
Image:
Sœur Ann Roza à genoux devant les troupes. Pic: Journal de nouvelles de Myitkyiana

Je courais vers l’endroit où ils battaient les manifestants. Cela se passait devant cette clinique. C’était comme une guerre.

Je pensais qu’il valait mieux que je meure au lieu de beaucoup de monde.

Je pleurais à haute voix. J’avais aussi mal à la gorge. Mon intention était d’aider les gens à s’échapper et à être libres de manifester et d’arrêter les forces de sécurité.

Je leur ai demandé de ne pas continuer à arrêter les gens. Je les suppliais. À ce moment-là, je n’avais pas peur.

Si j’avais eu peur et que je m’enfuyais, tout le monde aurait des ennuis. Je n’avais pas du tout peur. Je pensais à la fille de Naypyitaw et celui de Mandalay.

Je pensais à toutes les âmes déchues du pays. Je m’inquiétais de ce qui allait arriver aux habitants de Myitkyina.

Sœur Ann Roza Nu Tawng
Image:
Sœur Ann Roza dit que les gens «  doivent se défendre  »

Quand ils ont atteint le banian, je les appelais (les autorités) et leur disais: «S’il vous plaît, tuez-moi. Je ne veux pas voir des gens se faire tuer.

Je pleurais à haute voix et ils se sont arrêtés pendant un moment.

L’un est venu me voir et m’a dit: «Sœur, ne t’inquiète pas trop, nous n’allons pas leur tirer dessus.

Mais je lui ai dit: «Ils peuvent aussi être tués avec d’autres armes. Ne leur tirez pas dessus. Ce ne sont que des manifestants.

Dans mon esprit, je ne pensais pas qu’ils n’allaient pas leur tirer dessus, car dans de nombreux endroits où j’ai vu qu’ils avaient abattu des gens.

J’ai amené (un manifestant) à la clinique et lui ai donné des soins. La police a failli en capturer un autre car il était tombé. J’ai arrêté la police et leur ai demandé de ne pas continuer. C’est pourquoi la police ne l’a pas fait. Sinon, ils l’auraient arrêté et emmené de là.

Sœur Ann Roza Nu Tawng.  Pic: Journal de nouvelles de Myitkyiana
Image:
Sœur Ann Roza dit que les militaires ne sont «pas les gardiens du peuple». Pic: Journal de nouvelles de Myitkyiana

J’ai l’impression qu’ils (les militaires) ne sont pas les gardiens du peuple comme vous avez vu ce qui arrive au peuple.

Les gens ne sont pas en sécurité et il y a des arrestations nocturnes brutales.

Je me suis senti vraiment triste quand j’ai vu la vidéo d’une mère d’un jeune pleurer à côté d’un cadavre.

J’ai également vu une ambulance détruite et des médecins battus avec une arme à feu.

Ils sont censés nous protéger, mais notre peuple doit se défendre. Ce n’est pas prudent. Ils (les forces de sécurité) arrêtent et battent ceux qu’ils n’aiment pas. Ils les tuent.

Il n’y a personne pour protéger les Birmans.

Les gens doivent se défendre et s’entraider.

  • DELIFE Plafonnier Pentola 115 cm chromé couleur argentée 5 abat-jour
    Le plafonnier Pentola est une lampe attrayante qui, grâce à son design spécial, s'intègre parfaitement dans l'intérieur moderne des amateurs de mobilier insolite. Cinq lampes individuelles disposées en ligne droite les unes à côté des autres créent l'image globale de cette lampe suspendue très...
    149,90 €
  • Monster Hunter Rise
    Un nouveau jeu tiré de la franchise qui serait inspiré par l'orient RPG Aventure
    44,99 €
Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans Actualité