Accueil Actualité «Assad a tout gâché»: à l’intérieur de la zone tampon, maintenir une emprise ténue sur la stabilité dans le nord de la Syrie | Nouvelles du monde

«Assad a tout gâché»: à l’intérieur de la zone tampon, maintenir une emprise ténue sur la stabilité dans le nord de la Syrie | Nouvelles du monde

0
0
  • CHAFFOTEAUX Tampon émaillé à partir de 1997 (7trous) 30/50/75/100L - CHAFFOTEAUX
    Plomberie chauffage Chauffage et climatisation Équipement de chauffage central Résistance et anode de chaudière CHAFFOTEAUX, Tampon émaillé à partir de 1997 (7trous) RHONELEC 30/50/75/100L Longueur thermostat : 45 cm. Diamètre bride : 17 cm. Diamètre fourreau : 5.2 cm.
  • Le Crépuscule et l'Aube

S’il y a des symboles de la dette des forces d’opposition syriennes envers la Turquie, alors la nouvelle base militaire dans la province d’Alep pour sa division d’élite Al Hamza en est la preuve.

Le drapeau turc du croissant rouge est autant mis en évidence que celui de l’opposition syrienne.

Dans les grandes salles de voeux où les commandants et les dignitaires en visite se réuniront pour discuter des tactiques, c’est le drapeau turc qui est placé à côté de celui de l’opposition.

Sky News a eu droit à une visite exclusive de la base qui devrait ouvrir dans moins de trois semaines.

Image:
Sky News a obtenu un accès exclusif à une base de l’armée de l’opposition syrienne

On nous montre des salles de conférence où « une formation sur les prisonniers de guerre » sera donnée ainsi que des conférences sur les manœuvres militaires.

Nous voyons le logement des officiers et les soldats en attente sauter au garde-à-vous et les saluer alors que nous sommes conduits dans leurs quartiers.

Le commandant est un transfuge depuis le début de la guerre civile en 2011, qui travaillait auparavant dans l’unité de renseignement de Bashar Al Assad.

Il a hâte de répéter sans cesse les mêmes messages jumeaux.

« Nous ne sommes pas des extrémistes », a répété à plusieurs reprises le commandant Saif Abu Baker de la division Al Hamza.

Commandant Saif Abu Baker de la division Al Hamza
Image:
Le commandant Saif Abu Baker insiste sur le fait que ses troupes ne sont pas des extrémistes

« L’EI n’est pas parti. Il y a 3 000 combattants de l’Etat islamique dans le désert de l’est de la Syrie, soutenus par le régime d’Assad et le séparatiste PKK (Kurdes).

« Ils ne partiront que si nous, l’opposition, sommes soutenus et que le régime est terminé. »

L’armée nationale syrienne, comme on l’appelle maintenant, est née de l’armée syrienne libre et est largement soutenue par des fonds turcs et des armes turques.

Sans le soutien de la Turquie, il est peu probable que l’opposition puisse maintenir la soi-disant zone tampon.

La division Al Hamza est l'unité d'élite des forces d'opposition syriennes
Image:
La division Al Hamza est l’unité d’élite des forces d’opposition syriennes

C’est une zone où les troupes turques se sont déplacées de 30 km à l’intérieur de la Syrie et s’étendent sur près de 100 km le long de la frontière – repoussant les combattants de l’EI mais aussi les FDS dominés par les Kurdes et tenant les troupes du régime d’Assad à distance.

Lorsque nous visitons le bord de la zone tampon où les troupes de l’opposition surveillent les positions des armes sur des sacs de sable, les sacs de sable sont tous estampillés du drapeau national turc.

La division Al Hamza est l'unité d'élite des forces d'opposition
Image:
Les sacs de sable sont estampillés du drapeau national turc

Ici, ils peuvent voir les troupes du régime à environ un kilomètre de distance; où le feu est souvent échangé entre les côtés.

Et l’opposition sait qu’elle ne pourrait pas maintenir la ligne de la soi-disant zone tampon sans l’aide militaire turque.

« Nous n’avons pas le choix », a déclaré le commandant Moatasm Abbas de la division Al Moatasm.

La division Al Hamza est l'unité d'élite des forces d'opposition syriennes
Image:
Le commandant Moatasm Abbas s’entretient avec Alex Crawford de Sky

«Nous nous battons avec les armes que nous avons ou nous mourons.

«Le retrait n’est pas une option. Il n’existe pas dans notre dictionnaire. Notre dictionnaire est la révolution.

« Nous continuons avec les armes dont nous disposons, quoi qu’il arrive, et la Turquie est la seule à être avec nous sur le terrain, avec ses armes et son équipement militaire ».

La division Al Hamza est l'unité d'élite des forces d'opposition syriennes
Image:
Les troupes de l’opposition prennent des positions d’armes à feu

La Turquie fait certainement sa marque et laisse son empreinte dans cette partie de la Syrie.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a souvent parlé d’essayer de persuader des dizaines de milliers de près de quatre millions de réfugiés syriens campés sur son sol de retourner dans leur patrie.

Il insiste sur le fait que ses troupes ne sont en Syrie que pour maintenir la sécurité; protéger les terres des Syriens et créer une zone tampon entre la Turquie et ceux qu’il considère comme des terroristes.

Les terroristes identifiés par la Turquie incluent non seulement l’Etat islamique, mais aussi les YPG kurdes – les anciens partenaires des FDS soutenus par l’Occident qui combattaient également les extrémistes islamiques – ainsi que les troupes du régime d’Assad maintenant soutenues par la Russie et l’Iran.

Le président syrien Bashar al-Assad prend la parole lors d'un entretien avec l'agence de presse russe RIA, à Damas, en Syrie, dans ce document photo fourni par SANA le 30 mars 2016. REUTERS / SANA / Document via Reuters À L'ATTENTION DES RÉDACTEURS - CETTE PHOTO A ÉTÉ FOURNIE PAR UN TROISIÈME FÊTE.  REUTERS N'EST PAS EN MESURE DE VÉRIFIER INDÉPENDEMENT L'AUTHENTICITÉ, LE CONTENU, L'EMPLACEMENT OU LA DATE DE CETTE IMAGE.  POUR UN USAGE ÉDITORIAL UNIQUEMENT.  PAS À VENDRE POUR LES CAMPAGNES DE MARKETING OU DE PUBLICITÉ.  CETTE IMAGE EST DISTRIBUÉE EXACTEMENT TELLE QU'ELLE EST REÇUE PAR REUTERS, EN TANT QUE SERVICE AUX CLIENTS IMAGES TPX DU JOUR IMAGES TPX DU JOUR
Image:
Bashar al Assad dirige la Syrie depuis 20 ans

Le président Erdogan a toujours insisté sur le fait qu’il ne voulait pas rester indéfiniment en Syrie et que ses troupes respectent la souveraineté de leur voisin.

Mais il est peu probable que le retrait se produise dans un avenir proche – et ceux à qui nous nous sommes entretenus dans la zone tampon ne savent que trop bien que l’emprise ténue sur la stabilité qu’ils ont dans la région dépend actuellement de la présence militaire turque.

Lorsque nous visitons Al Bab, au centre de la place de la ville, autrefois un bastion de l’Etat islamique où ils ont planifié des attaques contre Alep, il y a maintenant un énorme croissant rouge turc.

Les magasins et les étals regorgent d’affaires et de monde.

Mais pendant que nous y sommes, il y a une explosion de véhicule.

Une voiture garée devant une mosquée a été truquée avec une petite quantité d’explosifs.

Les attaques se poursuivent dans la `` zone tampon '' de la Syrie
Image:
Un véhicule a explosé à Al Bab

Pas assez pour tuer, bien que quatre personnes aient été blessées, mais assez pour effrayer et frustrer les habitants d’Al Bab qui sont fatigués d’une instabilité constante et désespérés de changement.

Un homme debout au-dessus de l’épave mutilée de la voiture nous dit: «Nous avons des terroristes ici … ce sont des terroristes de l’Etat islamique et ce sont les partis séparatistes, les Kurdes.

«Ils font cela … provoquant toutes ces attaques … c’est le PKK et l’Etat islamique et nous en souffrons depuis longtemps.

«Depuis que nous avons été libérés jusqu’à présent, nous en souffrons.

« Nous envoyons un message au monde pour trouver une solution. »

Abdul Rahman, neuf ans, a une jambe prothétique
Image:
Abdul Rahman, neuf ans, a été blessé par une bombe du régime

Dans le nouvel hôpital de 200 lits construit par les autorités turques à Al Bab, nous retrouvons les blessés de guerre battus et mutilés.

Abdul Rahman, 9 ans, n’a rien connu d’autre que la guerre toute sa vie.

Sa jambe a été emportée par une bombe du régime, mais pour la première fois, il a été équipé d’une prothèse de membre gracieuseté de l’établissement de santé géré par la Turquie qui dispose de sept salles d’opération.

Des prothèses qui coûteraient entre 5 000 $ et 10 000 $ sont fournies gratuitement par l’hôpital.

Abdul Rahman a un bras gravement blessé
Image:
Abdul a également un bras gravement blessé

La Turquie investit massivement ici.

Les bénéficiaires ne sont pas tout à fait sûrs de la sincérité de cette largesse et se méfient un peu de ce que cela coûtera à eux ou à leur pays à long terme.

Abdul Rahman a maintenant une jambe prothétique
Image:
Le jeune a maintenant une jambe prothétique

Mais pour le moment, ils ne sont pas en mesure de refuser toute aide – et la Turquie semble être le pays qui, métaphoriquement et physiquement, tend la main pour aider les personnes battues opposées à Bachar al Assad et qui ont fui son régime. – beaucoup depuis 2011.

«Je ne veux pas de guerre», dit Abdul Rahman, neuf ans.

« Je ne peux pas le supporter. Assad a tout gâché. »

  • ATLANTIC Tampon émaillé 50 à 75L
    Plomberie chauffage Chauffage et climatisation Équipement de chauffage central Résistance et anode de chaudière ATLANTIC, Tampon émaillé ATLANTIC 50 à 75L Longueur anode: 19 cm Longueur thermostat: 37 cm Diamètre joint: 10 cm Diamètre fourreau: 4 cm Diamètre bride (6 trous) :15.9 cm
  • Twitch: Livestream Multiplayer Games & Esports
    + Live and recorded video of top video games, esports events, art, cooking, music, and more + Interactive live shows by Xbox, Sony, Riot Games, Blizzard + Completely unique programming like Bob Ross marathons and exclusive video game events + Full-featured live chat with one of the largest gaming communities in the world + Dark mode quality for late-night viewing + Simple, intuitive navigation that makes it easy to discover the content you care about most + Mobile broadcasting, putting the ability to go live right in your hand at the touch of a button
Charger plus d'articles connexes
Charger plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *