Accueil Actualité Amnesty International demande au Royaume-Uni et aux États-Unis de cesser de fournir des armes au Yémen | Nouvelles du monde

Amnesty International demande au Royaume-Uni et aux États-Unis de cesser de fournir des armes au Yémen | Nouvelles du monde

0
0

L'Occident doit cesser de fournir des armes aux combattants du conflit au Yémen, a déclaré Amnesty International, après des informations selon lesquelles des armes seraient livrées à des extrémistes.

"La prolifération de milices irresponsables" au Yémen, soutenue par les Emirats Arabes Unis (EAU), "aggrave la crise humanitaire et fait peser une menace croissante sur la population civile", a déclaré Patrick Wilcken, directeur de recherche à Amnesty International.

Les armes britanniques et américaines ont également été utilisées par des militants d'Al-Qaïda et de l'État islamique (EI), a-t-il ajouté.

M. Wilcken faisait référence à des rapports récents d'Arab Reporters for Investigative Journalism basé à Amman.







On estime que 85 000 enfants de moins de cinq ans sont morts de faim

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite, y compris les Émirats arabes unis, est en guerre au Yémen avec les rebelles Houthi alignés sur l'Iran depuis 2015.

En août dernier, il avait été révélé que des accords avaient été passés pour que des armes de la coalition et des espèces soient distribuées aux activistes liés à Al-Qaïda se battant à leurs côtés contre les rebelles.

Les Yéménites se rassemblent dans un centre de distribution de l'aide de l'ONU à Hodeida
Image:
Les Yéménites se rassemblent dans un centre de distribution de l'aide de l'ONU à Hodeida
Selon l'ONU, près de 14 millions de personnes sont confrontées à la famine
Image:
Selon l'ONU, près de 14 millions de personnes sont confrontées à la famine

La Grande-Bretagne et les États-Unis ont continué de fournir des armes à la coalition, tandis que l'Allemagne, les Pays-Bas et la Norvège ont limité la vente d'armes à leurs membres.

Au moins 10 000 personnes sont mortes dans la guerre civile, plus de trois millions ont été déplacées, 14 millions ont été menés au bord de la famine et ont entraîné une malnutrition infantile généralisée et le retour du choléra.



Martin Griffiths



Martin Griffiths, Envoyé spécial des Nations Unies pour le Yémen, a déclaré que les problèmes doivent être résolus rapidement

Les pourparlers de paix qui ont repris en Suède l’année dernière, les réunions sur l’échange de prisonniers entre les rebelles houthis et le gouvernement yéménite n’ont pas encore eu lieu.

Chaque partie demande plus de prisonniers que l'autre ne prétend en détenir.

Yémen FM et un chef rebelle se serrent la main lors des négociations de paix de l'ONU
Image:
Yémen FM et le chef des rebelles se serrent la main lors des négociations de paix de l'ONU à 2018
Un militant houthi monte la garde sur le toit d'un immeuble à Sanaa
Image:
Un militant houthi monte la garde sur le toit d'un immeuble à Sanaa

Houthi Abder Qader al Murtada a déclaré que son parti détenait des prisonniers de guerre émiriens et saoudiens et qu'ils souhaitaient 7 500 Houthis en échange.

Les deux parties ne se rencontrent pas face à face en Jordanie, mais discutent par l'intermédiaire de médiateurs de l'ONU.

L'ONU rencontre également les deux parties sur un navire amarré au large de la côte de la mer Rouge, au Yémen, afin de convenir d'une proposition de retrait des Houthis de Hodeida, la ville portuaire stratégique donnant sur le nord du pays.

Chargez plus d'articles en relation
Chargez plus par Camaractu
CHargez plus dans Actualité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Regardez aussi

La musique peut-elle sauver le Venezuela? Richard Branson l'espère | Nouvelles du monde

Par Cordelia Lynch, correspondante américaine à Cucuta, en Colombie À la frontière colombi…